(Temps de lecture: 4 - 8 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

Bonjour je vous pose ça, là, on n'a pas souvent l'occasion de rigoler (même si sur le fond c'est SUPER GRAVE), moi je pars chez ma mère illico la faire instantanément arrêter de fumer avec mon eliquide coca 18mg de folie, je rigole d'avance... Merci mon Père.... (soyez TÉMOIN la foi ça fonctionne....) ; )))))

Merci à LLP,

Bonne journée,

l'Amourfou

Fake News Centrale

Au point où l'on ne sache plus qu'elle est l'information la plus grave, le missile/cheminée ou la vérification de Check News !

‘affaire est tellement grave, tellement humiliante et catastrophique pour le service public – en réalité pour toute la caste journalistique parisienne – qu’il fallait bien que quelqu’un aille au secours de la rédaction de France 2 (rappelons que les images ont été reprises 10 jours plus tard par TF1). Étant donné qu’il s’agit d’un très grossier mensonge, le résultat de ce fact checking de Libération – qui a repris notre tweet qui a été retweeté plus de 2000 fois – ne pourra être que catastrophique, c’est certain.

Avant toute chose, on comprend très vite que lorsque les médias officiels diffusent une fausse information, une fake niouze qui a pour objectif de diaboliser la Russie en faisant croire qu’elle est en train de bombarder une centrale nucléaire, la plus grande d’Europe, qui peut conduire à une catastrophe sanitaire monstrueuse, il faut prendre ça pour une simple erreur, une méprise. Par contre si c’est un site indépendant sur Internet qui commet une erreur qui pour le coup n’a rien à voir avec de la propagande de guerre, c’est considéré comme une fake niouze produite par la complosphère… bla… bla…

Ensuite, que ce soit l’explication de la rédaction de France 2 ou celle de Check News, il est inacceptable de lire que les images ont été « mal interprétées » surtout lorsque l’on est une rédaction de plusieurs centaines de journalistes et parmi eux des reporters de guerre. D’autant qu’il n’est pas inutile d’avoir une grande formation de terrain pour faire la différence entre une cheminée bancale et un missile ; il suffit juste d’avoir les yeux ouverts et un cerveau qui fonctionne ! De plus, il est impossible de confondre la première image et la seconde étant donné que la première concerne un vulgaire obus qui n’a rien à voir avec un missile !

Mais le pire dans cette réponse de Libération c’est le fait d’avouer clairement que la centrale nucléaire est occupée par les forces du Kremlin depuis l’assaut du 4 mars dernier, c’est-à-dire 5 mois et demi. L’article de Check News ira même jusqu’à ajouter que les lignes ukrainiennes ne sont pas très loin de la centrale ! C’est donc un aveu claire et définitif que ce sont bien les forces armées ukrainiennes qui bombardent la centrale de Zaporijia car on voit pas trop comment l’armée russe pourrait se bombarder elle-même ! Quel serait l’intérêt d’une telle manœuvre ?

Bien entendu, l’article se termine par une technique très simple qui consiste à minimiser l’affaire en faisant croire que la centrale est quand même bombardée sauf que c’est bien par les forces ukrainiennes. Enfin, faut-il rappeler que la centrale nucléaire est protégée par plusieurs couches de béton armé de plusieurs dizaines de centimètres d’épaisseur, c’est un véritable bunker qui ne peut pas être déstabilisé par des pétards mouillés.

Check News

C’est un bout de métal circulaire qui a beaucoup fait jaser. Depuis une semaine, de nombreux internautes ont dénoncé l’erreur grossière, ou pour certains la « manipulation », d’un reportage de France 2 sur les bombardements de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijia. Dans la séquence, qui a été diffusée par le journal télévisé de 20 heures le 10 août, la chaîne évoquait un missile planté dans le toit de la centrale, au moment où les images laissaient voir ce qui ressemblait davantage à une cheminée endommagée à sa base. «Ce missile planté dans le toit qui n’a pas explosé, est tombé à seulement quelques mètres d’un réacteur nucléaire […]», explique la voix off commentaire.

« Nous nous excusons auprès de nos téléspectateurs »

Après plusieurs jours de réactions indignées ou moqueuses, la chaîne a présenté ses excuses, lundi 21 août dans la soirée et dans une série de trois tweets : « Le 10 août, nous avons diffusé dans le 20 heures un sujet sur les frappes contre la centrale nucléaire de Zaporijia en Ukraine. Ce sujet a été notamment réalisé à partir d’images issues de l’APTN [Associated Press Television News, ndlr], agence à laquelle France Télévisions est abonnée. Ces images montrent les dégâts engendrés par une de ces frappes. Elles étaient accompagnées d’un texte descriptif. Par erreur, l’une d’entre elles a été mal interprétée. Elle montre une cheminée endommagée, et non un missile, comme dit dans le commentaire. Nous nous excusons auprès de nos téléspectateurs pour cette fâcheuse erreur, qui ne change cependant rien à la réalité de ces frappes dont nous avons montré d’autres images. »…

 

Source : Lelibrepenseur.org

 

Informations complémentaires :

Rappel 07.08.2022 : POSSIBLE SOLUTION 'GLOBALE' : Valérie BUGAULT - Nous vivons dans une imposture - BAM 16 juin 2022