"Top kill" échoue, BP essaie un couvercle

(Temps de lecture: 2 - 4 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

topkill.jpg

Alors que j'étais dubitatif sur la durée de vie du colmatage, les faits m'ont donné raison.... 24 h...

HOUSTON, 29 mai (Reuters) - BP (BP.L: Cotation) a annoncé samedi l'échec et l'abandon de l'opération "top kill" de colmatage du puits de pétrole endommagé dans le golfe du Mexique et s'est tournée immédiatement vers une autre solution visant à couvrir la fuite.

La procédure "top kill", qui consistait à injecter des boues de forage dans le puits, à environ 1.600 mètres de profondeur, n'a pas permis de faire cesser l'écoulement de brut qui dure désormais depuis 40 jours, a expliqué Doug Suttles, directeur des opérations de BP.

Le directeur général de la compagnie, Tony Hayward, avait affirmé vendredi qu'il faudrait attendre jusqu'à dimanche pour évaluer le succès de l'opération, mais BP et les autorités ont décidé dès samedi d'abandonner ce dispositif.

"C'était l'option que nous estimions être la meilleure à suivre compte tenu des informations dont nous disposions. Evidemment, nous ne savions pas", a dit Doug Suttles.

Dans un communiqué, Hayward s'est déclaré déçu de l'échec de l'opération mais il a assuré que le géant britannique du secteur pétrolier était prêt à tenter une solution alternative, avec la mise en place d'un couvercle de confinement, destiné à pomper le brut sans colmater la fuite.

"D'après ce que nous savons maintenant, nous croyons que le couvercle de confinement est le moyen le plus efficace de minimiser l'impact de la fuite de pétrole sur l'écosystème du golfe et les gens de la région", dit Hayward dans ce communiqué.

Le nouveau dispositif pourrait être à l'oeuvre d'ici quatre à cinq jours, a pour sa part dit Suttles lors du point quotidien avec les garde-côtes américains.

"Nous pensons qu'il capturera la majorité du pétrole s'il fonctionne. Nous ne pouvons pas le garantir", a-t-il prévenu.

PAS DE SOLUTION AVANT JUILLET ?

Depuis le naufrage de la plate-forme Deepwater Horizon, le 20 avril, et sous la pression des autorités américaines, BP a tenté à plusieurs reprises d'endiguer l'écoulement de pétrole par 1.600 mètres de profondeur.

L'amiral Mary Landry, chef des garde-côtes, a estimé samedi que la seule solution permettant offrant un succès certain était de creuser un puits de secours pour rejoindra la fuite et la colmater bien en-dessous du plancher océanique.

Une opération en ce sens a commencé mais le puits de secours ne sera achevé que fin juillet ou début août, selon BP, et ce délai pourrait peser sur l'administration Obama, cible de critiques de plus en plus fortes pour sa gestion du désastre.

"Nous continuerons à chercher tous les moyens responsables d'arrêter cette fuite jusqu'à ce que soient achevés les deux puits de secours actuellement en forage", a dit le président Barack Obama dans un communiqué.

Aucune des autres procédures essayées jusqu'à lors ou en passe de l'être n'ont été réalisées par BP à une telle profondeur, où seuls des robots sous-marins peuvent supporter la pression et les températures extrêmes.

L'opération "top kill" n'avait elle-même jamais été testée dans ces conditions, ce qui n'avait pas empêché Hayward de lui donner 60% à 70% de succès.

La compagnie pétrolière a déjà consacré 940 millions de dollars pour tenter de faire cesser la fuite de brut, nettoyer la mer et les côtes souillées par le pétrole.

La nouvelle tentative de BP consistera d'abord à retirer un tube (ou "riser") endommagé situé sur le bloc obturateur du puits, puis à poser sur le bloc existant de tubes prolongateurs (LMRP) un couvercle étanche. 

Celui-ci serait ensuite relié à un conduit et raccordé au bloc de tubes existant afin de recueillir le pétrole.

Cette solution, a souligné Obama, n'a pas été choisie avant parce qu'elle présente des risques et, comme les autres tentatives, n'offre pas de garantie à une telle profondeur.

BP prépare en outre la mise en place d'un bloc obturateur qui fonctionne pour le disposer sur celui n'ayant pas marché au niveau du puits, au cas où la solution du couvercle viendrait à échouer à son tour. (Avec Ed Stoddard et Patricia Zengerle, Grégory Blachier pour le service français)


Source : Reuters

Informations complémentaires :

France-Info (audio) : Obama show sur les plages de Louisiane
Le Parisien : Marée noire : la tentative de colmatage a échoué
AFP : Marée noire: échec de la dernière tentative de colmatage

 

par Kristen Hays

* Obama veut mettre en oeuvre tous les moyens "responsables"
 * BP se tourne vers une opération de pompage
 * Un puits de secours est la meilleure solution, lointaine (actualisé avec Obama, détails)