Pour la presse libanaise, la visite d'Ahmadinejad est un message fort à Washington

(Temps de lecture: 2 - 3 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

Ahmadinejad joue la provocation, va voir ses ‘amis’ du Hezbollah au Liban, et demande dans son discours la destruction d'Israël, tout en indiquant à Washington que rien ne se réglera dans la région sans l’appui de l’Iran.

La visite du président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, cette semaine au Liban a montré aux Etats-Unis, opposés à Téhéran sur son programme nucléaire, que l'Iran est incontournable dans le règlement des problèmes au Moyen-Orient, estimait la presse libanaise vendredi. La visite de deux jours du président la République islamique, qui l'a mené jusqu'à la frontière avec Israël, a été perçue comme une importante marque de soutien à son allié le Hezbollah chiite, qui prône la lutte contre Israël, et qui est classé comme organisation terroriste par Washington.

"Les Américains lisent le message suivant : 'si vous isolez l'Iran, l'Iran vous acculera au Liban et ailleurs'", écrit le quotidien indépendant Al Anouar. Selon l'éditorialiste, Téhéran dit à Washington "si vous voulez des solutions aux problèmes de la région (...), vous devez frapper à la porte de l'Iran". "Pour les Iraniens, la visite de leur président s'inscrit dans un cadre régional, où cette grande puissance renforce sa présence jour après jour", écrit de son côté Al Akhbar, quotidien proche du Hezbollah.

"L'Iran peut-il remplir le vide créé au Moyen-Orient après le 'suicide' de l'Union soviétique et le retrait des Américains dans certains endroits ?" s'interroge le quotidien panarabe Al Hayat dans son édition de Beyrouth, en référence notamment à la fin de la mission américaine de combat en Irak, sept ans après l'invasion. "Téhéran tente-t-il de s'imposer comme le premier partenaire des Etats-Unis dans la gestion des affaires de la région, au niveau de la sécurité et de la stabilité ?" poursuit le quotidien.

Les Etats-Unis ont estimé jeudi que la visite du président iranien dans le sud du Liban, bastion du Hezbollah, était néfaste pour la souveraineté du pays et la sécurité de la région. Washington soupçonne l'Iran de vouloir se doter de l'arme atomique sous couvert d'activités civiles et l'accuse d'armer le Hezbollah, mouvement politique et militaire le plus puissant du pays. Les quotidiens proches de la majorité pro-occidentale au Liban, qui avaient critiqué la visite, n'étaient pas très diserts sur le sujet, et n'y consacraient aucun éditorial.


Source :
Le Monde

Radio.Canada.ca : Ahmadinejad joue les provocateurs
L'Express :
"La visite d'Ahmadinejad visait à calmer les tensions internes au Liban"
AFP :
La visite d'Ahmadinejad au Liban, un message fort à Washington