(Temps de lecture: 5 - 10 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

La  semaine dernière nous avions appris que le corium fondu du réacteur n° 2 (et vraisemblablement de 2 autres réacteurs) avait bien percé la cuve de confinement. Voici donc les dernières nouvelles de l'installation en date du 4 février 2017.

Fukushima 06 02 2017

Il y a eu des reportages qui circulent affirmant qu'il y avait eu des « pointes » de radiations à Fukushima Daiichi, en attribuant cela à un certain nouvel événement à l'usine. Un article par Popular Mechanics affirmant un pic de rayonnement à l'usine a ensuite été modifié, après qu’il ait été informé de la situation réelle sur le site de l'usine.

D'autres ont affirmé, que ce fut la lecture la plus élevée jamais vue à l'usine comme celle-ci à The Guardian"Le réacteur nucléaire de Fukushima se trouve à un niveau de rayonnement le plus élevé depuis l’effondrement de 2011."

Ce n'est pas le cas.

La cause de la confusion semble être la traduction de la déclaration initiale de Kyodo Nouvelles, également publié au Japan Times. Le titre indique  "lecture la plus élevée de rayonnement depuis le 3-11". Cette nouvelle lecture est la plus élevée de la poignée de lectures prises dans les zones de rayonnement élevé entre 2012 et 2017, rien de plus. Il ne désigne pas une augmentation d'aucune sorte. La citation confuse du Japan Times ci-dessous :

"Le niveau de rayonnement dans l'enceinte de confinement du réacteur 2 à la centrale endommagé de Fukushima a atteint un maximum de 530 sieverts par heure, le plus élevé depuis la crise de la triple fonte des cœurs en mars 2011, a déclaré Tokyo Electric Power Co. Holdings Inc. Tepco a déclaré jeudi que la lecture de ce rayonnement intensif a été prise à l'entrée de l'espace, juste en dessous de la cuve sous pression, qui contenait le cœur du réacteur. Le chiffre élevé indique qu'une partie du combustible fondu qui a échappé à la cuve sous pression est à proximité. "

Cette première phrase est extrêmement trompeuse d’un certain nombre de façons. "A atteint un maximum" a donné à quelques lecteurs l’impression que cette lecture est plus élevée que les lectures précédentes pour cet emplacement. Ce n'est pas vrai. Ceci est la première lecture jamais prise dans le socle sous la cuve du réacteur de l'unité 2. Vous devez avoir des lectures précédentes pour indiquer que celle-ci est plus élevée que les lectures précédentes. Comme il n'y a pas de lectures précédentes, il n'y a aucun moyen de savoir si c'est une certaine forme d'une augmentation, un « pic » en radiothérapie ou quoi que ce soit indiquant en quelque sorte que cette mesure est plus élevée qu'avant. Cela permettrait également de ne pas être la plus élevée depuis les effondrements. Des lectures plus élevées de toute évidence ont eu lieu, sans une méthode d'enregistrement complète, il n'y a pas de données à comparer à la nouvelle lecture. Une formulation ambiguë qui semble avoir conduit à un jeu de téléphone qui s’est transformé en des rumeurs d'un nouveau problème à la centrale.

Les niveaux de rayonnement dans le piédestal pendant les effondrements et les semaines suivantes après auraient été considérablement plus élevés. À ces 530 sieverts/h qui sont en fait beaucoup plus bas que ce que nous nous attendions à trouver dans la région du piédestal, même tout ce temps après la fonte du cœur. Notre calcul de 2012 des niveaux de rayonnement à l'intérieur de la zone de piédestal où cette lecture de 530 sieverts/h lecture a été estimé cette semaine, était de 5 gigasieverts/h.

Il est important de se rappeler que les lectures de rayonnement précis à l'intérieur des bâtiments des réacteurs ou dans certaines des zones les plus dangereuses de l’usine ont été minimes, tachetées ou inexistantes pendant les effondrements et même des années après. De nombreuses tentatives pour obtenir des lectures ont simplement dépassé l'équipement utilisé. Cette nouvelle lecture de 530 sieverts est la lecture la plus élevée après l’accident qu'ils ont obtenu, mais très peu de lectures ont même été tentées dans les zones dangereuses des bâtiments des réacteurs au cours des cinq dernières années. Ceci est la seule lecture effectuée dans la région du piédestal des 3 réacteurs à ce jour.

NHK donne un rapport beaucoup plus concis de ce qui a été trouvé.

" Tokyo Electric Power Company a effectué une inspection à l’intérieur de l'enceinte de confinement du réacteur n° 2 de l'usine le mois dernier, à l'aide d' une caméra contrôlée à distance, dans le cadre d'une enquête pour abandonner le réacteur. L'analyse des images a constaté que le rayonnement s’élevait jusqu'à 530 sieverts par heure dans un cylindre en béton supportant le réacteur. Ce niveau est suffisant pour être létal pour un être humain dans un court laps de temps, en dépit d'une marge d'erreur possible, allant jusqu'à 30 pour cent. Une enquête menée 1 an après l'accident nucléaire à une autre partie à l’intérieur du même récipient de confinement indiquait alors 73 sieverts par heure. Dans la dernière estimation à l'intérieur de l’usine, la zone près de son ouverture indique 50 sieverts par heure au maximum. "

NHK cite la lecture et comment elle a été obtenue. La langue choisie ici cite la lecture comme étant "jusqu'à 530 sieverts". Ceci c’est parce que la lecture est une estimation approximative obtenue par l'interférence de l'appareil, et a une marge d'erreur considérable.

Les deux autres lectures qu'ils mentionnent sont également importantes. Les deux mesures ont été prises dans la principale enceinte de confinement de l'unité 2. La lecture de 2012 était de 73 sieverts/heure. Celle de 2017 était 50 sieverts/heure. Ces deux valeurs sont inférieures à la lecture de 530 sieverts parce qu'ils sont plus éloignés de la cuve du réacteur et de la localisation potentielle du combustible fondu. Au lieu de montrer une augmentation du rayonnement entre 2012 et 2017 ceux-ci montrent une diminution. S'il y avait eu une sorte d'augmentation de rayonnement ou « pic » dans la région du piédestal cette nouvelle lecture dans la zone de confinement principale aurait augmenté plutôt que de diminuer.

Ce schéma tiré des documents de TEPCO, le graphique plus bas montre TEPCO citant en 2012, la lecture comme étant à l'extérieur du piédestal. Nous avons marqué l'emplacement approximatif de la lecture des 530 sieverts.

 

Ce schéma des précédentes investigations et des données déclarées par TEPCO en 2012 montre où, dans le confinement, s’est effectué la lecture des 73 sieverts (en fait 72,9) l'emplacement 1-d. La zone du piédestal peut être vue à droite.

NHK confirme également que ce sont les données recueillies du travail d'enquête prévu, pas de quelque nouvel événement ou d'urgence à l'usine, comme TEPCO l’indique clairement dans les documents ci-dessous :

http://www.tepco.co.jp/en/nu/fukushima-np /handouts/2017/images/handouts_170202_01-e.pdf
http://www.tepco.co.jp/en/nu/fukushima-np/handouts/2017/images/handouts_170130_02-e.pdf
http: //www.tepco .co.jp / fr / nu / fukushima-np / documents / 2017 / images / handouts_170130_01-f.pdf

Les prochaines étapes de l'usine seront l'examen de ces nouveaux résultats et quels changements pourraient devoir être fait pour les futurs travaux d'enquête pour déterminer où le combustible fondu se trouve. Comme les informations ci-dessus le documente clairement, il n'y a pas de nouveaux dangers imminents à Fukushima Daiichi. Rien n'a « augmenté » ou changé, mais a diminué en fait sur la base de ces données.

Cet article ne serait pas possible sans les efforts considérables déployés par l'équipe de recherche de SimplyInfo

 

Source : Fukuleaks.org

Traduction : ~ folamour ~
Corrections : ~ chalouette ~

Informations complémentaires :