(Temps de lecture: 8 - 15 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (6 Votes)

Avec les récentes lois promulguées en France, et les choses qui se mettent en place, on est en plein dedans... Et si on ne fait RIEN, le meilleur est sans aucun doute à venir ! mais je vous passe le billet pour bien que vous compreniez que le phénomène est mondial (enfin dans le camp du bien.....), comme je vous l'ai dit 'on rentre dans le dur...'

C'est pour cela que je le répète à loisir, évitez à tout prix le piège de la révolution violente ou la guerre civile, c'est le même piège que depuis 250 ANS !!!CDL123 - Problème - Réaction - Solution (TENIR XIX)

Diffusez de l'information dans le réel, soyez subtils, avec la PROPAGANDE qu'a fait notre gouvernement, ne vous grillez pas, mais pas trop...., à un moment il faut dire les choses.... (qui ne dit mot consent....)

Bonne chance à nous-mêmes.....

Amitiés,

f.

Terrorists

Par John W. Whitehead

"Une fois qu'un gouvernement s'est engagé dans le principe de faire taire la voix de l'opposition, il n'a qu'une seule voie à suivre, celle de mesures de plus en plus répressives, jusqu'à ce qu'il devienne une source de terreur pour tous ses citoyens et crée un pays où chacun vit dans la peur." - Président Harry S. Truman

Une police militarisée. Des escouades anti-émeutes. Matériel de camouflage. Uniformes noirs. Véhicules blindés. Arrestations massives. Spray au poivre. Gaz lacrymogène. Matraques. Fouilles à nu. Caméras de surveillance. Gilets en Kevlar. Drones. Armes mortelles. Des armes moins que létales déclenchées avec une force mortelle. Balles en caoutchouc. Canons à eau. Grenades paralysantes. Arrestation de journalistes. Tactiques de contrôle des foules. Tactiques d'intimidation. Brutalités. Confinement.

Ce n'est pas le langage de la liberté. Ce n'est même pas le langage de la loi et de l'ordre.

C'est le langage de la force.

C'est ainsi que le gouvernement, à tous les niveaux - fédéral, étatique et local - répond maintenant à ceux qui dénoncent la corruption, la mauvaise conduite et les abus du gouvernement.

Ces leçons sur la manière de gouverner par la force sont devenues la procédure opérationnelle standard d'un gouvernement qui communique avec ses citoyens principalement par le langage de la brutalité, de l'intimidation et de la peur.

Nous ne le savions pas alors, mais ce qui s'est passé il y a cinq ans à Charlottesville, en Virginie, était un avant-goût de ce qui allait arriver.

À l'époque, Charlottesville était au centre d'une lutte croissante pour savoir comment concilier le droit de penser et de parler librement, en particulier d'idées controversées, avec la volonté d'assainir l'environnement de tout ce qui - mots et images - pourrait offenser. Cette crainte a incité le conseil municipal de Charlottesville à se débarrasser d'une statue du général confédéré Robert E. Lee qui ornait l'un de ses parcs publics depuis 82 ans.

En essayant d'être politiquement correct en apaisant un groupe tout en muselant les critiques des actions de la ville, Charlottesville a attiré l'attention non désirée du Ku Klux Klan, des néo-nazis et de la droite alternative, qui sont tous descendus dans la petite ville universitaire avec l'intention d'exercer leur droit, garanti par le premier amendement, d'être désagréable, de se rassembler et de protester.

C'est là que tout a dérapé.

Mise à l'épreuve, Charlottesville n'a pas du tout bien géré les choses.

Le 12 août 2017, les responsables gouvernementaux ont pris ce qui aurait dû être un exercice légitime des principes constitutionnels (liberté d'expression, de réunion et de protestation) et l'ont transformé en une leçon d'autoritarisme en manipulant des factions en guerre et en organisant les événements de manière à fomenter des troubles, à verrouiller la ville et à justifier de nouvelles prises de pouvoir.

Le jour des manifestations prévues, la police a délibérément créé une situation dans laquelle deux camps opposés de manifestants s'affronteraient, les tensions déborderaient et les choses deviendraient juste assez violentes pour permettre au gouvernement de tout verrouiller.

Malgré le fait que 1000 premiers intervenants (dont 300 policiers d'État et membres de la Garde nationale) - dont beaucoup se préparaient depuis des mois à la manifestation du centre-ville - avaient été appelés à travailler sur l'événement et que des policiers en tenue anti-émeute entouraient l'Emancipation Park sur trois côtés, la police n'a pas fait son travail.

En fait, comme le rapporte le Washington Post, la police "a semblé regarder les groupes se battre à coups de bâtons et se frapper avec des boucliers... À un moment donné, la police a semblé battre en retraite puis regarder les coups avant d'intervenir pour mettre fin à la mêlée générale, procéder à des arrestations et soigner les blessés".

"La police est restée en retrait alors que le chaos s'amplifiait à Charlottesville", rapporte ProPublica.

Incroyablement, lorsque les premiers signes de violence ouverte ont éclaté, le chef de la police aurait demandé à son personnel de "les laisser se battre, cela facilitera la déclaration d'un rassemblement illégal".

De cette façon, la police qui était censée faire respecter la loi et prévenir la violence n'a fait ni l'un ni l'autre.

En effet, un post-mortem de 220 pages sur les manifestations et la réponse du gouvernement de Charlottesville, rédigé par l'ancien procureur des États-Unis Timothy J. Heaphy, a conclu que "la ville de Charlottesville n'a protégé ni la liberté d'expression ni la sécurité publique."

En d'autres termes, le gouvernement n'a pas respecté ses mandats constitutionnels.

La police n'a pas rempli ses fonctions d'agent de la paix.

Et les citoyens se sont retrouvés dans l'incapacité de faire confiance à la police ou au gouvernement pour faire son travail en respectant leurs droits et en assurant leur sécurité.

Ce n'est pas très différent de ce qui se passe sur la scène nationale actuelle.

En effet, un schéma se dessine si l'on y prête suffisamment attention.

Le mécontentement des citoyens conduit à des troubles civils, qui entraînent des protestations et des contre-protestations. La tension monte, la violence s'intensifie, la police se retire et les armées fédérales entrent en action. Pendant ce temps, malgré les protestations et l'indignation, les abus du gouvernement continuent sans relâche.

Tout cela fait partie d'un plan élaboré par les architectes de l'État policier. Le gouvernement veut une raison de réprimer, de verrouiller et d'amener ses plus gros canons.

Ils veulent nous diviser. Ils veulent que nous nous retournions les uns contre les autres.

Ils veulent que nous soyons impuissants face à leur artillerie et leurs forces armées.

Ils nous veulent silencieux, serviles et dociles.

Ils ne veulent certainement pas que nous nous souvenions que nous avons des droits, et encore moins que nous essayions d'exercer ces droits de manière pacifique et légale, qu'il s'agisse de protester contre les efforts politiquement corrects visant à blanchir le passé, de contester les mandats COVID-19, de remettre en question les résultats des élections ou d'écouter d'autres points de vue - même ceux qui relèvent de la conspiration - afin de nous forger notre propre opinion sur la véritable nature du gouvernement.

Et ils ne veulent absolument pas que nous nous engagions dans des activités relevant du premier amendement qui remettent en cause le pouvoir du gouvernement, révèlent la corruption du gouvernement, exposent les mensonges du gouvernement et encouragent les citoyens à se défendre contre les nombreuses injustices du gouvernement.

Pourquoi pensez-vous que le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, continue de moisir en prison pour avoir osé dénoncer les crimes de guerre du gouvernement américain, alors que les responsables gouvernementaux qui violent, pillent et tuent s'en sortent avec à peine plus qu'une tape sur la main ?

C'est ainsi que cela commence.

Nous avançons rapidement sur cette pente glissante vers une société autoritaire dans laquelle les seules opinions, idées et discours exprimés sont ceux autorisés par le gouvernement et ses cohortes de multinationales.

Dans le sillage des émeutes du 6 janvier au Capitole, le "terrorisme intérieur" est devenu la nouvelle tête d'affiche de l'expansion des pouvoirs du gouvernement au détriment des libertés civiles.

Bien sûr, le "terrorisme intérieur" n'est que la dernière expression en date, utilisée de manière interchangeable avec "anti-gouvernement", "extrémiste" et "terroriste", pour décrire toute personne qui pourrait se situer quelque part dans un très large éventail de points de vue pouvant être considérés comme "dangereux".

Ce pouvoir unilatéral de museler la liberté d'expression représente un danger bien plus grand que celui que pourrait représenter un soi-disant extrémiste de droite ou de gauche. Les ramifications sont si étendues qu'elles font de presque chaque Américain un extrémiste en paroles, en actes, en pensées ou par association.

Regardez et voyez : nous sommes tous sur le point de devenir des ennemis de l'État.

Comme je l'explique clairement dans mon livre Battlefield America : The War on the American People et dans son pendant fictionnel The Erik Blair Diaries, chaque fois que vous avez un gouvernement qui opère dans l'ombre, parle dans un langage de force et gouverne par décret, vous feriez mieux de vous méfier.

Alors, quelle est la réponse ?

Pour commencer, nous devons nous rappeler que nous avons tous des droits et que nous devons les exercer.

Mais surtout, nous devons protéger le droit du peuple à dire la vérité au pouvoir, quelle que soit cette vérité. Soit "nous, le peuple", croyons en la liberté d'expression, soit nous n'y croyons pas.

Il y a 50 ans, le juge de la Cour suprême William O. Douglas a demandé :

    "Depuis quand attend-on de nous, Américains, que nous nous soumettions à l'autorité et que nous parlions avec crainte et respect à ceux qui nous représentent ? La théorie constitutionnelle veut que nous, le peuple, soyons les souverains, et que les fonctionnaires des États et du gouvernement fédéral ne soient que nos agents. Nous, qui avons le dernier mot, nous pouvons parler doucement ou avec colère. Nous pouvons chercher à défier et à ennuyer, comme nous n'avons pas besoin de rester dociles et silencieux... [A]u niveau constitutionnel, la parole n'a pas besoin d'être un sédatif ; elle peut être perturbatrice... [Une] fonction de la liberté de parole dans notre système de gouvernement est d'inviter à la controverse. Elle peut en effet servir au mieux son objectif élevé lorsqu'elle induit une condition d'agitation, crée un mécontentement avec les conditions telles qu'elles sont, ou même incite les gens à la colère".

En d'autres termes, la Constitution n'exige pas des Américains qu'ils soient serviles ou même civils envers les représentants du gouvernement. La Constitution n'exige pas non plus l'obéissance (bien qu'elle insiste sur la non-violence).

D'une manière ou d'une autre, le gouvernement continue à négliger cet élément important de l'équation.

À PROPOS DE JOHN W. WHITEHEAD

John W. Whitehead, avocat spécialiste des questions constitutionnelles et auteur, est le fondateur et le président du Rutherford Institute. Ses livres Battlefield America : The War on the American People et A Government of Wolves : The Emerging American Police State sont disponibles sur www.amazon.com. Il peut être contacté à l'adresse johnw@rutherford.org. Nisha Whitehead est la directrice exécutive de l'Institut Rutherford. Des informations sur le Rutherford Institute sont disponibles à l'adresse www.rutherford.org.

Directives de publication / Autorisation de réimpression

Les commentaires hebdomadaires de John W. Whitehead peuvent être publiés gratuitement dans les journaux et sur le Web. Veuillez contacter staff@rutherford.org pour obtenir l'autorisation de réimpression.

Abonnez-vous à Activist Post pour obtenir des nouvelles sur la vérité, la paix et la liberté. Devenez un mécène de l'Activist Post pour aussi peu qu'un dollar par mois à Patreon. Suivez-nous sur SoMee, HIVE, Flote, Minds et Twitter.

Fournir, protéger et profiter de ce qui s'en vient ! Obtenez un numéro gratuit de Counter Markets dès aujourd'hui.

Livre électronique gratuit Comment survivre à l'apocalypse de l'automatisation du travail
Livre électronique gratuit Comment débuter avec le Bitcoin : Guide du débutant rapide et facile

 

Source : Activistpost.com

 

Informations complémentaires :