(Temps de lecture: 5 - 10 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Bonjour à toutes et à tous, une nouvelle journée de lutte s'annonce, du reste grâce aux Moutons Enragés, et d'autres blogs qui relaient certains articles nous avons plus de visiteurs (on les remercie du fond du cœur).

Je note aussi que beaucoup d'entre vous arrivent directement sur le site, ce qui veut dire que vous contournez intelligemment la censure de Google.

Nos scores SEO sont aussi en hausse (beaucoup de travail de fonds pour cela), bref quelques bonnes nouvelles ce matin.

Pour la Une du jour je n'ai pas été très loin (Defcon Room), mais je pense que ce vaccin Novavax (qui n'est pas à base d'ARN Messager) peut constiter une solution, s'ils imposent la vaccination pour aller travailler.

On ne sait pas ce qu'il y a dedans (il peut y avoir aussi des nanos objets à l'intérieur, donc je reste prudent), et je pense qu'il faut un peu de recul, mais ça peut constituer une porte de sortie, si vraiment on est 'serré' par ces enfoirés du gouvernement.

A étudier donc,

Par contre méfiez-vous, ces tarés semblent vouloir mixer ARN Messager et vaccin conventionel... (or, on sait que le mix de vaccin ne permet pas d'assurer un suivi des effets secondaires, de plus ce n'est absolument pas la même technologie, donc je trouve cela aberrant).

Amitiés,

f.

Novavax
Une personne âgée fait sa troisième dose de vaccin anti-Covid. Photo Unsplash

Ce vaccin, élaboré par le laboratoire américain Novavax, sera connu sous le nom de Nuvaxovid. Il a la particularité de ne pas utiliser la technologie de l'ARN Messager, contrairement à ceux de Pfizer et Moderna.

Les premières injections en France du vaccin anti-Covid de Novavax, le cinquième à avoir été approuvé dans l'Union européenne, pourraient avoir lieu "début février", a indiqué, jeudi 6 janvier, le ministère de la Santé. 

Ce vaccin avait été approuvé dès le 20 décembre dans l'UE, mais son utilisation en France est toujours conditionnée à l'avis de la Haute autorité de santé (HAS).

De quel type de vaccin s'agit-il ?

Vendu sous le nom de Nuvaxovid, ce vaccin, fabriqué par le laboratoire américain Novavax, est un vaccin dit "sous-unitaire": il contient une composante du virus (et non le virus entier, comme les vaccins les plus classiques), introduite dans l'organisme pour déclencher une réponse immunitaire.

Il a donc la particularité de ne pas utiliser la technologie de l'ARN Messager, contrairement à ceux de Pfizer et Moderna (les deux seuls aujourd'hui hégémoniques en France, après l'abandon progressif de ceux d'AstraZeneca et de Janssen).

C'est sur cette technique que se basent les vaccins contre la coqueluche, la méningite à méningocoque et l'hépatite B. Cela pourrait lever les réticences des personnes qui refusent de se faire vacciner par la technologie de l'ARNm, plus récente.

Il "pourrait [donc] aider à surmonter les principaux obstacles à la vaccination mondiale, notamment les défis de la distribution et l'hésitation à la vaccination", selon le PDG de l'entreprise Novavax, Stanley C. Erck

Combien de temps entre deux doses ?

Nuvaxovid devra être administré en deux injections, généralement dans le muscle de la partie supérieure du bras, à trois semaines d'intervalle.

Les effets indésirables observés avec le sérum dans les études étaient généralement légers ou modérés, et ont disparu quelques jours après la vaccination : douleur à l'endroit de l'injection, courbatures, fatigue, maux de tête et malaises.

Pour quelle efficacité ?

Les essais cliniques principaux, en Grande-Bretagne, aux États-Unis et au Mexique, impliquaient plus de 45.000 personnes. Ils ont montré entre 89 et 90% d'efficacité pour réduire le nombre de cas symptomatiques de Covid.

L'Agence européenne des médicaments (EMA) avait toutefois noté que "la souche originale du SRAS-CoV-2 et certains variants préoccupants tels que Alpha et Beta étaient les souches virales les plus courantes circulant lorsque les études étaient en cours".

Il existe actuellement des données limitées sur l'efficacité de Nuvaxovid contre d'autres variants préoccupants, y compris Omicron", a souligné l'EMA, indiquant que "l'innocuité et l'efficacité du vaccin continueront d'être surveillées au fur et à mesure de son utilisation dans l'ensemble de l'UE".

La société américaine avait pour sa part reconnu qu'elle "évaluait son vaccin contre le variant Omicron" et travaillait encore sur une version spécifique pour combattre ce variant particulièrement contagieux.

Combien de vaccins sont autorisés dans l'UE ?

L'EMA avait donné son feu vert il y a déjà quelques semaines au vaccin Nuvaxovid. Il devrait donc devenir "le cinquième vaccin recommandé dans l'UE pour prévenir la Covid-19" chez les plus de 18 ans, a-t-elle souligné dans un communiqué (les quatre autres étant Pfizer/BioNTech, Moderna, AstraZeneca/Vaxzevria/Covishield et Johnson & Johnson).

Quand sera-t-il disponible?

L'avis de la HAS est attendu "dans les jours qui viennent", selon le ministère de la Santé, qui a annoncé devoir recevoir "3,2 millions de doses" au premier trimestre 2022, et a posé une option pour "3,2 millions de doses supplémentaires" au deuxième trimestre. 

Les premières livraisons sont attendues "fin janvier", mais "des signaux indiquent qu'il pourrait y avoir des retards". Les autorités parlent désormais de "début février 2022".

"Puisse (ce vaccin) être un solide encouragement pour les non-vaccinés ou ceux qui n'ont pas fait leur rappel !", espère la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

 

Source : Nicematin.com

Informations complémentaires :