(Temps de lecture: 14 - 28 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

International Summit Covid

Bonjour, j'espère que vous allez aussi bien que possible. Ce matin, alors que la vaccination de certains enfants a commencé, je voulais vous passer ce message que des prêtres orthodoxes m'ont envoyé, car ça fait plaisir de voir que certains gardent le cap. Du reste le Vatican est dans les pas des prophéties, aussi n'oubliez pas le rôle tout-à-fait particulier de la Russie à la fin des temps, donc j'avoue, c'est passionnant de voir les choses évoluer ainsi.

Pour le reste je suis tout-à-fait d'accord avec le discours, et il est revivifiant de voir ces médecins et ces gens se mobiliser à travers toute la planète contre les globalistes. Du reste, je vous ai traduit le texte de la conférence et vous verrez que la Russie n'a rien à nous envier en terme de corruption.

Pour le reste ne lâchez rien, nous avons la science pour nous, et la vérité finira (normalement) par éclater, espérons juste qu'il ne soit pas trop tard, et que l'on puisse au moins sauver les enfants.

Amitiés,

f.

Le Patriarcat Catholique Byzantin (PCB), qui défend les piliers fondamentaux du christianisme, attire l'attention sur une déclaration alarmante. Au nom de tous les chrétiens sincères, nous exprimons nos remerciements aux 12.700 médecins et scientifiques pour avoir défendu la vérité contre le système de mensonges qui exploite la médecine. Leur alliance internationale a publié une déclaration s'opposant à la politique sur les coronavirus et accusant les décideurs politiques de crimes contre l'humanité. Les médecins sont empêchés de fournir des traitements vitaux à leurs patients, et le débat scientifique ouvert est supprimé, voire puni.

Ce document indique que la négligence du traitement a entraîné des maladies et des décès inutiles. Ce sommet des médecins et des scientifiques s'est tenu à Rome, du 12 au 14 septembre. La discussion portait sur la pandémie de Covid. Nous citons brièvement la Déclaration : « Nous, médecins du monde, unis et fidèles au serment d'Hippocrate, reconnaissant que la profession médicale, telle que nous la connaissons, se trouve à un carrefour, nous sommes obligés de déclarer ce qui suit : Les décideurs publics ont choisi d'imposer une stratégie de traitement de type « taille unique », entraînant des maladies et des décès inutiles. Des milliers de médecins sont empêchés de soigner leurs patients, en raison des barrières érigées par les pharmacies, les hôpitaux et les agences de santé publique… Cela entraîne des centaines de milliers de décès de patients inutiles. Ce n'est pas de la médecine. Ce ne sont pas des soins. Ces politiques peuvent en fait constituer des crimes contre l'humanité. Par conséquent, il est maintenant résolu que : les médecins doivent avoir la liberté de pratiquer l'art et la science de la médecine sans crainte de représailles, de censure, de calomnie ou de mesures disciplinaires, y compris la perte possible du permis d'exercer leur profession. Les interférences d'entités et d'organisations gouvernementales nous empêchent encore plus de soigner les patients dans le besoin. Les médecins ne doivent pas être empêchés de prescrire des traitements sûrs et efficaces. Ces restrictions continuent de causer des maladies et des décès inutiles. » Le Patriarcat Catholique Byzantin défend les lois de Dieu et les vérités fondamentales de la foi qui sont nécessaires au salut. Les hérésies doctrinales actuelles provoquent une décadence des principes moraux, entraînant l'autodestruction de l'Église et de l'ensemble de la société humaine. Les États chrétiens légalisent la politique du genre, l'anti-éducation, la démoralisation délibérée, le vol des enfants par les services sociaux… En fin de compte, il s'agit d'abus moraux et psychologiques commis sur les enfants ; par exemple, rien qu’en Norvège, 70 à 100 enfants volés de la sorte se suicident chaque année. Ces crimes sont enveloppés de phrases positives sur les droits des femmes et des enfants et sur le soi-disant droit des minorités sexuelles LGBTQ à adopter ces enfants volés. En fait, ce sont des crimes commis contre Dieu et l'Humanité. La responsabilité de ces crimes incombe au Vatican apostat, dont l'apostasie a commencé avec Vatican II et culmine à présent, sous le pseudo-pape Bergoglio.

Celui qu’on appelle François abolit illégalement les commandements de Dieu, et introduit la diabolisation de l'Église. Il a intronisé le démon Pachamama au Vatican, et promeut le mariage des sodomites. De plus, il préconise avec arrogance et démagogie la vaccination expérimentale criminelle à ARNm.

Aujourd'hui, nous apprécions donc profondément cette Déclaration signée par plus de douze mille sept cents médecins. Elle condamne les hommes politiques, mais aussi les prélats de Judas, pour leur perte de conscience, leur trahison de la foi et leurs crimes contre l'humanité. Ils sont devenus responsables de la mort physique de beaucoup de personnes, mais aussi de la mort spirituelle des âmes égarées. Le Vatican apostat n'est plus le pilier de la vérité et de la conscience de l'humanité. Ce Vatican bergoglien est devenu un pilier de mensonges, et une force motrice dans l'auto-génocide de l'humanité. En cette période de trahison et d'apostasie les plus profondes commises à l’encontre de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, le Patriarcat Catholique Byzantin défend le véritable enseignement et les principes moraux. Au nom de tous les chrétiens sincères, nous donnons une reconnaissance publique à tous les médecins qui se sont opposés au système de mensonge et de mort derrière lequel se trouve l'ange de lumière, Lucifer, ou Satan. Rappelons que la victoire finale sur le diable et ses serviteurs appartient à Dieu, notre Seigneur et Sauveur. Ceux qui se battent pour la vérité recevront de Lui la couronne de la victoire éternelle. Cette couronne attend aussi les braves médecins qui se sont dressés afin de défendre la vie contre la mort.

+ Méthode OSBMr + Timothée OSBMr
Evêques secrétaires du Patriarcat Catholique Byzantin

Le 8 novembre 2021

Remerciements aux 12.700 médecins qui ont défendu la vérité contre la corona-psychose

http://vkpatriarhat.org/en/?p=21238 /english/
https://vkpatriarhat.org/it/?p=8399 /italiano/
https://vkpatriarhat.org/en/?p=21317 /deutsche/
http://vkpatriarhat.org/es/?p=11686 /español/
https://vkpatriarhat.org/pl/?p=19192 /polski/
https://vkpatriarhat.org/cz/?p=47472 /čeština/
https://vkpatriarhat.org/ru/?p=28271 /русский/
https://vkpatriarhat.org/pg/agradecimento/ /português/
https://vkpatriarhat.org/podiaka-12-700-likariam/ /українська/

Conférence scientifique à Saint-Pétersbourg sur l'affaire Covid

Les 20 et 21 octobre 2021, une conférence scientifique s'est tenue à Saint-Pétersbourg. Sa première partie était intitulée "Particularités médicales et politiques de la prévention de la vaccination Covid-19 en Russie". La conférence a été suivie par des scientifiques et des professionnels de la santé indépendants du fascisme mondial.

Citation de la résolution de la conférence scientifique-médicale : L'OPPOSITION consolidée, mais légitime, contre le piétinement immoral et transhumain des droits et libertés des habitants de la Terre par un petit groupe de globalistes, qui a développé un mécanisme de terrorisme biologique et informationnel, et l'utilise cyniquement, DOIT s'appuyer sur une base scientifique solide, des arguments précis, et les opinions de professionnels en autorité. Ce n'est qu'ainsi que nous pourrons dissiper les accusations fabriquées à notre encontre par les médias de désinformation de masse et éduquer la population des pays qui ont fait l'objet d'une intervention hybride, mobiliser et remodeler les forces de l'opinion publique dans une direction correcte. Les participants à la conférence sont parvenus à la conclusion suivante : Le 11 mars 2020, le président de l'OMS Tedros Ghebreyesus a déclaré des pandémies au nom de l'OMS, alors qu'il n'avait aucune autorité pour le faire. L'introduction du terme "pandémie" n'a pas été légalement établie par une directive (c'est-à-dire réglementée) et elle ne nécessite pas l'adoption d'autres mesures extraordinaires. Les seuils épidémiques n'ont pas été dépassés et l'épidémie n'a pas été déclarée. Les mesures visant à prévenir une augmentation des maladies infectieuses et des décès étaient et sont :

1) scientifiquement non fondées,
2) pour la plupart erronées, et non conformes aux lois internationales et nationales des différents pays,
3) une violation des droits et libertés individuels des citoyens et une menace pour leur vie et leur santé.

Pratiquement tout ce qui se passe sous le prétexte de la présence d'une pandémie et d'une épidémie de Covid-19 est une escroquerie et un charlatanisme tous azimuts. À notre avis, ces activités nécessitent une enquête détaillée de la part de la Cour pénale internationale pour le bien des générations futures. Les tests PCR de masse pour détecter les personnes infectées par le SRAS-Cov-2 se sont révélés indignes de confiance et ne constituent pas une méthode appropriée d'identification des patients infectés par le Covid-19, car cette maladie est causée par un virus à ARN à chaîne courte, par opposition aux virus à ARN à chaîne longue, pour lesquels la méthode de test PCR a été développée. L'augmentation constante du nombre de tests PCR administrés, les contributions élevées injustifiées aux hôpitaux pour les patients identifiés et traités comme positifs au Covid-19, ainsi que la manipulation des statistiques, ont créé une image fausse du nombre de malades et conditionnent des décisions médicales et administratives incorrectes, permettant ainsi des actes de corruption. L'utilisation incontrôlée de gluco-corticoïdes dans les cabinets médicaux et dans les hôpitaux entraîne une suppression de l'immunité sans fondement, ce qui permet à l'infection de pénétrer dans le corps et de provoquer une pneumonie, un empoisonnement du corps et la mort. Cette situation est actuellement la cause de la mort de milliers de personnes.

NOUS DÉCLARONS QUE :

Les tests et la "vaccination" des enfants contre le coronavirus sont, selon les participants à la conférence (et une grande partie de notre société), considérés comme une attaque contre ce que nous avons de plus sacré - une attaque contre la vie et la santé des enfants. Aucun des vaccins Covid-19 n'a subi les phases de tests cliniques nécessaires pour prouver l'efficacité et la sécurité de son utilisation, et nous ne pouvons donc pas parler de "vaccination préventive de la population", car c'est un crime, un mensonge et une escroquerie. L'augmentation des décès excessifs parmi une population adulte en 2021 est directement liée à une "vaccination contre le Covid-19" agressive et massive.

Nous sommes convaincus que le groupe de personnes mène une activité globale destructrice coordonnée liée à une violation des droits constitutionnels et internationaux fondamentaux des citoyens. Un nombre illimité de personnes sont forcées de participer à une expérience scientifiquement non soutenue qui met en danger leur vie et leur santé. Tout cela se passe sans leur consentement total et volontaire, et en outre en violation des principes médicaux communs, notamment épidémiologiques, immuno-préventifs, et sans suivi des résultats de cette recherche expérimentale. Ce faisant, diverses interventions médicales sont pratiquées sans aucun retour d'information pour assurer la vie et la bonne santé des participants aux expériences. Il n'y a pas d'évaluation des complications et des contre-indications, ni de groupes de soins médicaux dédiés au suivi des participants aux expériences. Le Covid-19 n'est pas une infection particulièrement dangereuse, et ce terme a été introduit intentionnellement, même s'il est en contradiction avec la résolution du gouvernement de la Fédération de Russie datée du 31 janvier 2020, n° 66 : "Sur l'introduction de changements dans la liste des maladies qui présentent un danger pour l'environnement", à l'époque où il n'y avait que 2 porteurs "asymptomatiques" de cette maladie. Le but était d'introduire une autre restriction de nos droits et de préparer la population à l'infodémie. Nous exprimons notre indignation devant le nombre (treize !) de recommandations méthodologiques du Département de la Santé de la Fédération de Russie pour le traitement des patients atteints de Covid-19, qui ont été préparées sans une analyse approfondie et appropriée des résultats des recommandations précédentes et sans aucune directive pour leur but préventif. Toute l'immunoprévention est orientée vers des espoirs injustifiés de produire un vaccin miraculeux, ce qui viole tous les principes de l'épidémiologie, qui stipulent que la vaccination préventive pendant l'explosion épidémiologique développée est contre-indiquée, car elle induit le syndrome d'EIM. Le fait qu'il s'agissait d'une approche erronée du ministère de la Santé et de "Rospotrebnadzor" (autorité de protection de la santé des consommateurs) est prouvé par le triplement du nombre d'infections et le doublement du nombre de décès au cours du second semestre de 2021. Nous sommes convaincus et nous déclarons que c'est une immunité naturelle, et non celle renforcée par une vaccination, qui constitue la protection la meilleure et la plus fiable contre les infections virales respiratoires aiguës, y compris celles causées par les coronavirus. Soutenir le contraire est l'hérésie antiscientifique la plus stupide, qui n'est soutenue par aucune preuve de recherche. L'intimidation de la population à l'aide de vidéos d'horreur et de statistiques manipulées sur les chaînes de télévision nationales a un sous-texte clairement malsain et criminel. Son but est de coincer les gens dans les centres de "vaccination" à tout prix.

Les appels impérieux du gouvernement s'accompagnent de chantages tels que la diminution des avantages, de l'aide sociale et la suppression d'autres droits. Les citoyens sont ouvertement soudoyés par toutes sortes de "loteries", de cadeaux et même par des primes financières aux employeurs pour chaque employé vacciné. L'échange intentionnel de termes, d'approches scientifiques, le remplacement des conseils gouvernementaux et scientifiques par des groupes de travail non professionnels, la création délibérée de chaos et de conflits, l'obligation d'utiliser des masques, des gants, des codes QR, des laissez-passer Covid et des téléphones intelligents jouent un rôle dans cette activité criminelle internationale. Tout cela nécessite une enquête très approfondie et, en conséquence, des poursuites pénales contre toutes les personnes qui ont violé la loi.

NOUS SOMMES CATÉGORIQUEMENT CONTRE :

1) les fonctionnaires et les professionnels des médias qui utilisent les termes "épidémie" et "pandémie", qui substituent les concepts et manipulent les termes tels que "patient asymptomatique", "menace de maladie", "menace de propagation de l'infection", "opacité de verre dépoli", "virus", "test PCR", "vaccination" - chacun d'entre eux étant utilisé différemment jusqu'en 2020, ou n'ayant aucune signification particulière ;
2) l'émission d'actes juridiques normatifs restreignant nos droits en raison de la "menace de maladie", remplaçant les approches scientifiques et juridiques valides ;
3) l'utilisation de tests massifs et injustifiés sur des humains par des systèmes de test non éprouvés pour diagnostiquer le Covid-19 ;
4) la poursuite de la "vaccination" massive et mortelle contre le Covid-19 ;
5) l'inclusion du "vaccin préventif Covid-19" dans le calendrier national des vaccinations préventives ;
6) la certification prématurée des "vaccins Covid-19" en raison d'essais cliniques prétendument réussis ;
7) la ségrégation des personnes selon leur statut de "vaccin" et l'introduction de codes QR (passeports Covid) ;
8) le transfert injustifié d'élèves et d'étudiants vers l'enseignement à distance ;
9) les "lockdowns" et "quarantaines" illégaux ainsi que l'imposition d'amendes pour non-respect de mesures illégales et scientifiquement infondées.

NOUS EXIGEONS :

1) un retour aux approches scientifiques dans le domaine de l'épidémiologie, de la virologie et de l'immunoprophylaxie ;
2) un retour à la mise en œuvre des droits constitutionnels et internationaux des citoyens, qui sont limités en raison d'une menace hypothétique et non réelle pour la santé, c'est-à-dire en l'absence d'épidémie, ce qui constitue un délit ;
3) diagnostiquer le Covid-19 non pas sur la base des résultats des tests PCR, mais sur la base du tableau clinique du patient ;
4) arrêter l'expérience létale en raison du nombre important de décès et de complications post-vaccinales graves jusqu'à ce que tous ces cas aient fait l'objet d'une enquête approfondie et que les causes de leur survenue aient été identifiées ; créer une base de données pour l'enregistrement et les statistiques des complications post-vaccinales et des décès résultant de l'immunisation avec n'importe quelle préparation immunobiologique, et confier sa maintenance à une organisation civique indépendante du gouvernement et des entreprises pharmaceutiques (note : à l'exception des organisations à but non lucratif de Soros) ;
5) arrêter la discussion à la Douma d'État de la Fédération de Russie du projet de loi sur l'inclusion de la "vaccination préventive contre le Covid-19" dans le calendrier national des vaccinations préventives (article 9 de la loi fédérale "sur l'immunoprophylaxie des maladies infectieuses" du 17 septembre 1998 N 157-FZ) jusqu'à ce qu'une large discussion sur cette question avec la participation de scientifiques et de médecins indépendants soit achevée ;
6) ne pas accorder de certification prématurée à tout médicament expérimental (vaccins dits Covid-19) jusqu'à la publication des résultats des études cliniques, leur vérification détaillée et le débat public exhaustif qui s'ensuivra ;
7) le transfert des fonctions du service épidémiologique de "Rospotrebnadzor" au département de la santé de la Fédération de Russie ;
8) la destitution du gouvernement de la Fédération de Russie en raison de son incapacité à faire face à la panique et à organiser professionnellement le travail du système de santé, ce qui a déjà entraîné une surmortalité due à des maladies "non covidiennes" de centaines de milliers de nos concitoyens ;
9) l'ouverture de poursuites pénales contre les personnes coupables d'être alarmistes et de créer la panique par une confusion des termes, l'utilisation de fausses informations et la prise de décisions délibérément erronées qui ont entraîné une augmentation excessive de la mortalité supplémentaire de la population.

LES PARTICIPANTS À LA CONFÉRENCE ONT PRIS LA RÉSOLUTION SUIVANTE :

1) Appeler le Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, le Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie, le Comité d'enquête de la Fédération de Russie, le Bureau du procureur général de la Fédération de Russie, le Département des affaires étrangères de la Fédération de Russie à lancer une enquête internationale sur l'affaire mondiale Covid au niveau du Conseil de sécurité de l'ONU, à identifier ses organisateurs et ses bénéficiaires, et à traduire les auteurs en justice pour crimes contre l'humanité.
2) Appeler le Président et le gouvernement de la Fédération de Russie à abroger tous les actes juridiques normatifs illégaux émis par le "Rospotrebnadzor" de la Fédération de Russie et les gouverneurs qui restreignent les droits personnels inaliénables et autres droits constitutionnels des citoyens russes (vaccination obligatoire, codes QR, tests, quarantaine, etc.)
3) Publier cette résolution pour une discussion publique et l'envoyer à tous les organes de toutes les branches du pouvoir d'État de la Fédération de Russie.

PARTICIPANTS À LA CONFÉRENCE :

Pavel Andreevich Vorobiev, docteur en sciences médicales, professeur
Alexander Alexeevich Redko, docteur en sciences médicales, professeur
Vladislav Anatolievich Shafalinov, docteur en sciences médicales, professeur
Igor Alexeevich Gundarov, docteur en sciences médicales, professeur
Denis Viktorovich Ivanov, docteur en sciences médicales, professeur
Galina Borisovna Kirillicheva, docteur en sciences médicales, professeur
Yuri Vladimirovich Lobzin, docteur en sciences médicales, professeur, membre de l'Académie des sciences de Russie
Valentin Yurievich Katasonov, docteur en sciences économiques, professeur
Irina Vladimirovna Ermakova, docteur en sciences biologiques, candidate en sciences pédagogiques
Irina Viktorovna Zhuzhgova, candidate aux sciences médicales
Sergey Anatolievich Anufriev, candidat des sciences médicales, professeur associé
Anna Viktorovna Schwabauer, candidate en sciences juridiques (doctorat en droit)

A
lexander Vladimirovich Saversky, expert de l'Académie des sciences de Russie

Natalia Ivanovna Novakova, juriste
Sofia Alexandrovna Naumenko, thérapeute
Plamen Paskov, politologue, candidat à la présidence de la Bulgarie
Dina Sergeevna Gibson, entrepreneur
Dmitry Vyacheslavovich Kazakov, entrepreneur
Andrey Borisovich Tsyganov, président de la Commission pour la protection des enfants contre les contenus destructifs sous Roskomnadzor
Anatoly Arturovich Artyukh, président de l'organisation nationaliste chrétienne orthodoxe "Narodny Sobor" (Assemblée du peuple)
Olga Nikolaevna Baranets, médiateur public pour la protection de la famille à Saint-Pétersbourg et dans la région de Leningrad
Denis Alexeevich Shulga, militant des droits de l'homme, coordinateur du mouvement "StopVaczism".

Video : https://www.brighteon.com/d04029df-de42-4dec-b4c3-4a87507cb599
https://trueinform.ru/modules.php?name=Laid&sid=68499


*****************************************

Abonnez-vous aux newsletters du PCB https://forms.sendpulse.com/ef46bd8937/

Source : Mail

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : L'Eglise au tombeau