(Temps de lecture: 3 - 6 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Face à la montée aveugle de la violence dans la cité phocéenne, et aux possibles solutions, j’ai pensé que le billet de ce matin d’Atlantico donnait quelques pistes de réflexion, et permettait de mieux comprendre le contexte sur place…

Bonne lecture,

F.

Marseille Militaires
L'envoi de forces armées dans les quartiers sensibles n'a pas d'effet dissuasif. Crédit Reuters

Atlantico : Quels sont les pays qui ont déjà déployé l'armée dans leurs quartiers ?

Xavier Raufer : Les deux exemples qui viennent à l'esprit sont la Sicile et le Brésil, en 1994 et encore récemment dans les favelas. En Sicile, le gouvernement a envoyé l'armée après les attentats qui ont coûté la vie aux juges Falcone et Borsalino. Mais il s'agissait purement de show biz politicien car l'armée ne peut en fait rien faire dans ce type de situation. En effet, les mafieux ne portent pas d'uniforme !

Au Brésil, le gouvernement a tenté de pacifier les favelas avant les grands rendez-vous internationaux sportifs comme les JO et le Mondial de football. En envoyant même parfois des tanks dans ces quartiers. Mais les résultats ne durent que le temps de ces événements. Sur la durée, les résultats ne sont pas bons. La population râle.

Au Royaume-Uni, le seul moment où l'armée a été utilisée est intervenu pendant la lutte contre l'IRA. Mais en dehors de cela, jamais l'armée n'interviendrait dans le maintien de l'ordre. C'est le travail des Bobbies et du service de renseignement britannique.

Est-ce que cette stratégie a fonctionné ? Pourquoi ?

On pourrait penser que l'envoi de forces armées aurait un effet dissuasif. Mais les malfrats n'ont qu'à attendre que l'armée parte pour reprendre leurs activités. Le jour où l'armée se retire tout recommence comme la veille. Or veut-on laisser la ville sous loi martiale pour l'éternité ?

En plus, leur intervention peut être neutralisée. Les voyous possèdent deux armes que le reste de la population ne détient pas : l'intimidation et la corruption. Au Brésil, l'armée a été corrompue par l'envoi de prostituées et de cocaïne. Les criminels ont ainsi continué leur business dans les petites rues alentour pendant que l'armée occupait les grandes artères.

Fondamentalement, le job d'une armée est de tuer des gens. Mais ces militaires n'auront pas le droit de tirer, donc à quoi cela sert ?

En quoi la situation à Marseille se distingue de ces exemples ? La situation à Marseille est pire : elle est d'une gravité unique en Europe.

Elle est d'abord caractérisée par une immense corruption : des pans entiers de la police sont touchés et la preuve en est que quand les magistrats de Marseille veulent se dire des choses importantes ils quittent Marseille et se réunissent à Paris, car à Marseille il y a des fuites permanentes. Et aujourd'hui, les deux milieux marseillais, corse et maghrébin, ont leur source à l'intérieur de la police. La politique de la ville a consisté pendant des années à inonder de subventions des gangs dans les quartiers chauds. Ce système de corruption s'est généralisé.

L'autre problème marseillais vient de la paralysie de la police. Alors que le nouveau patron de la PJ marseillaise, nommé à l'automne 2012, voulait nettoyer les écuries d'Augias, rien n'a bougé. Cette paralysie se symbolise par l'absence de renseignements criminels. Les effectifs marseillais sont dix fois inférieurs à ceux de la capitale pour une superficie deux fois et demie plus vaste. Mais c'est un aveuglement volontaire. Autrement la corruption éclaterait au grand jour.

La stratégie de déployer l'armée est-elle vouée à l'échec étant donné le pacte national en France fait que l'armée tire sa légitimité de la Nation ?

Pour les militaires, cette perspective leur fait horreur et les angoisse. Tout simplement car ce n'est pas leur métier. La loi militaire interdit de tuer des civils.

Quelle troupe militaire est finalement faite pour encadrer une population sans tirer et maintenir l'ordre ? C'est le travail de la gendarmerie. Et ce depuis Napoléon. En mai 68, ils ont assuré cette mission sans drame. Techniquement, l'envoi de gendarmes représente la solution mais cela risque de raviver des querelles entre les deux corps d'Etat que sont la police et la gendarmerie.

L'autre possibilité consiste à faire du renseignement militaire et envoyer à Marseille de jeunes commissaires aguerris dans des zones sensibles et prêts à faire le ménage. La population de la ville est également prête à coopérer. Propos recueillis par Pierre Havez et Carole Dieterich

 

Source : Atlantico.fr

Informations complémentaires :