1 1 1 1 1 Rating 5.00 (11 Votes)

Moscou rejette les déclarations de célébration du président Trump sur le raid des forces spéciales américaines qui aurait tué le chef de l'État islamique Abu Bakr al-Baghdadi comme n'étant que de la "propagande" prématurée.

Détaillant certaines des déclarations dédaigneuses qui sortiront des heures de la Russie à la suite de l'annonce faite par la Maison-Blanche de la mort du dirigeant du terrorisme - ou de ce qui est devenu le "moment Ben Laden" de l'administration Trump - le Daily Beast cite le correspondant de la télévision publique russe aux États-Unis, Denis Davydov qui a déclaré : "Trump a des élections dans un an et cette annonce de la liquidation de Al-Baghdadi ajoutera quelques points pour le commandant en chef."

Daesh 28 10 2019
Image du Daily Express

Et ce qui est plus provocateur, c'est que le Kremlin a même rejeté les rares louanges que Trump a personnellement adressées à ses militaires pour leur coopération dans l'assassinat de Baghdadi, comme nous l'avons noté précédemment. Trump a déclaré dans son discours de dimanche matin "victoire" : "Les Russes étaient très coopératifs, ils étaient vraiment bons... La Russie nous a bien traités. Ils se sont ouverts, nous avons dû survoler certaines régions contrôlées par la Russie, des régions sous domination russe. La Russie était géniale."

Toutefois, le porte-parole du ministère russe de la Défense, le général de division Igor Konashenkov, a rétorqué peu après les louanges, en déclarant en partie : Le ministère russe de la Défense ne dispose d'aucune information fiable sur des militaires américains menant une opération en vue de l'élimination "une autre fois" de l'ancien chef du Daesh Abu Bakr al-Baghdadi dans la partie contrôlée par la Turquie de la zone de désescalade Idlib. Le Kremlin a rejeté l'affirmation selon laquelle il aurait été impliqué de quelque manière que ce soit dans ce "raid nocturne audacieux", comme le décrit la Maison Blanche.

La remarque sarcastique du général Konachenkov fait référence au fait qu'il y a eu au moins trois cas importants où les médias internationaux ont rapporté la mort de Baghdadi au cours des dernières années. Et comme l'a souligné l'ancien soldat des forces spéciales américaines et aujourd'hui journaliste Jack Murphy, le nombre total de déclarations officielles concernant le mystérieux chef terroriste tué ou grièvement blessé s'élève à plus d'une douzaine (qu'elles émanent de sources officielles américaines, irakiennes, russes, ou kurdes).

De plus, le ministère russe de la Défense (MoD) a expliqué "qu'il y avait des questions légitimes et des doutes sur le fait même [de l'opération américaine] et, surtout, sur son succès", affirmant qu'ils n'ont aucune preuve enregistrée des frappes aériennes de la coalition américaine dans la région d'Idlib samedi soir. Le ministère de la Défense a également rejeté l'idée d'ouvrir son espace aérien administré au-dessus de la zone de désescalade Idlib en question aux avions de guerre américains.

Le général Konachenkov a ajouté que c'est finalement l'armée syrienne soutenue par la puissance aérienne russe qui avait déjà vaincu l'ISIS et que la mort d'al-Baghdadi, même si elle est confirmée, "n'a absolument aucune signification opérationnelle sur la situation en Syrie ou sur les actions des autres terroristes à Idlib".

L'analyste principal du groupe de réflexion Crisis Group, Sam Heller, a observé dimanche que "la centralité personnelle de Baghdadi dans le succès de l'organisation n'est pas claire", étant donné que "le groupe semble avoir investi dans la systématisation et l'institutionnalisation d'une manière qui pourrait atténuer la perte de tout leader, même au sommet".

 

Par Tyler Durden

dim, 10/27/2019 - 17:20

 

Source : Zerohedge

Informations complémentaires :

 

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Pas de preuve : La Russie rejette la victoire de Trump sur Baghdadi en tant que «propagande» (Zerohedge)