1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)

Rappelez-vous que ces animaux qui sont nourris avec du maïs OGM après nous les mangeons, ou nous mangeons les produits qu’ils fournissent.

De facto ces organismes génétiquement modifiés arrivent dans nos estomacs, et on a vu ce que ça donnait sur des souris (même si le gouvernement fait semblant de ne pas le savoir).

 

Du reste, ils vous font croire que l’autorisation sera temporaire, mais si c’est pour l’annuler dans quelques mois pourquoi l’autoriser… ?

 

À mon avis ils nous prennent vraiment pour des caves, et encore une fois vous verrez ici la volonté de l’Europe qui défend les intérêts des Américains et de la firme Monsanto.

 

Comme on l’a vu hier : « Nous sommes un troupeau de moutons gardé par une meute de loups ».

 

Et même si ça ne va pas vous plaire, je rappelle qu’il y a, hélas, une logique derrière tout ça

 

Qui a des oreilles entende … et pense à sa famille, tout en avertissant les autres...

 

Tous Cobaye 01 08 2013

Le gouvernement promet de prendre de nouvelles dispositions légales avant avril 2014 pour interdire à nouveau ce maïs transgénique.

Le Conseil d'Etat a annulé jeudi 1er août l'interdiction de cultiver en France le maïs transgénique MON 810 de la firme américaine Monsanto. Une décision sera prise "avant les prochains semis qui auront lieu entre avril et juin 2014", a prévenu le gouvernement. 

L'interdiction par le gouvernement de cultiver cet OGM en France avait déjà été suspendue en 2011 par la justice pour carence de fondement juridique, avant qu'un nouveau moratoire soit instauré en mars 2012.

Une décision juridique

"Faisant application du droit de l'Union européenne, tel qu'interprété par la cour de justice de l'Union européenne, le Conseil d'Etat a annulé l'arrêté du ministre de l'Agriculture du 16 mars 2012", indique le Conseil d'Etat dans un communiqué.

"Il ressort en effet de la jurisprudence de la Cour de justice de l'Union européenne qu'une telle mesure ne peut être prise par un Etat membre qu'en cas d'urgence et en présence d'une situation susceptible de présenter un risque important mettant en péril de façon manifeste la santé humaine, la santé animale ou l'environnement", explique le Conseil d'Etat.

Le gouvernement toujours opposé 

Une décision sera prise "avant les prochains semis qui auront lieu entre avril et juin 2014" concernant l'avenir du maïs OGM MON810, ont réagi dans la foulée les ministres de l'Agriculture et de l'Environnement.

Dans un communiqué, Stéphane Le Foll et Philippe Martin "rappellent l'engagement du gouvernement [de] maintenir le moratoire sur la mise en culture de semences OGM, afin de prévenir les risques environnementaux et économiques pour les autres cultures et l'apiculture". Ils ont "demandé à leurs services de travailler sur de nouvelles pistes pour créer un cadre réglementaire adapté durablement au respect de ces objectifs".

Les écologistes "consternés"

Du côté des écologistes, cette décision du Conseil d'Etat ne passe pas. "Ecologie-Les Verts (EELV) est consterné et scandalisé par cette décision, qui se fait au mépris de la santé humaine, de la santé animale et de l'environnement", a écrit le mouvement dans un communiqué.

"Celle-ci survient moins de deux semaines après que Monsanto ait annoncé qu'elle allait retirer toutes ses demandes d'homologations [en cours] de nouvelles cultures OGM dans l'Union européenne en raison de l'absence de perspectives commerciales", ont-ils ajouté. 

Dans un communiqué commun, l'Unaf, la Confédération paysanne, la Fnab, Greenpeace, Les Amis de la terre, France Nature Environnement (FNE), ainsi que la fédération Nature et Progrès, ont appelé pour leur part le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll à passer "des paroles aux actes".

"Pour être cohérent, le gouvernement doit refuser sur nos territoires les cultures de plantes génétiquement modifiées", ont-ils ajouté. "Nous attendons du gouvernement des mesures d'interdiction définitive des cultures d'OGM", grâce à "des mesures qui ne doivent plus prêter le flanc à des arguties juridiques."

Le moratoire déjà levé en 2011 

Le maïs MON810 de Monsanto est le seul OGM cultivé en Europe, BASF ayant renoncé à produire dans l'Union sa pomme de terre Amflora.

La France, comme d'autres pays européens (Autriche, Hongrie, Grèce, Roumanie, Bulgarie, Luxembourg) a interdit depuis 2008 la culture du MON810 sur son sol. Elle importe néanmoins des produits génétiquement modifiés pour l'alimentation animale ou l'industrie agro-alimentaire.

En 2011, à la suite d'une décision de la Cour de justice européenne, le Conseil d'Etat avait déjà levé la suspension de culture appliquée au MON810.

Le gouvernement Fillon avait alors réagi en mars 2012 en produisant un nouvel arrêté interdisant temporairement le culture de ce maïs transgénique.

 

Source :  Tempsreel.nouvelobs.com

Informations complémentaires :

 
Crashdebug.fr : Le Monde selon Monsanto

Crashdebug.fr : Via campesina : 200 millions de paysans s’unissent pour une autre agriculture

Crashdebug.fr : Agenda 21
Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...
You are a guest ( Sign Up ? )
or post as a guest
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow OGM : le Conseil d'Etat casse l'interdiction du maïs MON810