(Temps de lecture: 4 - 7 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Bonjour à toutes et à tous, aucune réponse de mon député (j'ai écrit en mon nom propre), bref, l'heure est grave, je ne ferais pas de commentaire sur les mesures du gouvernement, normalement vous savez ce que l'on en pense.

J'apporte juste à votre connaissance, qu'en Afrique du sud, ils laissent circuler les patients covid asymptomatiques, ce qui pour moi est une bonne stratégie, pour acquérir une immunité de groupe à peu de frais (peu de cas graves), avec Omicron.

Bref, on n'est vraiment pas dans les clous du gouvernement.

En attendant face à ces discriminations, des gens se mobilisent (informations complémentaires) et c'est porteur d'espoir.

Du reste comme le dit Olivier Delamarche, si en tant que non vaccinés, nous n'avons pas accès aux hôpitaux, aux batiments publiques collectif, tels que les bibliothèques, les piscines, les stades, etc.

Pourquoi continurions-nous à payer (tout les mois) des impôts à la source ? ; )

Amitiés,

f.

Non Au Pass Vaccinal
© GUILLAUME SOUVANT Source: AFP

«Non au pass vaccinal, en particulier dans les lieux de soins» : dans un communiqué, le syndicat de la Médecine générale dénonce fermement la mesure souhaitée par le gouvernement et appelle à continuer de soigner les personnes non vaccinées. Alors que le gouvernement souhaite accélérer la mise en place du pass vaccinal, le Syndicat de la médecine générale (SGM) a fait part de sa farouche opposition à ce système dans un communiqué publié le 22 décembre.

«Non à toute discrimination dans le soin et le remboursement concernant les personnes non vaccinées ! Non au pass vaccinal, en particulier dans les lieux de soins», écrit ainsi le syndicat, qui souligne que «limiter les droits fondamentaux et les soins aux non vacciné·e·s n’arrêtera pas la pandémie de Covid 19».

«Continuons à soigner les non vacciné·e·s et refusons de les discriminer», martèle le SGM dans ce texte rédigé en écriture inclusive. Le syndicat dénonce par ailleurs la gestion de la Santé par le gouvernement, responsable selon lui des fermetures de lits et des départs des personnels soignants : «Les personnes non vaccinées ne sont pas responsables de ça.»

«L’argument de la vaccination indispensable pour "soulager l’hôpital public" est dangereux. Les difficultés d’accès aux soins ne relèvent pas de la responsabilité des individu·e·s : ce sont les gouvernant·e·s qui dégradent les services publics», conclut le syndicat pour qui «se désolidariser de celles et ceux qui sont malades et qui ont besoin de soins revient à détruire les fondements de Sécurité sociale de l’assurance maladie».

Le 17 décembre, le Premier ministre Jean Castex avait annoncé la transformation prochaine du pass sanitaire en pass vaccinal. Il avait justifié cette mesure par la cinquième vague du Covid-19 et l'arrivée du variant Omicron en France. L'exécutif veut que le Parlement examine le projet de loi le plus rapidement possible afin de pouvoir l'appliquer dès la première quinzaine du mois de janvier.

 

Source(s) : RT.com via Twitter

 

Informations complémentaires :