1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

Plus de 7000 scientifiques et médecins militent en faveur de l'immunité collective pour le COVID, et la fin du confinement.

Rédigé par Steve Watson via Summit News,

Plus de six mille scientifiques et médecins ont signé une pétition contre les mesures de confinement relativent au coronavirus, et demandent instamment que les personnes qui ne font pas partie de la catégorie à risque puissent continuer à vivre normalement, considérant que les règles de confinement aux États-Unis et au Royaume-Uni causent des "dommages irréparables".

Le Dr Sunetra Gupta, professeur à l'université d'Oxford, est l'un des auteurs de la lettre ouverte qui a été envoyée avec la pétition, aux côtés du Dr Martin Kulldorff, de l'université de Harvard, et du Dr Jay Bhattacharya, de Stanford.

Immunite Collective

Parmi les signataires figurent des professeurs des plus grandes universités du monde.

Signed

La pétition, surnommée la Déclaration de Great Barrington d'après la ville du Massachusetts où elle a été rédigée, a été signée par près de 73.000 membres du public au moment de sa rédaction, ainsi que par plus de 4700 scientifiques du monde médical et de la santé publique et environ 3200 praticiens.

    "Ceux qui ne sont pas vulnérables devraient immédiatement être autorisés à reprendre une vie normale", note-t-elle, ajoutant que "le maintien de ces mesures [de confinement] jusqu'à ce qu'un vaccin soit disponible causera des dommages irréparables, les défavorisés étant touchés de manière disproportionnée".

    "Les politiques de verrouillage actuelles produisent des effets dévastateurs sur la santé publique à court et à long terme", déclare également la déclaration.

Elle poursuit : "Les résultats (pour n'en citer que quelques-uns) comprennent une baisse des taux de vaccination des enfants, une aggravation des maladies cardiovasculaires, une diminution des dépistages du cancer et une détérioration de la santé mentale - ce qui entraînera une surmortalité plus importante dans les années à venir, la classe ouvrière et les jeunes membres de la société portant le plus lourd fardeau".

    "Garder les étudiants en dehors de l'école est une grave injustice", ajoute la déclaration.

    "Ceux qui ne sont pas vulnérables devraient immédiatement être autorisés à reprendre une vie normale, conclut-elle, expliquant que "des mesures d'hygiène simples, telles que se laver les mains et rester à la maison lorsqu'on est malade, devraient être pratiquées par tout le monde pour réduire le seuil d'immunité du groupe".

    "Les écoles et les universités devraient être ouvertes à l'enseignement en personne. Les activités extrascolaires, telles que le sport, devraient être reprises. Les jeunes adultes à faible risque devraient travailler normalement, plutôt qu'à la maison", souligne-t-elle.

Enfin, la déclaration demande que la vie normale reprenne, en précisant que "les restaurants et autres commerces devraient ouvrir. Les arts, la musique, le sport et les autres activités culturelles devraient reprendre. Les personnes les plus à risque peuvent participer si elles le souhaitent, tandis que la société dans son ensemble bénéficie de la protection conférée aux personnes vulnérables par ceux qui ont développé une immunité collective".

La déclaration fait écho aux paroles du président Trump en début de semaine, lorsqu'il est revenu à la Maison Blanche et a demandé aux Américains de ne pas vivre dans la peur ou de ne pas laisser le virus dominer leur vie quotidienne :

Cette déclaration rejoint d'autres recherches qui ont conclu que les verrouillages "détruiront au moins sept fois plus d'années de vie humaine" qu'ils n'en sauveront.

Le ministre allemand de la coopération économique et du développement, Gerd Muller, a averti que les mesures de verrouillage dans le monde entier finiront par tuer plus de gens que le coronavirus lui-même.

Dans une interview accordée au journal allemand Handelsblatt, M. Muller a averti que la réponse à la pandémie mondiale a entraîné "l'une des plus grandes" crises de la faim et de la pauvreté de l'histoire.

Les commentaires de M. Muller arrivent cinq mois après qu'une étude du ministère allemand de l'intérieur, qui a fait l'objet d'une fuite, ait révélé que l'impact de la fermeture du pays pourrait finir par tuer plus de gens que le coronavirus en raison du fait que les victimes d'autres maladies graves ne reçoivent pas de traitement.

Comme nous l'avons déjà souligné, au Royaume-Uni, il y a déjà eu jusqu'à 10 000 décès supplémentaires dus au fait que des personnes gravement malades ont évité les hôpitaux à cause du COVID-19 ou que leurs traitements hospitaliers n'ont pas été annulés.

Le professeur Richard Sullivan a également averti qu'il y aura plus de décès par cancer au Royaume-Uni que le nombre total de décès par coronavirus en raison de la restriction de l'accès des personnes aux dépistages et aux traitements résultant du verrouillage.

Ses commentaires ont été repris par Peter Nilsson, professeur suédois de médecine interne et d'épidémiologie à l'université de Lund, qui a déclaré : "Il est tellement important de comprendre que les décès dus au COVID-19 seront bien moins nombreux que les décès causés par le verrouillage de la société lorsque l'économie sera ruinée".

Fear

Selon le professeur Karol Sikora, un oncologue consultant du NHS, il pourrait y avoir 50 000 décès supplémentaires dus au cancer en raison de la suspension des dépistages de routine pendant la période de fermeture au Royaume-Uni.

En outre, une étude publiée dans The Lancet qui note "l'éloignement physique, les fermetures d'écoles, les restrictions commerciales et le verrouillage des pays" aggravent la malnutrition globale des enfants.

Les experts ont également averti que le verrouillage entraînera la mort de 1,4 million de personnes dans le monde en raison d'infections tuberculeuses non traitées.

Comme nous l'avons déjà souligné, un consortium d'analystes de données en Afrique du Sud a découvert que les conséquences économiques du verrouillage du pays entraîneront 29 fois plus de décès que le coronavirus lui-même.

Des centaines de médecins s'opposent également aux mesures de confinement, avertissant qu'elles entraîneront plus de décès que le coronavirus lui-même.

Bien que les citoyens du monde entier aient été invités à observer le confinement pour "sauver des vies", de nombreux experts qui avertissent maintenant que le confinement pourrait finir par coûter plus de vies sont ignorés ou dénigrés par les médias.

 

* * *


La déclaration de Great Barrington

 

En tant qu'épidémiologistes des maladies infectieuses et scientifiques de la santé publique, nous sommes très préoccupés par les effets néfastes sur la santé physique et mentale des politiques COVID-19 en vigueur, et nous recommandons une approche que nous appelons la protection ciblée.

Venant de la gauche et de la droite, et du monde entier, nous avons consacré notre carrière à la protection des personnes. Les politiques de verrouillage actuelles produisent des effets dévastateurs sur la santé publique à court et à long terme. Il en résulte (pour n'en citer que quelques-uns) une baisse des taux de vaccination des enfants, une aggravation des maladies cardiovasculaires, une diminution des dépistages du cancer et une détérioration de la santé mentale, ce qui se traduit par une surmortalité accrue dans les années à venir, la classe ouvrière et les jeunes membres de la société supportant le plus lourd fardeau. Maintenir les étudiants en dehors de l'école est une grave injustice.

Le maintien de ces mesures jusqu'à ce qu'un vaccin soit disponible causera des dommages irréparables, les défavorisés étant touchés de manière disproportionnée.

Heureusement, nous comprenons de mieux en mieux le virus. Nous savons que la vulnérabilité au décès dû au COVID-19 est plus de mille fois plus élevée chez les personnes âgées et les infirmes que chez les jeunes. En effet, pour les enfants, COVID-19 est moins dangereux que de nombreux autres méfaits, y compris la grippe.

À mesure que l'immunité se renforce dans la population, le risque d'infection pour tous - y compris les personnes vulnérables - diminue. Nous savons que toutes les populations finiront par atteindre l'immunité collective - c'est-à-dire le point où le taux de nouvelles infections est stable - et que celle-ci peut être favorisée par un vaccin (mais n'en dépend pas). Notre objectif devrait donc être de minimiser la mortalité et les dommages sociaux jusqu'à ce que nous atteignions l'immunité collective.

L'approche la plus compatissante qui équilibre les risques et les avantages de l'immunité collective consiste à permettre à ceux qui courent un risque minimal de mourir de vivre normalement et de développer une immunité au virus par une infection naturelle, tout en protégeant mieux ceux qui courent le plus grand risque. C'est ce que nous appelons la protection ciblée.

L'adoption de mesures visant à protéger les personnes vulnérables devrait être l'objectif central des réponses de santé publique à la COVID-19. À titre d'exemple, les maisons de soins infirmiers devraient faire appel à du personnel ayant une immunité acquise et effectuer des tests PCR fréquents sur les autres membres du personnel et sur tous les visiteurs. La rotation du personnel devrait être réduite au minimum. Les retraités vivant à domicile devraient se faire livrer des produits alimentaires et d'autres produits de première nécessité à leur domicile. Dans la mesure du possible, ils devraient rencontrer les membres de leur famille à l'extérieur plutôt qu'à l'intérieur. Une liste complète et détaillée de mesures, y compris des approches pour les ménages multigénérationnels, peut être mise en œuvre, et s'inscrit bien dans le champ d'action et les capacités des professionnels de la santé publique.

Les personnes qui ne sont pas vulnérables devraient être immédiatement autorisées à reprendre une vie normale. Des mesures d'hygiène simples, comme se laver les mains et rester à la maison quand on est malade, devraient être pratiquées par tout le monde pour réduire le seuil d'immunité du troupeau. Les écoles et les universités devraient être ouvertes à l'enseignement en personne. Les activités extrascolaires, telles que le sport, devraient être reprises. Les jeunes adultes à faible risque devraient travailler normalement, plutôt qu'à la maison. Les restaurants et autres entreprises devraient ouvrir. Les arts, la musique, le sport et les autres activités culturelles devraient reprendre. Les personnes les plus à risque peuvent y participer si elles le souhaitent, tandis que la société dans son ensemble bénéficie de la protection conférée aux personnes vulnérables par ceux qui ont développé une immunité collective.

 

Source : Zerohedge.com

 

Informations complémentaires :

 

 

 

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...
You are a guest ( Sign Up ? )
or post as a guest
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Plus de 7000 scientifiques et médecins militent en faveur de l'immunité collective pour le COVID, et la fin du confinement (Zero Hedge)