(Temps de lecture: 4 - 7 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

Comme pour l’ANI ou le CDII, ces syndicats « jaunes » nous auront encore pris pour des truffes. Comme le disait Thierry Le Paon (FO) : « Il n’y a aucune contrepartie. » C’est un marché de dupes… Or, vous constaterez que FO et la CGT n’ont pas signé.

Comment pouvons-nous encore tolérer ces faux syndicats financés par le gouvernement et le patronat, et qui ne défendent PAS nos intérêts ?

Quelle est la légitimité de ces gens-là ? C'est comme si on se faisait « pirater  » tout-à-fait légalement.

Eh bien, franchement, je ne comprends PAS que 65.000.000 de Français(es) se fassent gruger à répétition comme cela… Et ce n'est, à mon avis hélas, pas fini... (Vidéo informations complémentaires).

Pacte 05 03 2014
Le vice-président du Medef Jean-François Pilliard et la vice-présidente de la CGPME Geneviève Roy (d) lors
de négociations sur le Pacte de responsabilité avec les syndicats, mercredi au siège du Medef à Paris.
AFP/Jacques Demarthon

«Pas d'engagements chiffrés» mais «des objectifs». C'est l'accord trouvé mercredi soir sur les contreparties du pacte de responsabilité entre le patronat (Medef, UPA, CGPME) et trois syndicats (CFDT, CFTC et CFE-CGC). Le texte doit être soumis aux instances dirigeantes de ces organisations. Comme attendu, la CGT et Force ouvrière ont émis, elles, un avis négatif sur le projet présenté par le patronat.

«Il n'y a pas d'engagements chiffrés» sur les créations d'emplois attendues des entreprises en échange de 30 milliards de baisses de cotisations promises par le gouvernement, a expliqué le chef de la délégation du Medef Jean-François Pilliard.

Mais «le texte détaille de façon rigoureuse les dispositifs qui seront en place au niveau des branches (professionnelles) pour aller vers des objectifs» en matière d'emplois, a-t-il indiqué.

La CFDT reste «intransigeante sur des engagements chiffrés»

Alors que les syndicats ont laissé planer la menace d'un échec toute la journée, la négociatrice de la CFDT Véronique Descacq s'est dite satisfaite des «engagements» obtenus. «La CFDT est restée intransigeante sur ses demandes d'engagements chiffrés en matière d'emplois, de classification et d'investissements», a-t-elle assuré.

Le gouvernement, qui considère le pacte comme son arme ultime contre le chômage, avait demandé aux partenaires sociaux de parvenir à un accord d'ici à la fin mars sur les contreparties. «La bataille du pacte, c'est la bataille de la croissance. Redonner des marges de manœuvre aux entreprises, ce n'est pas faire des cadeaux aux entreprises», a récemment assuré le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

 

Source : Leparisien.fr

Informations complémentaires :