1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

Effectivement ça confirme ce qu'on vous avait relayé avec les propos de Pierre Hillard sur la finalité de tout cela, qui verrais des économies détruites nécessitant une "grande réinitialisation" (qui en fait est lié a la dette et au fait qu'ils ont fait n'importe quoi depuis 20 ans) avec un moyen d'identification quelconque (puce, tatouage quantique) qui permettra  la fin de l'argent liquide avec la "monnaie des banques centrales" sans oublier en fond l'Agenda 2030, et à terme grâce aux vaccinations (15%) et autres mesures, une population réduite à 500 millions de personnes, ce qui est marrant c'est que ça fait 10 ans qu'on vous parle de l'Agenda 21, et personne ne réagit, les gens n'y croient pas, et pourtant moi je le voit confirmé par les décisions qui sont prises tous les jours, car cela est en train de se réaliser là sous nos yeux.... Franchement les mondialistes doivent boire du petit lait, pas d'opposition rien, pire les gens vont même demander ces mesures sanitaires et ce fameux 'vaccin' (de Bill Gates bien sûr...), bref un boulevard pour réduire le monde en esclavage. Et nous on ne sert quasiment à rien, le peut d'intérêt des gens et la puissance des Gafas et des Médias Main Stream, nous on quasiment réduit au silence.... Mais en attendant on est là ; ), et avec les autres (tant qu'on le pourras) on feras notre part du job pour dénoncer cet agenda mondialiste.

Etats Unis

23 octobre 2020

Par le Dr. Mathew Maavak

En octobre 2019, un exercice de simulation de pandémie appelé Event 201 - un effort de collaboration entre le Johns Hopkins Center for Health Security, le Forum économique mondial et la Fondation Bill et Melinda Gates - a conclu qu'un hypothétique nouveau coronavirus pourrait finir par tuer au moins 65 millions de personnes dans le monde dans les 18 mois suivant une épidémie.

Lorsque le COVID-19 est apparu par hasard à Wuhan deux mois plus tard, les scientifiques se sont empressés de produire des prévisions alarmistes similaires en utilisant divers modèles scientifiques douteux. Les chercheurs de l'Imperial College de Londres, par exemple, ont estimé le nombre de décès à 500 000 (Royaume-Uni) et à deux millions (États-Unis) en octobre de cette année. Pour ceux qui ont suivi la métastase de la manie mondiale du vaccin, le modèle impérial a été "mis en ordre" de manière prévisible avec l'aide de Microsoft.

S'il est vrai que les modèles scientifiques sont faillibles, il serait néanmoins difficile de justifier l'interminable série de contradictions, de divergences et d'amnésies volontaires dans le récit de la pandémie mondiale. En fait, on devrait se demander si la COVID-19 mérite même l'étiquette de "pandémie". Selon le Centre for Disease Control (CDC) des États-Unis, il se trouve que les taux de survie par groupe d'âge actualisés pour la COVID-19 sont : 0-19 ans (99,997 %), 20-49 ans (99,98 %), 50-69 ans (99,5 %) et 70 ans et plus (94,6 %). Les taux de mortalité ne sont que légèrement supérieurs au bilan humain de la grippe saisonnière et sont, en fait, inférieurs à ceux de nombreuses affections pour les mêmes cohortes d'âge.

Si les statistiques du CDC ne mentent pas, à quel genre de "science" avons-nous été soumis ? S'agit-il de la science de l'hystérie de masse ? Il y a d'autres questions troublantes qui restent sans réponse. Qu'est-il arrivé à la théorie selon laquelle les chauves-souris ou les pangolins seraient à l'origine de la COVID-19 ? Qui était le patient zéro ? Pourquoi y a-t-il eu une campagne médiatique concertée contre l'utilisation prophylactique de l'hydroxychloroquine, soutenue par le Conseil indien de la recherche médicale (ICMR), rien de moins ? Et pourquoi le professeur Neil Ferguson, qui avait dirigé la modélisation de la contagion par Imperial, a-t-il enfreint à plusieurs reprises les mesures de confinement pour satisfaire sa  maîtresse - juste après que ses recommandations aient été utilisées pour justifier les confinements draconiens qui se poursuivent encore aujourd'hui dans le monde entier ?

Plus accablant encore, pourquoi les médias et les établissements scientifiques occidentaux rejettent-ils le vaccin russe Spoutnik V ? Après tout, c'est la crédibilité de Moscou, tant sur le plan scientifique qu'autre, qui est en jeu ici. Dans une véritable pandémie, personne ne se soucierait de savoir d'où vient un remède efficace. Le virus ne se soucie pas des frontières et de la géopolitique ; alors pourquoi devrions-nous politiser les origines d'un antidote ?

Peut-être s'agit-il en fait d'un cas de "coronapsychose" de masse, comme l'a si bien dit le président bélarussien Alexandre Loukachenko. Qui profite des blocages mondiaux qui déstabilisent toutes les facettes de notre société ? Les quatre "grands" courants sous-jacents suivants peuvent fournir un indice.

La grande déviation

Comme l'auteur l'avait prévenu depuis plus d'une décennie, le monde se trouve à la confluence des surcharges de risques, des effondrements socio-économiques (1) et d'une deuxième grande dépression. Pour les classes dirigeantes, la COVID-19 détourne fortuitement l'attention du public des conséquences désastreuses de décennies de mauvaise gestion économique et de fractionnement des richesses. La consolidation de la grande technologie avec les grands médias (2) a créé un monde orwellien où l'hystérie collective déplace les loci des croque-mitaines comme la Russie vers ceux qui sont en désaccord avec le récit de la pandémie.

Nous sommes entrés dans une "nouvelle normalité" où Pyongyang, en Corée du Nord, offre plus de liberté ambulatoire que Melbourne, en Australie. Alors que les émeutes et les manifestations de masse de divers radicaux ont un accès libre - même encouragées par les dirigeants occidentaux - les messages sur Facebook remettant en question les mesures de confinement sont jugés subversifs. C'est un monde où les Blueshirts australiens battent les femmes, maltraitent une femme enceinte dans sa propre maison, et font la police en meute de loups sur une dame âgée dans un parc. Pourtant, le premier ministre de l'État australien de Victoria n'est pas effrayé par le surnom peu flatteur de Kim Jong Dan.

Il n'est pas surprenant que le totalitarisme de la couronne soit le plus prononcé dans l'Anglosphère et ses dépendances. Après tout, ces nations sont confrontées à des faillites socio-économiques d'une ampleur sans précédent par rapport à leurs homologues. Même leurs propres gouvernements sont systématiquement sapés de l'intérieur. Le ministère américain de la sécurité intérieure, créé au lendemain du 11 septembre pour lutter contre le terrorisme, accorde aujourd'hui 10 millions de dollars de subventions à des organisations censées lutter contre "l'extrémisme d'extrême droite et la suprématie blanche". Cela va encore radicaliser les mécontents de gauche qui rasent les villes américaines et leurs économies au nom de la justice sociale. Il y a cependant une curieuse logique derrière cette politique inepte, comme l'illustre la section suivante.

Le grand transfert de richesse

Pendant que le cirque se poursuit, le pain s'amincit, sauf pour le Top 0,001%. Au lieu de la faillite, comme l'indiquent les tendances récentes, la Silicon Valley et les monopoles affiliés enregistrent des bénéfices records, ainsi qu'une censure record des médias sociaux. Les milliardaires américains ont récolté 434 milliards de dollars rien qu'au cours des deux premiers mois de la quarantaine. Plus les fermetures sont nombreuses, plus la techno-élite s'enrichit. Alors que des dizaines de millions de particuliers et de petites entreprises risquent la faillite d'ici Noël, la révolution du travail à distance fait cadeau de milliards de dollars à des personnes comme Jeff Bezos (Amazon) et Mark Zuckerberg (Facebook). Les écosystèmes des nuages Azure (Microsoft) et AWS (Amazon), entre autres, ont augmenté de 50 % depuis le début de la pandémie.

Face à un tel fractionnement des richesses, les outils de recherche panoptique des contacts de Big Tech sont de plus en plus utilisés pour pacifier les populations réticentes. Et bien sûr, pour prévenir une deuxième, troisième ou Nième vague de COVID-19 pour notre bien collectif !

En attendant, les grandes banques, les grandes entreprises pharmaceutiques, les grandes entreprises technologiques et d'autres monopoles bénéficient de somptueux plans de sauvetage des banques centrales ou "plans de relance" pour engloutir les petites entreprises en difficulté. La COVID-19 est un cadeau qui ne cesse d'être offert à quelques privilégiés. Mais comment la techno-oligarchie va-t-elle maintenir un certain degré de crédibilité sociale et de contrôle dans un monde appauvri et tumultueux ?

La grande philanthropie

La philanthropie oligarchique sera une caractéristique dominante de cette décennie VUCA (3). Selon un récent rapport du Guardian, les fondations philanthropiques se sont multipliées de manière exponentielle au cours des deux dernières décennies, contrôlant un trésor de guerre d'une valeur de plus de 1 500 milliards de dollars. Cela suffit à financer une horde d'experts, d'ONG, de lobbies industriels, de médias et de vérificateurs de faits dans le monde entier. Des sommes importantes peuvent également être distribuées rapidement pour miner les gouvernements. Les lois régissant l'empirisme scientifique ne sont plus statiques et immuables ; elles doivent danser en tandem avec le financement. Ceux qui crient aux fausses nouvelles sont généralement ses principaux colporteurs. Il s'agit là d'une autre "nouvelle normalité" qui a en fait précédé la COVID-19 de plusieurs décennies.

La Fondation Bill et Melinda Gates (FBMG) est un excellent exemple du fonctionnement de la philanthropie oligarchique. Depuis 2000, elle a donné plus de 45 milliards de dollars à des "causes caritatives" et une partie de cette somme est destinée à contrôler le récit médiatique mondial. Le Guardian, de manière assez éloquente, attribue à la BMGF le mérite d'avoir contribué à l'éradication de la polio, malgré les rapports contraires faisant état d'abus de procédures, de décès d'enfants et d'exploitation de la pauvreté qui entachent régulièrement les programmes de vaccination de la fondation. Bill Gates interprète même la philanthropie en matière de vaccins en termes de retour sur investissement de 20 pour 1, comme il l'a déclaré à CNBC l'année dernière.

Quant au prétendu succès de la BMGF dans la lutte contre la polio, les responsables craignent maintenant qu'une nouvelle souche dangereuse puisse bientôt "sauter les continents". Après avoir dépensé 16 milliards de dollars sur 30 ans pour éradiquer la polio, les organismes internationaux de santé - qui travaillent en étroite collaboration avec la BMGF - ont "accidentellement" réintroduit la maladie au Pakistan, en Afghanistan et en Iran.

La pauvreté, la faim et le désespoir engendreront un degré tangible de gratitude de la part du public, malgré le parti pris bien ancré de la philanthropie d'élite envers les institutions et les causes d'élite. De l'aveu même du Guardian, "les millionnaires britanniques ont donné 1,04 milliard de livres sterling aux arts, et seulement 222 millions de livres sterling à la lutte contre la pauvreté" au cours de la période de dix ans qui s'étend jusqu'en 2017. A titre de comparaison, le pool philanthropique consacre chaque année 10 milliards de dollars à la "persuasion idéologique", rien qu'aux États-Unis. La populace ne vaut son pesant d'or qu'en raison des ravages qu'elle peut causer.

Il y a suffisamment d'argent qui circule pour réduire nos villes en des mailles de l'anarchie comme on le voit aujourd'hui aux États-Unis. (La situation ne fera qu'empirer après les élections présidentielles américaines du 3 novembre). Les miettes restantes peuvent être déléguées à des organisations caritatives. Il suffit de penser aux soupes populaires dans la République de Weimar d'après 1929. Les plus populaires étaient organisées par le parti nazi et financées par de riches mécènes. La marche vers un nouvel ordre a un mème historique familier. Les nouveaux "Brownshirts" sont ceux qui terrorisent les citoyens parce qu'ils ne portent pas de masque, parce qu'ils ne sont pas enfermés dans leur enclos et parce qu'ils soutiennent simplement un candidat politique de leur choix. Même les enfants qui ne respectent pas le récit oligarchique ne sont pas épargnés !

La grande réinitialisation

Un grand élagage aura inévitablement lieu dans le club des méga-milliardaires car tout ce qui reste de la corona-économie mondiale est systématiquement cannibalisé. Le club deviendra plus petit mais plus riche et tentera d'influencer notre destin collectif. Le contrôle de l'éducation, des soins de santé, des moyens de communication et des dispositions sociales de base est de plus en plus cédé par les gouvernements à l'élite mondiale. Les gouvernements qui sont de connivence dans la "nouvelle normalité" seront tôt ou tard confrontés à la colère des masses en détresse. Les hommes politiques et les divers "guerriers de la justice sociale" seront les boucs émissaires de cette situation une fois qu'ils auront cessé d'être utiles.

Dans ce chaudron, le rêve technocratique centenaire de remplacer les hommes politiques, les processus électoraux et les entreprises par des sociétés dirigées par des scientifiques et des experts techniques (4) peut émerger - grâce aux progrès des technologies panoptiques. Ce sera l'ère de la "science rationnelle de la production" et du "collectivisme scientifique". Ce dernier rappelle étrangement le système soviétique des "sharaska" (laboratoires de prison).

La production et la fourniture de biens seront coordonnées par une direction centrale (5), dirigée non par des élus (dont les rôles, lorsqu'ils existent, seront de toute façon nominaux) mais par des factotums technocrates. C'est peut-être ce que le Forum économique mondial appelle la Grande Restitution. Mais en réalité, cette idée ressemble à un Gosplan mondial moins les saucisses du Docteur pour les innombrables personnes.

(Certaines économies émergentes, comme la Malaisie et l'Inde, font référence à la technocratie comme une infusion d'une plus grande expertise technique dans la bureaucratie. C'est une mauvaise interprétation des moyens et des objectifs de longue date de la technocratie).

Un problème insoluble demeure : l'oligarchie mondiale émergente tolérera-t-elle l'existence de divers États profonds dans le monde ? Dans un premier temps, les deux groupes peuvent coopérer dans leur intérêt mutuel, mais leurs raisons d'être respectives sont trop contradictoires pour être conciliées. L'un prospère grâce à une "société ouverte" dirigée par des employés obéissants qui administreront un ministère mondial de la Vérité, tandis que l'autre dépend du secret et d'un certain degré de souveraineté nationale pour justifier son existence. Les technologies de surveillance introduites par la "coronapsychose" en cours pourraient finir par être le facteur décisif dans cette lutte.

Après tout, si les publications du président des États-Unis et de la Maison Blanche dans les médias sociaux peuvent être censurées de manière flagrante aujourd'hui, pensez aux répercussions qu'elles auront demain sur des milliards de personnes dans le monde ?

Une version abrégée de cet article a été publiée par RT le 14 octobre

Références

1. Maavak, M. (2012), Class Warfare, Anarchy and the Future Society : La classe moyenne forge-t-elle un bloc contre-hégémonique gramscien dans le monde entier ? Journal of Futures Studies, décembre 2012, 17(2) : 15-36.

2. Maavak, M. (2019). Bubble to Panopticon : Dark Undercurrents of the Big Data Torrent (Bulle à Panopticon : les sombres courants du grand torrent de données). Kybernetes, Vol. 49 No. 3, pp. 1046-1060. https://doi.org/10.1108/K-06-2019-0403

3. Maavak, M (2021). Maavak, M. (2021). Horizon 2020-2030 : les risques émergents vont-ils démêler nos systèmes mondiaux ? Accepté pour publication. Salus Journal, numéro 1 2021.

4. Elsner, Jr., Henry (1967). The Technocrats : Les prophètes de l'automatisation. Université de Syracuse.

5. Stabile, D.R. (1986). Veblen et l'économie politique de l'ingénieur : le penseur radical et les dirigeants de l'ingénierie sont arrivés aux idées technocratiques en même temps. American Journal of Economics and Sociology, Vol, 45, No. 1, 1986, pp. 43-44.

Le Dr Mathew Maavak commente régulièrement les questions géostratégiques liées aux risques.

Image : AIER.org

 

Abonnez-vous à Activist Post pour obtenir des nouvelles sur la vérité, la paix et la liberté. Devenez un mécène de l'Activist Post pour aussi peu qu'un dollar par mois à Patreon. Suivez-nous sur SoMee, HIVE, Flote, Minds et Twitter.

Fournir, protéger et profiter de ce qui s'en vient ! Obtenez un numéro gratuit de Counter Markets dès aujourd'hui.

Livre électronique gratuit Comment survivre à l'apocalypse de l'automatisation du travail
Livre électronique gratuit Comment débuter avec le Bitcoin : Guide du débutant rapide et facile

 

Source : ActivistPost.com

 

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : M……l nous y voilà !
Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Les mesures de confinement lié au COVID-19 sont en phase avec la "grande réinitialisation". (Activist Post)