(Temps de lecture: 4 - 8 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (1 Vote)

C'est pourquoi j'étais tellement déçu par l'abandon de la taxe sur les transactions financières en France, car il faut anticiper le débat et d'ores et déjà légiférer, ces avancées technologiques peuvent être une révolution (je pense notamment aussi aux usines nanos qui pourront assembler des objets complexes, atome par atome), et une occasion de nous libérer du travail obligatoire (ce qui inclus de repenser nos modèles de sociétés), ou ce sera notre enfer et la compétition hommes « améliorés » contre les machines, et ce seront toujours les mêmes qui en tireront avantages (comme depuis 69 ans du reste).

Bien à vous,

L'Amourfou.

Automatisation 11 11 2014
Pour éviter d'être évincés par les robots, les employés vont devoir se doter de nouvelles qualifications avance
l'étude. (Crédits : Reuters)

Le remplacement des hommes par les machines pour les tâches automatisées n'est pas un fait nouveau, mais son impact chiffré était jusqu'alors méconnu. Une étude conjointe de Deloitte et de l'Université d'Oxford avance que la tendance pourrait concerner jusqu'à un emploi sur trois au Royaume-Uni.

Les métiers tel qu'assistant libraire, secrétaire, agent de voyage ou encore greffier sont parmi les plus exposés à la concurrence des ordinateurs. Le phénomène est déjà bien entamé puisque depuis 2001, ces métiers ont déjà fondu de 40% selon l'étude publiée lundi par Deloitte et l'université d'Oxford,

L'avenir pour le marché du travail n'est que plus sombre puisque 35% des emplois au Royaume-Uni et 30% à Londres risquent d'être supplantés par des machines d'ici les vingt prochaines années poursuit l'étude.

Les moins payés ... plus exposés

De nouveaux métiers éclosent, comme dans la science des données ou dans les réseaux sociaux, mais pas sûr que tout le monde puisse se mettre si facilement "à la page" en matière de numérique. L'inquiétude des analystes réside par ailleurs dans l'exposition inégale des salariés face à cette tendance à la robotisation :

En effet, "ceux qui gagnent moins de 30.000 £ (38.200 €) par an risquent cinq fois plus d'être remplacés par des robots que ceux qui gagnent plus de 100.000 £ (127.500 €) par an. A Londres les emplois peu rémunérés sont huit fois plus exposés à ce risque".

Des données qui font craindre à Rory Cellan-Jones, spécialiste des nouvelles technologies cité par BBC News, que le "fossé entre riches et pauvres ne se creuse encore davantage avec la progression des robots".

Des métiers hautement qualifiés

Pour éviter d'être évincés par les robots, les employés vont devoir se doter de nouvelles qualifications avance l'étude. Bien sûr, les compétences en matière numérique sont les plus demandées : 85% des employeurs londoniens sont à la recherche de profils avec "un savoir-faire digital", mais aussi avec des aptitudes en management et une bonne dose de créativité. En somme, mieux vaut avoir les qualités qu'un ordinateur ne pourra (jamais ?) se doter.

Loin d'être fatalistes, les analystes de Deloitte appellent les décideurs politiques et les entrepreneurs à réagir, vite, pour que la "main d'œuvre" se dote de ces aptitudes inimitables par les machines.

 

Source(s) : Latribune.fr via Maître Confucius

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : NextAge 06...

 

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Les robots menaceraient un emploi sur trois au Royaume-Uni