1 1 1 1 1 Rating 4.00 (4 Votes)

La brusque accélération des mesures politiques en faveur des réfugiés réjouit professionnels et bénévoles de l'aide sociale... autant qu'elle provoque leur incompréhension.

Hidalgo Migrants 13 09 2015
La maire de Paris Anne Hidalgo souhaite la bienvenue aux réfugiés en provenance de Munich, vendredi 11
septembre 2015. (Capture Twitter)

La maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé jeudi 10 septembre l'ouverture de six nouveaux centres d'hébergement à Paris (plus un à Bourg-la-Reine), destinés à recevoir 460 migrants, et était sur le pont ce vendredi pour accueillir 36 réfugiés irakiens et syriens arrivés dans la nuit à un centre d'hébergement parisien. A Saint-Etienne, à Lille, à Rennes, mais aussi dans des territoires ordinairement marqués par la pénurie de places d'hébergement d'urgence, les offres d'accueil des pouvoirs publics commencent à affluer de tout l'hexagone.

Alors que le compte à rebours vers l'hiver est déjà lancé, cet afflux de solidarité ultra-ciblé fait grincer bien des dents chez les défenseurs habituels du fameux "SDF de souche" sur les réseaux sociaux, certains se trouvant un soudain intérêt pour les sans-abri. Y compris chez ceux qui ont l'habitude de taper sur les "assistés".

Twitter1 Sdf 13 09 2015

Twitter2 Sdf 13 09 2015

Car ce genre d'opposition entre "nouveaux réfugiés" et précaires "déjà sur place" n'est pas totalement sans fondement. Mi-juin, "L'Humanité" se faisait ainsi l'écho de l'expulsion "d'une trentaine de SDF, habituellement logés au centre d'accueil de Nanterre", afin d'y accueillir à la place les migrants expulsés de Paris, une information que confirmait un communiqué de la ville.

Le cas inverse est parfois observé : ainsi, à Bruxelles, de nombreux sans-abri de la capitale belge se sont mis à fréquenter la plate-forme citoyenne de soutien aux réfugiés. "Il y a des présences de gens qui ne sont pas forcément du campement. On n'est pas contre", déclarait une porte-parole à RTL Belgique.

Encart 1 13 09 2015

La concurrence est aussi "entre migrants"

Toujours est-il que l'incompréhension gagne certains personnels du Samu social de Paris, "qui chaque jour doivent refuser 150 personnes", indique son président Eric Pliez au magazine "TSA""La pénurie crée un effet de tri et de concurrence", admet Christophe Robert, de la Fondation Abbé-Pierre, auprès de Rue 89. Ce mot de "concurrence" entre différents publics, peu le reprennent malgré tout à leur compte.

"On ne présente pas les choses de cette manière-là. Beaucoup de sans-abri sont eux aussi des migrants : 40% des personnes qui appellent le 115 sont de nationalité extracommunautaire. Si opposition il y a, elle est davantage entre les migrants eux-mêmes", explique Florent Gueguen, directeur général de la Fnars (Fédération nationale des associations d'accueil et de réadaptation sociale). "Le gouvernement a désigné quatre nationalités prioritaires [Syriens, Libyens, Irakiens et Érythréens, NDLR] qui ne sont pas les nationalités majoritaires au sein des demandeurs d'asile."

Et si "personne ne conteste la priorité donnée aux personnes issues de zones de guerre", force est de constater que le gouvernement a encouragé le développement d'une demande d'asile à deux vitesses cet été : d'un côté, accueil immédiat et traitement accéléré des dossiers (trois mois) ; de l'autre, Kosovars, Congolais, Tchétchènes attendent parfois plusieurs années et en tout, seulement un tiers des demandeurs d'asiles accèdent finalement à une place en Cada (Centre d'accueil de demandeurs d'asiles). 

"Il a fallu pousser les murs", reconnaît Hidalgo

Ce vendredi, Anne Hidalgo répétait qu'il n'y avait "pas de concurrence entre les publics", tout en reconnaissant qu'il avait "fallu pousser les murs", pour "ouvrir des places supplémentaires", face à des "capacités d'hébergement d'urgence déjà saturées" pour les SDF d'Ile-de-France. Et les représentants de 600 villes ont répondu à l'invitation du gouvernement pour participer samedi à Paris à une réunion visant à organiser l'accueil des 24.000 réfugiés supplémentaires acceptés par François Hollande le 7 septembre. De quoi susciter des interrogations au sein du monde associatif.

Encart 2 13 09 2015

Les capacités d'accueil hivernales seront-elles cannibalisées par les nouveaux arrivants ? La préfecture d'Île-de-France a d'ores et déjà assuré que la mise à disposition de places pour les réfugiés estampillés "quotas européens" ne se ferait pas au détriment des sans-abri français, communautaires et extracommunautaires déjà présents sur le territoire.

"On attend des confirmations. L'autre enjeu sera d'éviter la concentration à Paris, de répartir les centres d'accueil sur l’ensemble du territoire. Dans certaines régions, très peu de maires sont prêts", prévient Florent Gueguen. Il faut dire qu'il y a une échéance électorale dans trois mois. Mais dans trois mois, ce sera aussi l’hiver.

Timothée Vilars

 

Source : Tempsreel.nouvelobs.com

Informations complémentaires :

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Réfugiés ou SDF ? Les associations face au piège de la « concurrence »