Ocean Viking : « C'est le triomphe des passeurs et de tous ceux qui souhaitent rallier l'Europe sans y être invités » - (Le Figaro.fr)

(Temps de lecture: 5 - 10 minutes)
5 of 5 (1 Vote)

Tout ceci est 'organisé' (voir vidéo ci-dessous) et depuis longtemps.... vous avez vu il n'y a que des jeunes hommes parmi ces migrants.

Et franchement, vous croyez que l'on a besoin de plus d'immigrés ? Encore une fois c'est l'Europe qui nous impose des quotas (paraît que c'est bon pour le 'business'), et au passage : Merci les États-Unis....

Amitiés,

L'Amourfou.

Etrange découverte en Méditerranée : Des ONG participent-elles à un vaste trafic d’êtres humains ?

ENTRETIEN - Le navire humanitaire Ocean Viking a accosté à Toulon, ce 11 novembre, avec 230 migrants à son bord. Ce geste symbolique risque de créer un appel d'air et s'inscrit dans un contexte de faillite de notre système d'immigration et d'intégration, explique l'essayiste Malika Sorel-Sutter.

Malika Sorel-Sutter, essayiste, est ancien membre du collège du Haut Conseil à l'Intégration et de sa mission Laïcité. Elle a reçu le prix Honneur et Patrie de la Société des membres de la Légion d'honneur pour son essai «Décomposition française» (Fayard, 2015). Son dernier ouvrage publié est «Les Dindons de la farce - En finir avec la repentance coloniale» (Albin Michel, mars 2022, 224 p., 18,90€).

FIGAROVOX. - La France va finalement accueillir l'Ocean Viking. Avait-elle le choix ? N'est-ce pas un acte d'humanité ?

Malika SOREL-SUTTER. - Voilà longtemps que nous savons que les pays européens sont confrontés à des filières d'immigration clandestine bien organisées qui rapportent beaucoup d'argent à des passeurs. Accueillir, c'est donc envoyer le signal, aussi bien aux passeurs qu'aux migrants, qu'il est possible de forcer les frontières d'un pays. Accueillir, c'est, dans les faits, encourager d'autres candidats à se lancer à leur tour dans un voyage dans des embarcations de fortune, et c'est à ce titre se rendre complice d'un phénomène qui se termine parfois en drame lorsque les embarcations font naufrage. Je ne vois donc pas où réside la dimension d'« humanité ». Confrontée au même problème, l'Australie avait bien réagi en interceptant les embarcations pour les reconduire à leur point de départ. C'est le seul moyen de mettre rapidement fin aux filières de traite d'êtres humains.

Il convient d'agir également sur d'autres leviers, en commençant par cesser de piller les élites des pays du Sud. Un nombre considérable d'étudiants, médecins, ingénieurs, etc., s'installent en Occident pour des raisons uniquement matérielles et privent ainsi leurs pays de l'espoir d'un développement. C'est bien cette absence d'espérance qui pousse ensuite les miséreux à vouloir rejoindre les pays occidentaux. Il ne faut pas non plus s'en remettre aux pays d'origine dont beaucoup sont soulagés de voir partir leurs pauvres.

Les ONG font-elles de la politique ou de l'humanitaire ?

Au vu des conséquences, elles sont évidemment de plain-pied dans la politique. Qu'est-ce que la politique ? Pour la philosophe Hannah Arendt, la politique est cet espace intermédiaire où se joue la liberté. Qu'avons-nous observé ? Que l'État français s'est dépossédé de lui-même de sa liberté d'agir au service de l'intérêt de la France et de son peuple, et qu'il s'est soumis à l'injonction d'associations. Pourtant, les Français, tout comme les autres Européens, sont majoritairement opposés à l'immigration car ils observent que leur société n'est plus en capacité de faire face aux problèmes qu'elle engendre, aussi bien sur le plan culturel que sur le plan économique.

Qui gouverne au juste ? L'interrogation est d'autant plus légitime que dans cette affaire, au travers de la question de l'intégrité du territoire et d'autres éléments que je vais évoquer, nous touchons à des intérêts fondamentaux de la nation dont le président de la République est censé être le garant. Par ailleurs, les citoyens doivent savoir qu'un certain nombre de leurs collectivités financent ces associations et que cette information est accessible au public.

« La France est perçue comme un eldorado en raison de son niveau élevé de protection sociale et du fait que l'État accorde aux nouveaux entrants, y compris en situation illégale, de nombreux avantages matériels qu'il n'accorde parfois même pas à sa propre population. »

Malika Sorel-Sutter

La situation est-elle comparable à celle de la crise migratoire de 2015 ? Ce geste symbolique peut-il créer un appel d'air ?

La France est le maillon faible de l'Europe. Elle apparaît terriblement vulnérable car non défendue. Bien sûr, cela créera un nouvel appel d'air comme chaque fois que l'État a procédé à des régularisations de clandestins. Nous assistons au triomphe des passeurs et de tous ceux qui souhaitent rallier l'Europe sans y avoir été invités, ou qui s'y maintiennent de manière illégale. La France est perçue comme un eldorado en raison de son niveau élevé de protection sociale et du fait que l'État accorde aux nouveaux entrants, y compris en situation illégale, de nombreux avantages matériels qu'il n'accorde parfois même pas à sa propre population. C'est ce que j'ai appelé la préférence étrangère qui se résume en un « dernier arrivé, premier servi ».

Donnons quelques chiffres qui permettent de toucher du doigt l'ampleur du phénomène migratoire. Selon les résultats de données d'Afrobaromètre, pas moins d'un Africain sur trois envisage d'émigrer. À la question « si vous en avez l'opportunité, iriez-vous travailler à l'étranger ? », 91% des Marocains interrogés ont répondu « oui », et selon une étude réalisée en 2018 par le Boston Consulting Group, 84% des Algériens interrogés se disaient prêts à s'expatrier. L'immigration a d'ores et déjà des conséquences sur la composition de la population. En 2017, selon l'Insee, 44% de la hausse de la population provient des immigrés. Dès 2011, en Île-de-France 46,2% des naissances étaient déjà issues d'au moins un parent né à l'étranger, quand pour la région Paca ce chiffre s'élevait à 32,5% et en Rhône-Alpes 28,3%. Si l'intégration culturelle avait réussi pour le plus grand nombre, ces chiffres n'interrogeraient pas mais nous ne sommes pas dans ce cas de figure. L'intégration culturelle est en panne et chaque Français peut désormais en faire le constat au travers des remises en cause quotidiennes du modèle républicain à l'école, des revendications d'ordre identitaire au sein des entreprises, des hôpitaux, etc., sans compter l'effacement progressif de la langue française dans l'espace public.

Une nouvelle loi sur l'immigration va être votée au Parlement en début d'année. Que faut-il en attendre ? Le gouvernement a-t-il déjà perdu toute crédibilité sur la question ?

«Les actes des hommes sont les meilleurs interprètes de leur pensée» (John Locke). En faisant la preuve qu'il naviguait à vue et ne montrait guère de cohérence entre ses paroles et ses actes, le gouvernement a perdu de sa crédibilité. La France n'a nul besoin de loi sur l'immigration, mais de mesures pour suspendre les flux migratoires, le temps de tenter de résoudre les graves problèmes qui se posent à elle et aux Français. Nous avons près de dix millions de pauvres et plusieurs millions de chômeurs. Le chômage des immigrés et de leurs descendants est deux fois plus élevé que le reste de la population. Nous sommes de surcroît dans une situation d'endettement préoccupant, avec une dette très élevée et majoritairement détenue par des mains étrangères. Que cherche le gouvernement ?

Désormais le lien entre immigration et insécurité est reconnu. C'est la fin d'un tabou...

Nous savons que, malheureusement, les paroles ne sont pas toujours le prélude à des actions efficaces. L'accueil de l'Ocean Viking le démontre une fois encore. Aussi bien le ministre de l'Intérieur que le président de la République ont établi, chiffres à l'appui, un lien entre immigration et délinquance, y compris les violences aux personnes. Ils n'ont donc plus l'excuse de l'ignorance. En droit pénal, cela porte une qualification, c'est de la mise en danger de la vie d'autrui.

 

 

Source : Lefigaro.fr

 

 

Informations complémentaires :

Inscription à la Crashletter quotidienne

Inscrivez vous à la Crashletter pour recevoir à 17h00 tout les nouveaux articles du site.

Sites ami(e)s