(Temps de lecture: 4 - 8 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Bonjour, la peur, toujours la peur, alors que comme le dit, le docteur Malone, Omicron est très peu létal et pourrait nous permettre d'acquérir une immunité collective à peu de frais.

Alors n'ayez pas peur, passez de bonnes fêtes, et prenez du bon temps.

Pour ceux qui ont la chance d'être entouré, la famille c'est tout ce qu'il nous reste.

Et là aussi avec ces polémiques, l'intégrité même des familles est menacée.

Informez-vous ! Et ne cédez pas à la panique du gouvernement et des médias, ce sont des manipulations mentales pour vous faire accepter l'inaceptable.

Ce passe vaccinal c'est comme l'apartheid, et plus loin que ça, sa possible utilisation au sein des entreprises.

Aura pour résultat, une société coupée en deux, ce gouvernement est totalement irresponsable et nous mène droit au chaos et à l'affrontement physique pour la survie.

Car avec l'application du Passe Vaccinal en entreprise, des millions de familles comme la mienne sont ménacées de se retrouver sans revenu et donc à la rue, et personne ne réagit ?

Ne cédez RIEN, ou vous aurez l'abonnement irréversible de 3 ou 4 doses par an (le vaccin ne 'fonctionne' que 3 mois).... pour un virus qui a l'origine épargnait 99,965% de la population (alors Omicron je ne vous fais pas de dessin, très contagieux mais peu létal comme tout les variants) et préparez-vous...

Amitiés,

f.

Macron Survie
Emmanuel Macron à Bruxelles, le 16 décembre 2021. JOHANNA GERON / AFP

Grâce à ce changement de calendrier, l'examen du texte au Parlement aura lieu début janvier, pour une adoption la plus rapide possible.

Trouver le bon équilibre entre état d'urgence et État de droit. Face à l'ampleur de la reprise épidémique, où la progression fulgurante du variant Omicron se mêle à la cinquième vague déjà inquiétante, le gouvernement a décidé d'accélérer son calendrier. Comme l'a révélé TF1/LCI, le projet de loi visant à transformer le passe sanitaire en passe vaccinal va finalement être présenté lundi 27 décembre prochain en Conseil des ministres exceptionnel, et non plus le 5 janvier comme cela était initialement prévu. «Nous n'avons pas une seconde à perdre», a martelé le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, au sortir d'une réunion à Matignon avec les élus locaux, pour justifier cette décision de l'exécutif.

Résultat, le Parlement sera «en situation d'examiner ce texte (...) entre Noël et le jour de l'an, (...) et nous visons désormais une adoption définitive (...) dès la première quinzaine du mois de janvier», a ajouté le secrétaire d'État. «Plus tôt nous aurons le passe vaccinal, mieux encore nous serons protégés», a-t-il poursuivi, rappelant que «nous battons encore des records en termes de taux d'incidence», et que «la situation à l'hôpital est tendue». «Le pic des réanimations lié au variant Delta est encore devant nous. Et si la vague Delta n'a pas encore entamé son reflux, la vague liée au variant Omicron démarre dans notre pays comme elle démarre partout dans le monde, et en Europe singulièrement», a-t-il détaillé.

Même en cas de nouvelles mesures, les écoles devraient rester sanctuarisées

«Si le virus accélère, nous accélérons aussi. (...) Nous savons que ce variant s'engouffrera dans toutes les brèches que nous lui laisserons», a ensuite tranché Gabriel Attal, alors que «plus d'une contamination sur trois semble liée au variant Omicron» à Paris, contre plus d'une sur dix sur l'ensemble du pays. Pour y faire face, le porte-parole du gouvernement avait estimé, plus tôt ce mardi sur France 2, que l'on pourrait «évidemment aller au-delà» des mesures déjà décidées en cas de «reprise très forte». En clair, un retour du couvre-feu ou un nouveau reconfinement - comme dans certains pays voisins - ne sont plus totalement exclus au sommet de l'État, bien que ce ne soit absolument pas la piste privilégiée par Emmanuel Macron.

Toutefois, un consensus est d'ores et déjà apparu entre l'exécutif et les associations d'élus locaux, sur le fait qu'un nouvel isolement généralisé des enfants, comme au plus fort de la première vague, serait néfaste. «Des mesures prises s'agissant de nos établissements scolaires - par exemple de prolongation des vacances - ne (pourront) être qu'un ultime recours», a insisté Gabriel Attal, depuis la cour de Matignon. Selon lui, cette unanimité collectivement exprimée rejoint «la volonté du gouvernement de tout faire pour maintenir les écoles ouvertes le plus possible», alors que celles-ci ont été sanctuarisées depuis leur réouverture le 11 mai 2020.

 

Source : Lefigaro.fr

 

Ndlr. la cagnotte pour le correcteur d'orthographe est toujours en cours on a 10€ sur les 99€ que coûte le logiciel, merci à vous.

f.

Informations complémentaires :