Mouammar Kadhafi contre-attaque dans l'Est, Appel des rebelles

(Temps de lecture: 4 - 8 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

Bien loin de nous, dans le désert libyen, Kadhafi fidèle à son idole Darth Vader, rend la situation extrêmement préoccupante pour la population. La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, proche de l’armée, a dit craindre que la Libye ne devienne "une autre Somalie". En dehors du drame vécu par le peuple, ce que l’on peut retenir de l’article du Point, c’est que heureusement sur le versant diplomatique tous les espoirs de sortir par le haut de cette crise sont permis. Si bien sûr, à mon avis, l’Europe et son dévoué président daigne bien donner un signal fort

Car selon Caracas, l’outsider Hugo Chavez, proche allié de Kadhafi, lui a exposé mardi son projet de règlement négocié. Les autorités vénézuéliennes n'ont cependant pas évoqué la réponse du dirigeant libyen, mais Al Djazira confiant assure qu'il a donné son accord au plan.

Alors que conjointement l'on apprend que la Ligue arabe examine le plan vénézuélien. Ce qui est confirmé par la voix de Amr Moussa « qui dit avoir été informé du plan du président Chavez en indiquant qu'il était encore à l'étude ».  Et en précisant avoir consulté plusieurs dirigeants hier, sans révéler toutefois la date où la Ligue prendrait sa décision.

Cependant des fois je pèche par excès d'optimisme. Il faudrait encore que notre Guide suprême et sa clique, soient d’accord pour quitter les rênes de la Libye ? Mais je pense qu’il faut maintenant se rendre à l’évidence… Tel que je vous l’avais dit ce genre d’homme n’a que peu d’intérêt pour le genre humain. Alors il semble probable qu'il lui arrivera un malencontreux ‘accident’, ou que l'on verra une extraction à l’étranger. L'autre option étant une guerre civile dans un bain de sang biblique…

Herman, y a le téléphon qui son...

MARSA EL BREGA, Libye (Reuters) - Les forces fidèles à Mouammar Kadhafi se sont attaquées jeudi pour la deuxième journée consécutive aux terminaux pétroliers du golfe de Syrte tenus par les rebelles, tandis que la Ligue arabe étudiait l'offre de médiation du président vénézuélien Hugo Chavez.

Moustafa Abdeldjeïl, président du nouveau Conseil national libyen (CNL) formé par l'opposition, a quant à lui exclut toute idée de discussions avec le guide la Révolution, au pouvoir depuis 41 ans.

Selon des témoins, l'aviation libyenne a bombardé Marsa el Brega, ville pétrolière de l'Est où les forces hostiles à Mouammar Kadhafi avaient repoussé la veille une première offensive terrestre et aérienne.

Les insurgés, armés de lance-roquettes, de batteries de DCA et de chars, ont réclamé mercredi un appui aérien sous mandat de l'Onu pour repousser les mercenaires recrutés selon eux par le pouvoir.

Ils se sont en outre prononcés jeudi pour l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne, reprenant à leur compte l'appel lancé par le n°2 de la mission libyenne à l'Onu. L'organisation serait, selon lui, sur le point "d'être convaincue" de l'utilité d'une telle mesure.

"Faites venir Bush! Instaurez une zone d'exclusion, bombardez les avions", a lancé un militaire passé dans le camp de l'opposition, évoquant les mesures prises à l'initiative de George Bush père lors de la première guerre du Golfe, en 1991.

Les puissances occidentales, auxquelles Mouammar Kadhafi a promis "un nouveau Viêtnam" en cas de recours à la force, envisagent toutefois cette perspective avec beaucoup de réticences.

"UNE AUTRE SOMALIE"

Selon le capitaine Bachir Abdoul Gadr, des frappes aériennes ont visé l'aéroport de Marsa el Brega et une position des insurgés à Ajdabiyah, à 160 km au sud de Benghazi. Les pro-Kadhafi, a poursuivi l'officier rebelle, ont été repoussés jusqu'au terminal pétrolier de Ras Lanouf, ville située 600 km à l'est de Tripoli, qui abrite également un important terminal pétrolier.

L'exode provoqué par les combats tourne à la crise humanitaire, notamment à la frontière tunisienne, où des dizaines de milliers de travailleurs immigrés viennent chercher refuge.

Le conflit a en outre réduit de moitié la production pétrolière, socle de l'économie nationale. La Libye, état membre de l'Opep, produit d'ordinaire 1,6 million de barils par jour.

Sur le versant diplomatique, la Ligue arabe examine le plan vénézuélien. "Nous avons été informés du plan du président Chavez mais il est encore à l'étude", a déclaré son secrétaire général, Amr Moussa. "Nous avons consulté plusieurs dirigeants, hier", a-t-il ajouté, sans préciser quand la Ligue prendrait sa décision.

Ses propos ont entraîné un recul de plus de trois dollars du cours du pétrole, dont le baril s'échange aux alentours de 113 dollars.

Hugo Chavez, proche allié de Kadhafi, lui a exposé mardi son projet de règlement négocié, selon Caracas. Les autorités vénézuéliennes n'ont pas évoqué la réponse du dirigeant libyen, mais Al Djazira assure qu'il a donné son accord au plan Chavez.

Le procureur général de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, a par ailleurs annoncé l'ouverture d'une enquête sur les crimes commis en Libye et n'a pas exclu qu'elle vise le colonel Mouammar Kadhafi.

D'intenses négociations ont été entamées au sujet de trois militaires d'élite néerlandais enlevés par les forces gouvernementales. Les fusiliers marins ont été capturés dimanche à Syrte, où ils venaient d'être hélitreuillés pour tenter d'évacuer un ressortissant néerlandais habitant cette ville, d'après le ministère de la Défense à La Haye.

A Washington, la secrétaire d'Etat Hillary Clinton a dit craindre que la Libye ne devienne "une autre Somalie".

Avec Yvonne Bell et Chris Helgren à Tripoli, Tom Pfeiffer, Alexander Dziadosz à Benghazi et les rédactions de Reuters; Marc Delteil, Jean-Philippe Lefief, Jean-Loup Fiévet, Nicole Dupont, Guy Kerivel, Henri-Pierre André et Jean-Stéphane Brosse pour le service français

Source : Le Point.fr

Informations complémentaires :

JDD.fr : Libye : Premier européen tué ?
Le Point.fr : "Kadhafi, tu es un âne !"
Le Nouvel Obs : [INTERVIEW] : "Les manœuvres militaires en Libye servent à intimider"