(Temps de lecture: 2 - 3 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (1 Vote)
Aqmi Mali 29 10 2014
La force française Barkhane a subi un violent accrochage avec AQMI. (Image d'archive) - AFP/Fabien Offner

Depuis mai, le Nord du Mali connaît une recrudescence des attaques d'insurgés.

Un violent accrochage s'est produit mercredi dans le nord du Mali entre la force française Barkhane et un groupe armé, a déclaré le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. Un incident qui "a opposé dans le massif de Tigharghar la force Barkhane à un imposant groupe armé terroriste de type AQMI (Al Qaïda au Maghreb islamique)", a-t-il dit lors de la présentation des crédits de son ministère pour 2015 aux députés de l'Assemblée nationale, sans fournir de précisions sur d'éventuelles victimes.

Une grande partie des groupes armés qui avaient occupé le nord du Mali pendant plusieurs mois en 2012 en ont été chassés après l'intervention militaire française Serval en janvier 2013.

Mais le revers subi en mai dernier par l'armée malienne à Kidal conjugué à la reprise des négociations de paix à Alger ont provoqué une intensification des attaques de certains insurgés toujours actifs dans le nord Mali.

Une force pour collecter du renseignement

Trois mois après sa mise en place, la force française Barkhane se concentre sur deux fronts face aux jihadistes du Sahel, afin d'enrayer leur résurgence au Mali et de les couper de leurs bases arrières libyennes.

La France, qui a réduit à 1400 hommes ses effectifs au Mali, renforce depuis quelques jours son dispositif dans le nord du pays, notamment à Tessalit dans l'Adrar des Ifoghas, après une série d'attaques meurtrières contre la mission de la maintien de la paix de l'ONU (Minusma).

"Il s'agit d'actes résiduels, mais on sent une volonté des groupes armés terroristes de reprendre des positions (...) Nous avons donc décidé de nous porter davantage au nord", a annoncé le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, lors d'une visite vendredi à Bamako.

La force Barkhane (du nom d'une dune), installée le 1er août sur cinq pays du Sahel - soit 3000 hommes au total - afin de collecter du renseignement et de mener des interventions antiterroristes éclair, est donc venue à la rescousse.

Source(s) : Reuters et Afp via Lesechos.fr

Information complémentaire :

Crashdebug.fr : L’armée française chez Kiloutou ? (Europe 1)