(Temps de lecture: 5 - 9 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

Bonjour, un bon article du Courrier des stratèges qui fait le point sur la mortalité Covid et le réel nombre de décès en France avec les statistiques officielles. Je pense que tout est dit, comme le confirmait Karine Lacombe chez Ruquier, 99,865% des gens y survivent, le taux de mortalité est de 0,035% et partout en Europe.

De plus, comme le souligne Éric Verhaeghe, tout cela aurait pu être évité avec les traitements précoces,

N'oubliez pas aussi la fermeture de tout ces hôpitaux depuis 10 ans, sous la volonté de Bruxelles pour 11,7 milliards d'€uro (alors que les Anglais qui sont maintenant souverain en construisent 48).

Et quand on va faire les comptes ça va faire mal, la crise covid nous a coûté 427 milliards.... Parce que nos hôpitaux étaient démantelés...

Tout ceci est donc bien prévu de longue date, et pour des motifs politiques en vue d'administrer de force des vaccins expérimentaux et d'instaurer une dictature numérique, avec un projet élaboré depuis des années par 500 personnes chez Thalés. Le tout en vue des JO de 2024  afin de faire une vitrine technologique commerciable à l'étranger de nos capacités de surveillance de masse, le noyau dur sera la carte d'identité numérique (basé sur le passe sanitaire) appelée des vœux de Bruno Lemaire face au MEDEF.

Covid Letalite Relle

Quelle surmortalité le COVID a-t-il provoquée ? Officiellement 100.000 morts et même plus. Toute la difficulté tient au fait que la statistique officielle peine à étayer ce chiffre et, au fil de l'eau, l'INSEE diffuse des éléments qui sèment le doute sur la gravité réelle de l'épidémie, notamment sur le nombre de morts qu'elle a causées dans la population. Voici une petite revue des derniers éléments fournis par la statistique officielle... qui remettent l'église au milieu du village en matière de catastrophe démographique.

Image 2021 10 03 094258

Le graphique ci-dessus montre l’évolution du nombre de décès année après année en France depuis 1901. Il est riche d’enseignements, car il rappelle que, avant le conflit de 1940, la France déplorait plus de 650.000 morts chaque année. Avant la guerre de 1914, on en comptait même plus de 800.000 !

2020 : une surmortalité réelle

Avec 654.000 décès comptabilisés en 2020, la France a retrouvé un chiffre historique, jamais atteint depuis… 1945. Dans l’après-guerre, le nombre de décès a toujours stagné autour de 550.000 personnes chaque année. De façon assez surprenante, la poussée du nombre de décès a commencé plusieurs années avant le COVID. Dès 2016, on compte 580.000 décès. En 2018, on atteint quasiment les 600.000 morts dans l’année. En 2020, on passe aux 655.000. 

Cette évolution significative n’est malheureusement pas rapportée par l’INSEE au nombre d’habitants. 650.000 morts en un an, c’est beaucoup, mais avec 65 millions d’habitants, cela compte quand même moins que 650.000 décès en 1945 pour 40 millions d’habitants. 

Cette évolution, malgré tout, correspond aux chiffres de 55.000 morts supplémentaires annoncés par l’INSEE au printemps

L’histoire retiendra que le COVID est survenu dans une phase mal analysée d’augmentations du nombre de décès et qu’il a causé une augmentation réelle de la mortalité, loin des théories complotistes selon lesquelles l’épidémie n’existerait pas.

Le COVID : une surmortalité limitée

On le voit, cet entêtant chiffre de 55.000 morts “exceptionnels” en 2020, soit deux fois moins que le chiffre très symbolique de 100.000 morts répété par Macron et les médias subventionnés, revient régulièrement dans l’examen des données publiques. Encore faut-il chercher à en comprendre la réalité concrète. 

Image 2021 10 03 100716

Ce graphique montre l’évolution mensuelle du nombre de décès pour 1000 personnes depuis 1975. C’est un tableau important, car il relativise les chiffres annuels par une sorte d’observation des pics rapportés au nombre d’habitants.

La courbe générale est intéressante, parce qu’elle montre la lente décrue de la mortalité mensuelle jusqu’en 2005, puis une inflexion à la hausse à partir de la crise de 2008. Notons ici qu’entre 2005 et 2015 la France a régulièrement connu une mortalité inférieure à 8 morts pour 1000 habitants chaque mois. Cette décrue est historique et ne s’est pas produite avant, ni après. On notera aussi que, depuis l’apparition du COVID, l’étiage mensuel sensiblement au même niveau que dans les années 90. Il est très inférieur à celui des années 70 et 80. 

Ce sont surtout les pics de mortalité mensuelle qui nous intéressent. Et, ô surprise, la situation de 2020 ne permet pas de tirer des constats aussi alarmistes que le gouvernement voudrait bien nous le faire croire. 

Deux fois seulement depuis le début de l’épidémie la France a dépassé le chiffre de 12 décès mensuels pour 1000 habitants. Ce phénomène est arrivé dix fois depuis 1975. Mais, en avril 2020, avec 12,3 décès pour 1000 habitants, nous sommes loin d’avoir connu la pire situation de mortalité depuis près de 50 ans. Ainsi, en janvier 1975, en février 1978 et en février 1986, les pics mensuels de mortalité ont été pires. En février 1976, le pic de mortalité a égalé celui d’avril 2020. 

Autant dire que si l’épidémie a produit une surmortalité, elle n’a pas produit de situation d’urgence justifiant les mesures d’exception que nous connaissons. Les épidémies de grippe des années 70 ont été plus graves.

Sur ce point, il est un fait que l’année 2020 a connu une fréquence plus importante de pics de mortalité que les autres années. Mais fréquence ne signifie pas gravité. Rappelons-le. 

Il est en outre acquis que, si le gouvernement utilisait le recours aux traitements précoces, la dangerosité du COVID diminuerait et la mortalité avec elle, très probablement. 

 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

 

Source : Lecourrierdesstrateges.fr

 

Informations complémentaires :

 

 

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Quand l’INSEE relativise fortement la surmortalité du COVID (CDS)