(Temps de lecture: 7 - 13 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

Bonjour à toutes et à tous, ce matin je voulais vous offrir un apéricube, qui je l'espère vous permettra de prendre du recul (pour François Bayrou c'est à 17min35 de l'interview).

Et de relativiser tout cela, vous comprendrez pourquoi notre victoire est inéluctable, E. Macron est un colosse aux pieds d'argile, car il est isolé, son parti n'a pas d'ancrage national, ni même de passé politique, car LREM est une création artificielle de Mc Kinsey, qui a eu l'aide de la BIGTECH pour gagner (en fait c'est une véritable 'chimère' politique) qui n'a pour 'base' que 22% de la population, qui sont des fous furieux Eurolâtre mondialistes, très motivés (par le pognon), qui de facto ne vivent pas dans les mêmes conditions que 78% des Français.

Et ça il faut bien le comprendre, ce qui a eu lieu est un véritable hold-up, car nous sommes 78% à ne plus pouvoir souffrir Emmanuel Macron même en image.

Alors certes, après lui c'est le néant, mais pour bien comprendre ce qui s'est passé il faut comprendre qui sont ses commanditaires,

Et derrière E. Macron, c'est tout sauf le néant, ce sont des entités juridiques privées apatrides cachées derrière la City Of London.... (Comme depuis 50 ans du reste, et certainement pour les 50 prochaines années),

ET ELLES ONT D'ORES ET DÉJÀ PRIS LE CONTRÔLE DU PAYS.

(Notamment les forces régaliennes)

Car ce qu'il faut comprendre en substance, c'est qu'avec le Haut Conseil Scientifique et le Conseil de Défense la 5e République a volé en éclats.

Et notre pays est en pleine MUTATION vers 'autre chose' de pas forcément très 'démocratique' (je vous laisse deviner quoi).

C'est pour ça quel que soit le candidat qui arrivera à l'Élysée en 2022 le BIG BIG BUSINESS ne sera jamais loin...

Un peu comme Eric Zemmour vous voyez...

Ou pour la carte d'identité numérique et la vidéo-surveillance en France avec le projet de Thales et les JO de 2024.

Ou encore la vaccination confiée aux copains de Mc Kinsey,

Moi je suis scandalisé, une telle ingérence étrangère ça devrait faire la Une des journaux.

Mais il ne faut pas vouloir éradiquer la finance, ça serait comme se tirer une balle dans le pied, par contre il faut l'EXPOSER au grand jour dans tous ses rouages pour la RÉGULER, et ça ils détestent...

C'est pour ça que l'on a des acteurs hyper-massifs comme BlackRock ou Vanguard qui font et défont les états.

Et ça, ce n'est pas NORMAL.

C'est EUX qui devraient être démantelés à cause du danger imminent qu'ils font peser sur la race humaine.

Amitiés,

f.

Dans leur nouveau livre Le Traître et le néant, Fabrice Lhomme et Gérard Davet ont enquêté sur le président en exercice Emmanuel Macron. Invité sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin ce mardi 12 octobre pour en faire la promotion, les deux journalistes ont fait part d'un incident évité de justesse entre François Bayrou et un cadre macroniste.

François Bayrou aurait-il perdu la raison ? Lors de la campagne présidentielle de 2017, le maire de Pau a largement contribué à l'élection d'Emmanuel Macron. Pourtant, le président du MoDem, qui soutient Emmanuel Macron pour 2022, crisperait les macronistes. C'est en tout cas ce qu'avancent Fabrice Lhomme et Gérard Davet dans leur nouveau livre-enquête Le Traître et le néant (Fayard) en librairie le 13 octobre. Invités sur BFMTV ce mardi 12 octobre, les journalistes en ont dévoilé un extrait sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin. Et il concerne François Bayrou !

Les deux reporters avancent qu'en 2017, les macronistes et le MoDem ont passé un accord pour "réserver quasiment 144 circonscriptions" au parti de François Bayrou. Mais ils révèlent qu'un arbitrage de dernière minute a été passé entre Emmanuel Macron et Richard Ferrand qui prévoyait de réserver au MoDem seulement 16 circonscriptions au lieu des 144 promises. "François Bayrou est devenu fou", témoigne Fabrice Lhomme. "Nous révélons que François Bayrou a failli en venir aux mains avec Richard Ferrand le jour de l’investiture de Macron, il voulait vraiment lui taper dessus", assure-t-il sur BFMTV.

4 millions d'euros de dédommagement proposés à François Bayrou

À l'approche de la présidentielle de 2022, Emmanuel Macron et François Bayrou affichent volontiers leur union devant les journalistes. Tous deux œuvrent même à la création d'une maison commune, qui abriterait sous le même toit La République en marche et le MoDem. Une maison commune à laquelle Édouard Philippe, qui a récemment donné un coup de griffe à François Bayrou, pourrait se joindre. Fabrice Lhomme dénonce ici une stratégie politique de l'illusion : "On a le droit de raconter ça parce qu’on a un peu l’impression parfois que les images que l’on nous renvoie, les images de communication n’ont rien à voir avec la réalité", regrette-t-il au micro de Jean-Jacques Bourdin. Quant à Richard Ferrand, selon ses proches le président de l'Assemblée nationale n'aurait plus aucune influence sur Emmanuel Macron.

Sur le plateau, Fabrice Lhomme continue son anecdote qui pour lui "n’en n’est pas une." "Les macronistes, comprenant la fureur de Bayrou, ont proposé pour le ‘dédommager’ de lui donner de l’argent, de donner de l’argent à son parti évidemment, 4 millions d’euros ! Puisqu’un député rapporte à un parti 40.000 euros par an, ils ont multiplié ça par cent", affirme Fabrice Lhomme.

Le rapprochement entre Emmanuel Macron qui pourrait bientôt lancer sa campagne, et François Bayrou, est vécu comme "une trahison" par les témoins interrogés par Fabrice Lhomme et Gérard Davet, lors de leur enquête sur le président de la République. De quoi alimenter les tensions au sein du camp Macron, à six mois de la prochaine élection présidentielle...

 

Source(s) : Gala.fr / BFMTV.com

 

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : Les Bilderberg
 
Le Traitre Et Le Presque Neant