(Temps de lecture: 3 - 5 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a fait de son mieux pour attiser les tensions religieuses liées aux caricatures de Charlie Hebdo, qui se moquent du fondateur de l'Islam, Mohammed. Surtout après que les récents attentats terroristes en France aient été condamnés par Macron comme du "terrorisme islamiste". Macron a également déclaré que l'Islam est "en crise" après que des meurtres d'inspiration clairement islamique aient fait de nombreux morts et blessés ce mois-ci - le dernier en date étant l'assassinat d'un prêtre grec orthodoxe à Lyon qui a été blessé au point de mettre sa vie en danger.

Au début de la semaine, M. Erdogan a comparé cela à une Europe qui veut "relancer les croisades" et à une haine de l'islam qui "se propage comme un cancer". Il l'avait déclaré au groupe parlementaire du parti au pouvoir, Justice et Développement (AK) : "Malheureusement, nous traversons une période où l'hostilité envers l'islam, les musulmans et le manque de respect envers le prophète Mahomet se répand comme un cancer, en particulier parmi les dirigeants européens", selon les médias turcs.

Journee De La Rage
Les protestations ont continué dans différentes villes du Moyen-Orient, via The Guardian

Des manifestations de masse ont éclaté dans les capitales du Moyen-Orient, du Pakistan à l'Afghanistan et au Liban, souvent devant l'ambassade française locale.

Des troubles ont été particulièrement observés à Jérusalem et dans la bande de Gaza vendredi, après qu'un ecclésiastique influent qui se rend au Conseil suprême islamique palestinien, Cheikh Ikrima Sabri, eut appelé à une "journée de la rage" contre la France et les "tentatives de l'Europe de nuire" au prophète Muhammad.

L'ecclésiastique est l'un des principaux prédicateurs de la mosquée Al-Aqsa et a dit à ses disciples de "rejeter les dessins offensants du prophète Muhammad" et d'exprimer leur rejet de ces transgressions non civilisées. Il a déclaré que les "caricatures offensives contredisent la liberté de parole et d'expression" et sont destinées à ridiculiser et à insulter l'Islam.

Moyen Orient
Via AP

Vendredi, des affrontements avec la police ont eu lieu à Jérusalem, mais les protestations ne semblent pas s'être étendues aussi largement que prévu dans les territoires palestiniens. L'Associated Press a détaillé la "journée de la rage" comme suit :

    Des centaines de Palestiniens ont également protesté contre Macron devant la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem, le troisième site le plus sacré de l'Islam, en chantant : "Avec nos âmes et avec notre sang, nous nous sacrifions pour notre prophète, Muhammad". Des jeunes ont affronté la police israélienne à la sortie de l'esplanade de la vieille ville. La police israélienne a déclaré qu'elle avait dispersé le rassemblement et arrêté trois personnes.

    Des scores plus élevés ont été enregistrés dans la bande de Gaza, où le groupe militant du Hamas a organisé des rassemblements anti-France dans les mosquées à travers le territoire qu'il contrôle.

    Fathi Hammad, un responsable du Hamas, s'est adressé à une manifestation dans le camp de réfugiés de Jabaliya, en promettant "de se serrer les coudes pour faire face à cette offensive criminelle qui porte atteinte à la foi d'environ deux milliards de musulmans", en référence aux représentations du prophète musulman. Il a réitéré l'appel des autorités du Hamas aux Palestiniens pour qu'ils boycottent tous les produits français.

Pendant ce temps, la France reste en état d'alerte élevé, les forces de sécurité étant à l'affût de nouvelles attaques terroristes dans un contexte de tension qui semble être une répétition du massacre de Charlie Hebdo de 2015.

 

Source : Zerohedge.com