Marée noire : BP commencera mardi à boucher le puits

(Temps de lecture: 2 - 3 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

BP continue seul sa lutte contre la marée noire, s'ils arrivent à forcer la pression de 70,000 psi chapeau !  En attendant on croise les doigts.... Désolé pour la vidéo, elle est en américain, mais nos médias ne font pas leur job ou les verouillent, mais vous pouvez voir un schéma du procédé employé.

LA NOUVELLE ORLEANS (AP) — Les ingénieurs de BP commenceront mardi à injecter de la boue, et peut-être du ciment, dans le puits à l'origine de la marée noire dans le golfe du Mexique dans l'espoir de venir définitivement à bout de la fuite, a annoncé lundi le groupe pétrolier britannique.

Des tests devaient être effectués lundi, a indiqué lors d'une conférence de presse Kent Wells, vice-président de BP. Si le puits peut supporter la boue, les ingénieurs injecteront lentement mardi et mercredi une boue lourde dans le puits. La procédure est appelée "static kill".

Le succès de l'opération n'est pas garanti, et les ingénieurs de BP pourraient à nouveau avoir à injecter dans les prochains jours de la boue et du ciment dans le réservoir de pétrole, profond de 1.500m, cette fois par le biais du puits de secours qu'ils construisent depuis plusieurs semaines.

Jusqu'à 697 millions de litres de pétrole pourraient s'être déversés dans les eaux du golfe du Mexique depuis l'explosion de la plate-forme Deepwater Horizon de BP le 20 avril, lors de laquelle 11 ouvriers ont été tués. Depuis deux semaines, un couvercle géant a permis de contenir la fuite, mais il n'a jamais eu vocation à rester en place de manière permanente.

Si la boue est capable de contenir le pétrole lors de la procédure "static kill", les ingénieurs de BP devront alors décider d'injecter ou pas du ciment dans la foulée, ou d'attendre que le puits de secours soit achevé au cours du mois d'août, a déclaré lundi Kent Wells. "Nous aurons des choix à faire", a-t-il dit.

A partir de mardi, les ingénieurs de BP vont injecter lentement de la boue lourde dans le puits à l'origine de la fuite par des conduits installés le mois dernier. Si la boue réussit à repousser le pétrole dans le réservoir sous-marin contenant le pétrole, et que les scientifiques jugent la pression suffisamment stable, du ciment frais serait alors injecté pour définitivement sceller le puits.

"La seule chose qui sépare actuellement le pétrole de la mer, c'est le couvercle. La procédure va injecter des quantités importantes de boue et de ciment entre les deux", explique Eric Smith, directeur associé de l'Institut de l'énergie Tulane. "L'idée est d'avoir autant de barrières que possible entre l'océan et le réservoir. On ajoute un niveau supplémentaire de sécurité".

Ensuite, les ingénieurs injecteront de nouveau de la boue et du ciment à travers le puits de secours, long de 5.500m, cette fois pour étouffer définitivement le réservoir de pétrole. La procédure est présentée depuis le début par BP comme la seule capable de venir enfin à bout de la fuite. AP


Source :
Le Nouvel Obs

Informations complémentaires :

Euronews (video) : Marée noire: l’opération “Static kill” devrait démarrer aujourd’hui
Rtbf.info :
Marée noire: BP espère enfin fermer le puits
Le Parisien :
Marée noire : BP va tenter de cimenter son puits