(Temps de lecture: 5 - 9 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 4.33 (6 Votes)

C'est déjà largement le cas pour certains médicaments en France, mais a contrario j'ai une toute petite pharmacie dans mon village, mais apparemment cela ne va pas s'arranger, alors je vous passe l'info. Merci à nos contributeurs/trices, je suis fainéant en ce moment, je vous l'ai dit, je ne croie plus que nous puissions changer quoi que ce soit au cours des évènements..., ceux qui ont compris ont intégré l'information, les autres ne le feront jamais par déni ou par confort ...ou autres....

Update 22.09.2022 : Tuer l'Europe avec l'Ukraine : Les Suédois ont publié le plan secret du Pentagone (Uncutnews.ch)

Amitiés,

f

Penurie Medicaments
La pénurie de médicaments en Suisse s'aggrave. Les premiers médicaments sont déjà obtenus à partir
des stocks obligatoires. Getty Images
 
Selon la liste des ruptures de médicaments de l'Office fédéral de l'approvisionnement économique national (BWL), onze médicaments essentiels sont actuellement obtenus à partir des stocks obligatoires. Divers autres médicaments importants ne sont actuellement plus disponibles, des alternatives doivent être trouvées rapidement.
 
Prise Medicament
 
Selon l'Association des pharmaciens Pharmasuisse, cependant, la liste de l'administration économique ne montre qu'une partie de la vérité : "Il n'y a qu'un aperçu très limité du phénomène et les pharmaciens ne reçoivent les informations que lorsque la rupture d'approvisionnement existe déjà."

C'est de cela qu'il s'agit.

La liste des médicaments manquants s'allonge de plus en plus.

Les analgésiques et les antibiotiques en particulier sont rares.

Les médicaments indispensables sont déjà obtenus à partir des stocks obligatoires.

On ne sait pas exactement quels médicaments manqueront bientôt dans les rayons des pharmacies....

Raisons des ruptures

La pharmacie Balgrist de Zurich en ressent les effets. La porte-parole des médias, Priska Scherzer, a déclaré : "Plusieurs médicaments ne sont actuellement pas disponibles auprès du grossiste principal, ce qui peut également affecter la disponibilité des médicaments chez nous." Lorsque le lecteur de 20 Minutes a voulu acheter du MG dans la pharmacie Balgrist à Ponstan, la vendeuse lui a dit qu'elle venait de recevoir les deux derniers packs.

C'est ce que confirme le premier grossiste de médicaments en Suisse, Galenica AG : "En raison d'un goulot d'étranglement, des médicaments n'ont pas pu être livrés aux pharmacies, du moins temporairement", a déclaré le porte-parole des médias Andreas Petrosino.

Le goulot d'étranglement atteint son paroxysme

Selon la liste des goulots d'étranglement actuels de l'Office fédéral de l'approvisionnement économique national (BWL), onze médicaments sont actuellement obtenus à partir des stocks obligatoires. Divers autres médicaments ne sont actuellement plus disponibles, des alternatives doivent être trouvées.

Selon l'Association des pharmaciens Pharmasuisse, cependant, la liste BWL ne montre qu'une moitié de vérité : «Il n'y a qu'un aperçu très limité et les pharmaciens ne reçoivent les informations que lorsque la rupture d'approvisionnement existe déjà. Surtout quand ils veulent commander à nouveau des médicaments », explique Stéphanie Logassi Kury, responsable de la communication.


Pharmasuisse appelle la Confédération à prendre les devants : «Il faut une information précoce, de la transparence et de la diversification. Il est crucial que les pharmacies soient informées à un stade précoce des ruptures de livraison.» Un groupe de travail fédéral travaille actuellement sur de telles solutions.

En attendant les résultats, Enea Martinelli, vice-présidente de Pharmasuisse, a pris les choses en main et a créé la base de données www.drugshortage.ch. "En mai, il y avait encore environ 400 ruptures de livraison, maintenant il y en a plus de 600", explique Martinelli.

Quels médicaments vont bientôt manquer ?

Il est difficile de dire quel médicament s'épuisera. "C'est comme lire dans le marc de café", dit Martinelli. Pour les patients, le danger est plus grand là où une défaillance a un effet immédiatement perceptible. "Ceux-ci incluent les médicaments antiépileptiques, les médicaments anti-Parkinsonien, les médicaments pour le cœur et le diabète et les médicaments psychiatriques."

Philippe Luchsinger, président de MFE Médecins généralistes et pédiatres Suisse, est un peu plus clair. Selon lui, des médicaments vitaux manquent parfois, ce qui pose des situations difficiles pour les médecins et les patients. « Surtout en médecine pédiatrique, il y a toujours un manque d'antibiotiques importants, et récemment, des préparations qui n'ont pas d'alternative pour des situations particulières ont été retirées du marché. Malheureusement, l'industrie pharmaceutique ne tient pas compte de la situation de l'approvisionnement ici », déclare Luchsinger.

Il n'est pas non plus tout à fait clair de qui est responsable. Le BAG et BWL écrivent sur demande : « Le BAG ne contrôle pas l'approvisionnement en médicaments essentiels de la Suisse. Les cantons sont principalement responsables des soins de santé.»

Urs Künzle, président de l'Association des pharmaciens cantonaux, voit la responsabilité dans l'administration de l'entreprise. Il s'inquiète : "Les pharmacies hospitalières, les pharmacies publiques et les cabinets médicaux ont dit à plusieurs reprises qu'il est actuellement très difficile de se procurer certains médicaments." C'est également problématique avec les médicaments non essentiels : "Chaque changement de médicament est un risque et signifie un travail supplémentaire pour le médecin ou l'hôpital."

La Chine et l'Inde comme principale cause

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles de tels goulots d'étranglement se produisent. La pandémie de corona et les perturbations qui en résultent dans les chaînes d'approvisionnement jouent un rôle important. De nombreux médicaments ou matières premières sont fabriqués en Chine. La stratégie zéro-Covid y a parfois conduit à des arrêts de production. L'Inde provoque également une pénurie de médicaments en Europe et en Suisse. Au printemps, le gouvernement a décidé d'arrêter les exportations d'antibiotiques afin d'assurer l'approvisionnement de sa propre population.

Des solutions sont à trouver en fin d'année


Le gouvernement fédéral et plusieurs offices fédéraux savent depuis longtemps qu'il existe des goulots d'étranglement pour l'approvisionnement en médicaments. Un groupe de travail interdisciplinaire composé d'experts de l'administration fédérale et des parties intéressées devrait donc examiner différentes mesures et formuler des recommandations d'ici fin 2022. 

Si les "experts" s'en mêlent alors les Suisses sont sauvés ! 
 
Le problème touche aussi la France...
 
 
Source(s) : 20min.ch via Echelledejacob sur la piste de Gâchette
 
 
Informations complémentaires :