Les tensions mondiales augmentent autour de la Russie et de l’Ukraine – Que se passera-t-il ensuite ? (Lesakerfrancophone.fr)

(Temps de lecture: 7 - 14 minutes)
5 of 5 (2 Votes)

Il arrive un moment dans la vie d’une analyse économique ou politique, où la plupart de vos observations ou prédictions deviennent soit majoritairement fausses, soit majoritairement justes. Si vous avez fait votre travail correctement en faisant preuve de diligence raisonnable, en effectuant des recherches et en appliquant des connaissances pratiques, vous serez alors en mesure d’expliquer pourquoi les dominos tombent. Les gens doivent comprendre comment ces événements étaient prévisibles, afin de pouvoir mieux se préparer à l’avenir.

Les médias grand public, les politiciens et les banques mondiales diront au public que « personne n’aurait pu voir ces événements venir ». C’est un mensonge. Certains d’entre nous, dans les médias alternatifs, les ont vus venir, et avec une clarté considérable. L’establishment et ses défenseurs ne veulent pas que vous le sachiez. Ils nieront catégoriquement que nous ayons prédit quoi que ce soit ; ils prétendront que nous n’existons pas, que nos analyses n’ont jamais eu lieu ou, dans un ultime effort, ils prétendront qu’ils ont tout vu venir avant nous.

Les fonctionnaires et les analystes du courant dominant doivent maintenir leur image d’autorité publique, et ils ne peuvent pas le faire si les « arrivistes » de l’arène alternative ont constamment raison alors qu’ils ont constamment tort. Après tout, ils ont tous les beaux diplômes de l’Ivy League.

Dans mon article intitulé « Le programme de Reset globaliste a échoué – L’Ukraine est-elle le plan B ?», publié en janvier de cette année, j’ai expliqué pourquoi je pensais qu’une guerre entre l’Ukraine et la Russie était la crise la plus probable, après que le battage médiatique de la pandémie de Covid se soit estompé.

Dans mon article intitulé « L’Ukraine apprend la valeur d’une population armée, mais beaucoup trop tard», je faisais valoir la forte probabilité que des troupes de l’OTAN soient déjà sur le terrain dans la région, et pas seulement en tant que conseillers. Selon des preuves de plus en plus nombreuses, il est clair que les troupes occidentales sont actives en Ukraine et que les services de renseignement américains et européens dirigent globalement la guerre. Dans certains cas, cela a été ouvertement admis. Et pourquoi ne dirigeraient-ils pas la guerre ? Elle est entièrement menée avec l’argent et les armes de l’OTAN.

Puis, récemment, j’ai prédit que le Kremlin s’apprêtait à changer de stratégie : au lieu d’essayer de tenir de plus grandes étendues de territoire, je pensais qu’il chercherait plutôt à utiliser une stratégie de « soumission » et à détruire la majeure partie de l’infrastructure ukrainienne, en particulier les réseaux d’électricité et d’eau. Dans mon article intitulé « Escalade : Les événements récents laissent entrevoir un danger économique croissant » publié il y a un mois, je déclarais que :

Avec la quantité de propagande provenant des services de renseignement ukrainiens et de l’OTAN, il est difficile de dire ce qui se passe réellement, mais je soupçonne la Russie de changer de stratégie et de se repositionner pour déployer des bombardements de missiles et d’artillerie sur les infrastructures, notamment les réseaux électriques et l’eau.

C’est une tactique que la Russie a évitée pendant des mois, ce qui est surprenant car l’une des premières mesures généralement prises par les États-Unis lors d’une invasion est d’éliminer la plupart des infrastructures clés (comme nous l’avons fait en Irak). On pourrait penser que la Russie aurait fait de même, mais peut-être gardent-ils ce scénario pour l’hiver, quand il est plus difficile pour l’Ukraine de faire face… Cela rendrait l’Ukraine essentiellement invivable au cours de l’hiver à venir pour la majeure partie de la population.

La semaine dernière, ma dernière prédiction s’est réalisée, la Russie frappant désormais de multiples cibles d’infrastructure à l’aide de missiles de croisière et de drones et mettant hors service au moins 60% des réseaux électriques ukrainiens. Ces réseaux sont maintenant détournés pour fournir un peu d’électricité aux régions touchées, mais dans le meilleur des cas, ils ne peuvent être actifs que 5 heures par jour. Les autorités de la ville de Kiev ont appelé les résidents et les entreprises à limiter leur consommation d’électricité de 17 heures à 22 heures et ont demandé aux propriétaires de panneaux publicitaires d’éteindre leurs lumières pendant cette période.

L’Ukraine a interrompu toutes ses exportations d’énergie vers l’Europe en raison des dommages subis par le réseau. En d’autres termes, l’UE vient de perdre encore plus de ses ressources énergétiques primaires, en plus de la perte du gaz et du pétrole russes.

Certaines personnes pourraient prétendre que les attaques de missiles étaient impromptues et n’ont été déclenchées que par la destruction partielle du pont de Kertch par un camion piégé ukrainien. Cette affirmation est fausse. Selon Ben Hodges, un général américain à la retraite, l’intensité et le volume des attaques indiquent qu’elles ont été planifiées bien avant l’explosion du week-end sur un pont reliant la Russie et la Crimée annexée. Autrement dit, la Russie allait frapper l’infrastructure ukrainienne de toute façon.

Mais que signifie tout cela, et que va-t-il se passer ensuite ?

Jusqu’à présent, mes observations sur la crise ont été exactes, mais il n’est pas nécessaire d’avoir une boule de cristal pour voir où la situation va nous mener. Avant tout, la guerre de propagande va passer à la vitesse supérieure, la Russie étant largement condamnée pour « génocide » alors que les civils ukrainiens sont confrontés à un long hiver avec peu ou pas d’électricité et un minimum d’eau potable.

Pour mettre les choses en perspective, toutefois, lorsque les États-Unis ont envahi l’Irak pour la deuxième fois au cours de l’opération Iraqi Freedom, nous avons anéanti la plupart des ressources vitales du réseau et laissé des millions d’Irakiens sans électricité ni eau. Des centaines de milliers de civils sont morts pendant la guerre, dont beaucoup par manque de produits de première nécessité. Nous devons donc faire attention à la façon dont nous lançons le mot « génocide », car notre maison de verre se brise aussi facilement que n’importe quelle autre.

Je rappelle aux lecteurs que je n’ai aucun intérêt personnel dans l’un ou l’autre camp de ce conflit, je ne m’intéresse qu’aux faits sur le terrain et à la façon dont ils affectent le reste du monde et l’Amérique en particulier. Je ne fais pas confiance à Vladimir Poutine, avec ses liens de longue date avec les globalistes du WEF et son amitié avec Henry Kissinger, et je ne fais certainement pas confiance au gouvernement fantoche d’Ukraine. Je soupçonne que ce conflit a été fomenté au profit des élites globalistes, et j’ai donné toutes mes raisons pour cela au tout début de la guerre.

Je rappelle également aux lecteurs qu’il n’y a pas si longtemps, les Démocrates et certains néo-conservateurs du GOP ont exercé une pression agressive pour que l’opinion publique américaine soutienne un engagement profond des États-Unis et éventuellement le déploiement de troupes en Ukraine. Cette tentative a échoué en grande partie, mais ils essaieront à nouveau à mesure que le conflit s’intensifie. Des mots comme « génocide » sont utilisés à profusion par les propagandistes pour susciter l’indignation, mais ces gens sont rarement honnêtes.

Cela ne veut pas dire que l’Ukraine n’est pas confrontée à un désastre, loin de là. Jusqu’à présent, elle a bénéficié de commodités qui sont rarement accessibles à un pays en pleine invasion, notamment l’électricité et les communications Internet. Cette situation est en train de changer. Alors que les réseaux électriques continuent de tomber en panne ou d’être détruits par des frappes ciblées, il est inévitable que des millions d’Ukrainiens supplémentaires cherchent à quitter la région en se réfugiant dans les pays voisins. Cet afflux va certainement créer une crise humanitaire.

En outre, les appels des gouvernements de l’OTAN en faveur d’une intervention directe deviendront de plus en plus pressants et les médias grand public tenteront d’amplifier autant que possible les bruits de sabre.

L’Ukraine se tournera vers des frappes plus asymétriques à l’intérieur de la Russie, en recourant à de multiples actions de guérilla ou de terrorisme, dans le but de susciter une réponse plus large de la Russie qui pourrait inciter les États-Unis et l’UE à s’engager ouvertement.

La Russie va simplement attendre son heure. Elle ne subit qu’une pression économique minime, étant donné qu’elle profite d’une explosion des profits énergétiques et de ses liens commerciaux étroits avec la Chine et l’Inde. Tout ce que Poutine doit faire, c’est attendre que les armes et l’argent de l’OTAN s’épuisent, ce qui ne saurait tarder. D’un point de vue stratégique, il est logique que la Russie poursuive ses frappes ciblées plutôt que d’essayer de s’emparer de davantage de territoires. Cela dit, un conflit prolongé aide également l’establishment à détourner l’attention de la crise économique qu’il a provoquée.

Poutine ne l’admettra jamais, mais la présence russe en Ukraine sert de nombreux intérêts globalistes.

La plus grande question que l’on se pose est bien sûr de savoir si cela conduira à un événement nucléaire ? Si nous parlons d’une guerre nucléaire mondiale, je pense que non. Si nous parlons d’une frappe régionale limitée, comme une ou deux armes, alors oui, les chances sont élevées.

L’hypothèse automatique que les gens font, est que si une bombe nucléaire explose, TOUTES les bombes nucléaires exploseront. Ce n’est pas nécessairement vrai. Une frappe régionale, très probablement menée par la Russie ou du moins imputée à la Russie, serait en fait bénéfique aux intérêts globalistes qui pourraient utiliser l’image d’un champignon atomique au-dessus de l’Ukraine comme un outil de peur et de panique ultime. Le public pourrait être plus malléable et contrôlable s’il pensait que de méchants Russes armés de bombes nucléaires sont sur le point de l’éliminer.

Un véritable échange nucléaire mondial ne serait PAS aussi avantageux pour l’establishment, car le résultat serait totalement imprévisible et la vaste infrastructure qu’ils ont mis des générations à construire serait éliminée en un clin d’œil. Je pense que les globalistes feront tout ce qui est en leur pouvoir pour éviter une calamité nucléaire mondiale, mais ils essaieront certainement d’utiliser cette menace à leur avantage.

La crise énergétique de l’Ukraine coïncidera avec la crise énergétique imminente de l’Europe cet hiver et je doute qu’il y ait beaucoup de pays de l’UE qui échapperont à l’effondrement de l’économie et de la chaîne d’approvisionnement. L’ampleur de la crise sera déterminée par la rigueur de l’hiver.

En ce qui concerne l’Amérique, je continue à m’inquiéter surtout de l’aspect politique. Je vois déjà un récit flottant sur les plateformes de médias sociaux selon lequel les conservateurs sont complices de la Russie et que, dans certains cas, les groupes qui s’opposent aux politiques draconiennes de l’establishment et de l’administration Biden sont en fait des « agents russes ».

La stratégie ici est si transparente qu’elle en est presque risible. Alors que Biden continue à outrepasser et à battre ses tambours de guerre contre la moitié de la population américaine, on prétendra que ceux d’entre nous qui répondent ou résistent ne sont pas des « combattants de la liberté », mais des saboteurs russes payés. Même ceux d’entre nous qui mènent ce combat depuis des décennies seront accusés de « trahison » et d’« insurrection » au lieu de simplement se défendre contre la tyrannie.

Le temps est venu pour l’ultime éclairage des citoyens américains – Ils vont essayer de nous enlever nos libertés et tout ce que nous avons et nous accuser d’être des méchants et des agents étrangers en même temps. C’EST la fin du jeu du paradigme Est/Ouest, du moins pour les Américains. Mais si nous pouvons le voir venir, nous pouvons au moins nous y préparer et avertir autant de personnes que possible avant que cela n’arrive.

 

Brandon Smith

 

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

 

Source : Lesakerfrancophone.fr

 

Informations complémentaires  :