1 1 1 1 1 Rating 4.56 (9 Votes)

Vous voyez, ils n’auront pas mis longtemps pour nous braquer. C'est vrai que l'on a l'impression que tout était déjà préparé à l'avance. Franchement, leur agenda 2030, cela fait furieusement penser à l'Agenda 21 re-looké, version 2030. Aussi il faudra être très, très vigilant, parce que si c'est ça, on est grave dans la merde... D'ailleurs, j'entends des gens sur les plateaux télés demander une « surveillance numérique », comme en Corée du Sud ou autres, mais c'est qui ces malades ? Qui les a invités à la télévision ? Comme dit Chalouette : ne seraient-ils pas là pour lancer l'idée ?

Pour le reste (parce que des fois l'on a du mal à imaginer quand même ces chiffres), donc 8,7 billions de $ c’est 8.700.000.000.000 de $...

Enfin, pour les Américains ça ne posera aucun problème de participer à hauteur de 10% de leur PIB (comme ils ont l’imprimante à dollars sous le bras).

Mais apparemment, ils ne sont pas d'accord lol ; )))))))))))))))

Voilà,

f.

Onu 04 04 2020

Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a annoncé la création d'un fonds mondial destiné à lutter contre la pandémie de coronavirus. Il demande à toutes les nations de contribuer l'équivalent de 10% du PIB mondial pour financer un gigantesque "plan de relance centré sur l'homme, innovant et coordonné", qui serait administré par une autorité mondiale, vraisemblablement l'ONU elle-même.

"Une réponse multilatérale à grande échelle, coordonnée et globale, représentant au moins 10 pour cent du PIB mondial, est plus que jamais nécessaire. Cette crise est véritablement mondiale. Il est dans l'intérêt de tous de veiller à ce que les pays en développement aient les meilleures chances de gérer cette crise, sinon COVID-19 risque de devenir un frein durable à la reprise économique", indique le rapport des Nations unies.

"La nouvelle maladie à coronavirus s'attaque aux sociétés dans leur essence même, faisant des victimes et détruisant les moyens de subsistance des populations", a déclaré M. Guterres.

Le plan - intitulé "Responsabilité partagée, solidarité mondiale" : Répondre aux impacts socio-économiques de COVID-19 - confierait à l'ONU (ou à une autre entité mondialiste qui doit encore être nommée) environ 8,7 billions de dollars, qu'elle utiliserait soi-disant pour combattre, éradiquer le coronavirus et résoudre d'autres problèmes qui ont résulté du virus.

Le budget actuel de l'ONU est d'environ 3 milliards de dollars. Les 8,7 billions de dollars seraient 2900 fois plus élevés que son budget actuel.

Le plan prévoit une relance mondiale massive afin de "rétablir la confiance dans l'avenir".

"La nature mondiale du choc économique auquel nous sommes confrontés, avec l'effondrement simultané de l'offre et de la demande, exige la première relance budgétaire véritablement mondiale de l'histoire", indique le plan.

Il va sans dire qu'il appelle également à une redistribution massive des richesses de la planète.

"Pour être efficace, le plan de relance devra se concentrer sur le transfert direct et ciblé de ressources vers les ménages les plus vulnérables, et sur le renforcement de la préparation aux urgences sanitaires, de la protection sociale, de la réduction des impôts, des faibles taux d'intérêt, de l'accès au crédit, de l'assurance et des régimes de soutien des salaires. Un soutien doit être apporté aux pays qui n'ont pas la capacité de mettre en œuvre ces mesures."

Parmi les mesures du plan, il est prévu de donner environ 100 milliards de dollars à l'Organisation mondiale de la santé, dont le directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a été complice de la propagation du virus en répétant sans cesse les points de discussion des communistes chinois, notamment l'affirmation grotesque de janvier selon laquelle le COVID-19 n'était pas transmissible aux humains.

L'argent du fonds sera également utilisé pour accorder une "attention particulière à la poursuite de la fourniture de services de santé sexuelle et reproductive, tels que l'accès aux contraceptifs sans ordonnance pendant la crise". Comme "services de santé reproductive" est un euphémisme mondialiste pour désigner l'avortement, les gens de Planned Parenthood devraient être contents.

Pour António Guterres, le virus chinois représente un tournant dans l'histoire de l'humanité et une chance de mettre véritablement en œuvre l'Agenda 2030 des Nations unies et de donner du mordant à l'Accord de Paris sur le climat de 2015.

"Et lorsque nous aurons surmonté cette crise, nous serons confrontés à un choix : retourner dans le monde que nous connaissions avant ou traiter résolument les problèmes qui nous rendent tous inutilement vulnérables à cette crise et aux crises futures. Tout ce que nous faisons pendant et après cette crise doit être fortement axé sur la construction de sociétés plus égalitaires et inclusives, plus résistantes face aux pandémies, au changement climatique et aux nombreux autres défis auxquels nous sommes confrontés", indique le plan.

"Nous savons déjà ce que nous devons faire. Il est présenté dans la feuille de route mondiale pour l'avenir - l'Agenda 2030, les objectifs de développement durable et l'Accord de Paris sur le changement climatique".

L'ONU n'est pas la seule entité à s'intéresser à une réponse mondialiste au coronavirus. Le Forum économique mondial a présenté une vue d'ensemble du COVID-19 en matière de renseignement stratégique, qui est si stratifié et si complexe qu'il est difficile de croire qu'il ait pu être créé dans les quelques semaines qui ont suivi la déclaration de la pandémie.

Un graphique interactif détaille l'impact du COVID-19 sur les marchés financiers, les voyages, le commerce, la main-d'œuvre mondiale et les différents problèmes de santé, tels que les vaccinations et l'arrêt de la propagation de la maladie.

C'est presque comme si ces plans étaient préexistants au virus chinois - comme si les plans attendaient la bonne crise pour être dévoilés.

António Guterres et les Nations unies réclament la totalité du système solaire, peut-être dans l'espoir d'obtenir la Lune. Nous devons être vigilants et nous assurer qu'ils n'obtiennent pas cette Lune, ni même un petit astéroïde sur lequel régner.

La meilleure façon de supprimer l'influence criminelle de l'ONU est de rayer les États-Unis de sa liste de membres.

Écrit par James Murphy

Graphique : lukbar/iStock/Getty Images Plus

James Murphy est un journaliste indépendant qui écrit sur une variété de sujets, avec un accent particulier sur le canular du changement climatique anthropogénique et les questions culturelles. Il peut être joint à l'adresse jcmurphyABR@mail.com.

Source(s) : Thenewamerican.com via Blacklistednews

 

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : Agenda 21

 

 

 

 

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Les Nations Unies veulent que 10% du revenu mondial soit consacré à la lutte contre le COVID-19 (Thenewamerican.com)