(Temps de lecture: 2 - 3 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)

Décidément, il était drôlement bien entouré notre ex-président. Comme le dit l’adage populaire : « Qui se ressemble s’assemble… » ; )))

Esma
L'école de mécanique de la marine (ESMA) à Buenos Aires

PARIS (Reuters) - Sept ONG argentines et françaises appellent Paris à donner une suite favorable à la demande d'extradition de Mario Alfredo Sandoval, poursuivi en Argentine pour crimes contre l'humanité pendant la dictature.

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris devra examiner le 9 octobre une demande d'extradition de Mario Alfredo Sandoval, citoyen franco-argentin contre lequel a été émis un mandat d'arrêt international en 2012.

Si la France s'interdit en principe d'extrader ses nationaux, cette règle ne saurait s'appliquer à Mario Alfredo Sandoval, écrivent jeudi les signataires.

"L'article 696-4 du code de procédure pénale exclut en effet cette règle lorsque la personne réclamée n'avait pas la nationalité française à l'époque de l'infraction", font-ils valoir dans un communiqué.

Mario Alfredo Sandoval est poursuivi en Argentine dans l'enquête pour crimes contre l'humanité, privation de liberté et torture ayant entraîné la mort commis à l'Ecole supérieure de mécanique de la marine (Esma), un centre de détention clandestin à Buenos Aires, dans lequel 5.000 détenus disparus seraient passés durant la dictature, disent les ONG.

Cet ancien membre de la police fédérale s'était spécialisé dans la lutte contre les "éléments subversifs" et serait responsable "de l'enlèvement et de la disparition en octobre 1976 du jeune Hernan Abriata, militant de la Jeunesse universitaire péroniste", écrivent les ONG.

Après la chute de la junte militaire, en 1983, Mario Alfredo Sandoval est arrivé en France où il a obtenu la nationalité française et travaille dans le domaine de "l'intelligence économique", ajoute le texte.

Il est signé notamment par Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (ACAT), l'Association France-Amérique Latine (FAL), la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme et la Ligue argentine pour les droits de l'homme.

Gérard Bon, édité par Gilles Trequesser

 

Source(s) : Bourse.challenges.fr via Chalouette

Information complémentaire :

Tzabe1e2