(Temps de lecture: 8 - 16 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 4.67 (6 Votes)
  • Découverte d’une correspondance génétique dans le site de clivage unique de la furine de Covid sur la protéine spike.
  • La séquence génétique correspondante est brevetée par Moderna à des fins de recherche sur le cancer.
  • Selon les chercheurs, il y a une chance sur 3 trillions que le Covid ait développé le code de façon naturelle.

De nouveaux soupçons concernant la possibilité que le Covid ait été manipulé en laboratoire sont apparus aujourd’hui, après que des scientifiques ont découvert du matériel génétique appartenant à Moderna dans la protéine de pointe du virus.

Ils ont identifié un minuscule bout de code identique à une partie d’un gène breveté par le fabricant de vaccins trois ans avant la pandémie.

Il a été découvert dans le site de clivage unique de la furine du SRAS-CoV-2, la partie qui le rend si efficace pour infecter les gens et qui le sépare des autres coronavirus.

Cette structure a été l’un des points centraux du débat sur l’origine du virus, certains scientifiques affirmant qu’elle ne pouvait pas avoir été acquise naturellement.

L’équipe internationale de chercheurs suggère que le virus a pu muter pour se doter d’un site de clivage de la furine lors d’expériences sur des cellules humaines en laboratoire.

Ils affirment qu’il y a une chance sur trois milliards que la séquence de Moderna soit apparue au hasard de l’évolution naturelle.

Mais la question de savoir si cette correspondance est aussi rare que le prétend l’étude fait débat, d’autres experts la décrivant comme une coïncidence « bizarre » plutôt que comme une « preuve irréfutable ».

Moderna Adn Covid
Le SRAS-CoV-2, qui est à l’origine du Covid, porte toutes les informations nécessaires à sa
propagation dans environ 30.000 lettres du code génétique, appelé ARN. Le virus partage
une séquence de 19 lettres spécifiques avec une section génétique appartenant à Moderna.
Douze des lettres partagées constituent la structure du site de clivage de la furine de Covid,
le reste étant une correspondance avec des nucléotides d’une partie voisine du génome.
Moderna Gene
Moderna a déposé le brevet en février 2016 dans le cadre de sa division de recherche sur le cancer,
selon les dossiers. La séquence brevetée fait partie d’un gène appelé MSH3 qui est connu pour
affecter la façon dont les cellules endommagées se réparent dans le corps. Il a été approuvé le
7 mars de l’année suivante

Dans la dernière étude, publiée dans Frontiers in Virology, les chercheurs ont comparé la composition de Covid à des millions de protéines séquencées dans une base de données en ligne.

Le virus est constitué de 30.000 lettres de code génétique qui portent les informations dont il a besoin pour se propager, appelées nucléotides.

C’est le seul coronavirus de ce type à porter 12 lettres uniques qui permettent à sa protéine spike d’être activée par une enzyme commune appelée furine, ce qui lui permet de se propager facilement entre les cellules humaines.

L’analyse du génome original de Covid a révélé que le virus partage une séquence de 19 lettres spécifiques avec une section génétique appartenant à Moderna, qui compte un total de 3300 nucléotides.

« QU’EST-CE QUE LE SITE DE CLIVAGE DE LA FURINE ?
Le SRAS-CoV-2, qui est à l’origine du Covid, porte toutes les informations nécessaires à sa propagation dans environ 30.000 lettres du code génétique, appelé ARN.
Mais il est le seul coronavirus de ce type à porter 12 lettres uniques qui lui permettent d’être activé par une enzyme commune appelée furine.
Cela permet au virus d’envahir plus facilement les cellules voisines.
Le site de clivage de la furine est situé sur la protéine spike du virus, la structure qui se lie aux cellules humaines en premier lieu.
Les scientifiques ajoutent parfois cet élément aux virus de laboratoire pour les rendre plus infectieux, mais dans la nature, les agents pathogènes peuvent l’acquérir en échangeant leur code génétique avec d’autres membres de leur famille.
La furine a été le point central de l’intrigue de nombreux scientifiques étudiant les origines du virus, car aucun autre membre connu de la famille de Covid – un groupe appelé Sarbecovirus – ne possède ce site.  »

La société pharmaceutique américaine a déposé le brevet en février 2016 dans le cadre de sa division de recherche sur le cancer, selon les dossiers.

La séquence brevetée fait partie d’un gène appelé MSH3 qui est connu pour affecter la façon dont les cellules endommagées se réparent dans le corps.

Les scientifiques ont mis en évidence cette voie comme une cible potentielle pour de nouveaux traitements contre le cancer.

Douze des lettres partagées constituent la structure du site de clivage de la furine de Covid, le reste étant une correspondance avec des nucléotides sur une partie voisine du génome.

Dans leur article, dirigé par le Dr Balamurali Ambati, de l’université de l’Oregon, les chercheurs ont déclaré que le code correspondant pourrait avoir été introduit à l’origine dans le génome de Covid par des cellules humaines infectées exprimant le gène MSH3.

Le professeur Lawrence Young, virologue à l’université de Warwick, a admis que la dernière découverte était intéressante mais a affirmé qu’elle n’était pas assez significative pour suggérer une manipulation en laboratoire.

Il a déclaré au MailOnline : « Nous parlons d’un très, très, très petit morceau composé de 19 nucléotides. »

« Pour être franc, cela ne signifie pas grand-chose. Si vous faites ce genre de recherches, vous trouverez toujours des correspondances.

Parfois, ces choses arrivent par hasard, parfois c’est le résultat d’une évolution convergente (lorsque des organismes évoluent indépendamment pour avoir des caractéristiques similaires afin de s’adapter à leur environnement).

C’est une observation originale, mais je ne l’appellerais pas une preuve irréfutable, car elle est trop petite. »

Il a ajouté : « Cela ne nous fait pas avancer dans le débat sur la question de savoir si Covid a été fabriqué. »

Le Dr Simon Clarke, microbiologiste à l’Université de Reading, s’est demandé si la découverte était aussi rare que le prétend l’étude.

Il a déclaré au MailOnline : « Il ne peut y avoir qu’un certain nombre de [combinaisons génétiques dans] les sites de clivage de la furine. »

« Ils fonctionnent comme une serrure et une clé dans la cellule, et les deux ne s’assemblent que dans un nombre limité de combinaisons.

C’est donc une coïncidence intéressante, mais c’est sûrement une coïncidence totale. »

MailOnline a contacté Moderna pour un commentaire.

Des preuves circonstancielles ont longtemps soulevé des questions sur l’origine de Covid et son lien avec l’Institut de virologie de Wuhan.

Cet établissement était connu pour mener des expériences sur des souches de coronavirus de chauve-souris similaires à celle responsable de la pandémie.

La Chine a insisté très tôt et très souvent sur le fait que le virus ne s’était pas échappé du laboratoire, affirmant que le passage à l’homme avait dû se produire dans un « marché humide » de Wuhan qui vendait des animaux vivants.

Peut-être poussés par l’animosité envers le président américain de l’époque, Donald Trump, qui a très tôt adhéré à la théorie de la fuite du laboratoire, les médias grand public et les universitaires occidentaux ont dédaigné cette possibilité, la qualifiant de théorie du complot déséquilibrée.

Mais des courriels ayant fait l’objet d’une fuite ont montré que des scientifiques de haut niveau conseillant les gouvernements britannique et américain avaient exprimé en privé leurs préoccupations quant au récit officiel.

Trump Covid
Une étude réalisée au début du mois a révélé des traces d’échantillons de Covid qui contenaient du
matériel génétique provenant d’humains, de hamsters et de singes et qui pourraient être antérieurs à
la chronologie officielle de la pandémie.

Sir Jeremy Farrar, un éminent expert britannique qui a publiquement dénoncé la théorie de la « conspiration », a admis dans un courriel privé en février 2020 qu’une « explication probable » était que le virus était d’origine humaine.

Le conseiller du gouvernement britannique de l’époque avait déclaré qu’il était « 70:30 ou 60:40 » en faveur d’une diffusion accidentelle par rapport à une origine naturelle.

Dans le courriel, envoyé aux responsables américains de la santé, les docteurs Anthony Fauci et Francis Collins, Sir Jeremy affirmait qu’il était possible que le Covid ait évolué en laboratoire à partir d’un virus de type Sars.

Il a ajouté que ce processus apparemment bénin pouvait avoir « accidentellement créé un virus prêt à se transmettre rapidement entre humains ».

Mais le scientifique britannique s’est vu opposer une fin de non-recevoir par ses homologues américains, qui ont prévenu que la poursuite du débat sur les origines du virus pourrait nuire à « l’harmonie internationale ».

Dernier rebondissement en date, une étude réalisée au début du mois a trouvé des traces d’échantillons de Covid contenant du matériel génétique provenant d’humains, de hamsters et de singes et qui pourraient être antérieurs à la chronologie officielle de la pandémie.

Lire aussi : Moderna a breveté la séquence du gène du SRAS-CoV2 « fabriqué par l’homme » en 2018

 

Source : Daily Mail – Traduit par Anguille sous roche

Merci à Anguille sous roche.

Informations complémentaires :