Marc Dutroux comparaît pour demander un bracelet électronique

(Temps de lecture: 3 - 5 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

Un autre bel exemple de « ponérisation » de nos sociétés, il y a quelques années cette situation aurait été impensable, voyez ce qu’il en est en 2013…

Marc_dutroux.jpg
Marc Dutroux
 
Ce lundi à 14 heures, Marc Dutroux sollicite auprès du tribunal de l'application des peines (TAP) sa demande de bénéficier d'un bracelet électronique. Il ne s’agit pas encore de sa demande de libération conditionnelle, qui ne pourra intervenir que le 30 avril, au moment où il aura purgé effectivement un tiers de sa peine.

Marc Dutroux  avait été condamné  à la perpétuité en 2004  pour assassinats, viols et enlèvements. Certaines victimes ont déjà annoncé qu'elles ne se présenteront pas devant le tribunal.

Ce n'est pas la première demande de bracelet électronique que le détenu le plus célèbre de Belgique soumet ce lundi. La première tentative de Marc Dutroux avait échoué : en avril dernier il avait sollicité des congés pénitentiaires. Il souhaitait passer une journée et une nuit à l'extérieur. L'administration des prisons lui a répondu par un refus catégorique. Deuxième essai : une demande de surveillance par bracelet électronique intervenue au lendemain de la libération anticipée de Michelle Martin. Un deuxième essai qui sera tranché par le tribunal de l'application des peines de Bruxelles. L'avocat de Marc Dutroux, Pierre Deutsch, tient à rappeler que "c’est une étape parmi d’autres. C’est évidemment une étape symbolique aussi, parce qu’elle signifie qu’on lui reconnaît le même droit qu’aux autres détenus qui ont été condamnés à des peines semblables. Je trouverais dommage qu’on me dise, avant même que l’audience ait eu lieu, que tout est décidé et jugé sans même que nous ayons la possibilité de faire valoir notre point de vue".

Mission délicate

Marc Dutroux devra donc défendre un plan de reclassement, convaincre qu'il n'est pas un danger pour la société et qu'il ne risque pas d'importuner ses victimes ou leur famille. Quant aux victimes, elles peuvent s'exprimer pour suggérer des conditions à la libération. L'audience se tient à huis clos mais n'est sûrement pas perméable à l'opinion publique. Ce qui fait dire à Pierre Deutsch que le travail des magistrats du tribunal "ne sera pas facile, évidemment. Normalement ils ne peuvent absolument pas tenir compte de cette émotion populaire ; parviendront-ils à s’en abstraire ? Ce n’est pas gagné".

Marc Dutroux quittera donc la prison de Nivelles pour se rendre à Bruxelles. Le dispositif policier a été renforcé aux abords du palais de justice de Bruxelles, des mesures de sécurité maximales dont le coût est estimé à 50.000 euros. Le tribunal de l'application des peines statuera dans 10 à 15 jours. Mais, selon les spécialistes, Marc Dutroux ne devrait pas sortir de si tôt.

Radia Sadani

À lire aussi

 

Source : Rtbf.be

Informations complémentaire :