1 1 1 1 1 Rating 5.00 (5 Votes)

Pour aller dans le sens des déclarations de Robert F. Kennedy Jr, je me permets juste de pointer (à nouveau) les confessions de John Perkins en tant qu'assassin financier pour le compte des États-Unis, et le discours de John Fitzgerald Kennedy qui mettait en garde les Américains contre les médias et le complexe militaro-industriel.

Et ne croyez pas que ça n'ait aucun impact sur nous, la CIA a aussi financé l'Europe qui est une construction américaine, faites pour nous enchaîner à 27, et détruire notre pays et tout nos acquis sociaux d'après guerre au nom d'un néolibéralisme total et sans limite.... Qui n'a jamais fonctionné..... Et ne fonctionnera JAMAIS au point qu'ils doivent remettre le système capitaliste à Zéro tellement il est dégradé par leur propre bêtise et avarice depuis 40 ans....

Mais ça, ça n'intéresse personne, la seule chose qui fasse des émeutes à Paris, c'est la victoire du PSG, pas la vérité sur la dette ou  la création monétaire.... Ou même le Covid-19....

La CIA a fait assassiner son père et son oncle, et dans cette optique, il s'est élevé contre la communauté médicale en ce qui concerne les vaccins.  Kennedy avertit les Américains de ne pas faire confiance aux mêmes personnes, de la sécurité nationale, qui ont assassiné son père et son oncle et il a ajouté de ne pas faire confiance non plus au corps médical.

Neveu du président John F. Kennedy, fils de Robert F. Kennedy, et infatigable croisé contre la tyrannie de la communauté médicale, Robert F. Kennedy, Jr. se joint au Liberty Report d'aujourd'hui pour discuter de ses découvertes surprenantes sur qui a vraiment tué son père et son oncle... et pourquoi.

De plus, M. Kennedy, un avocat spécialiste de l'environnement, a été l'un des plus ardents et des plus efficaces opposants à la médecine traditionnelle, poussé par les grandes sociétés pharmaceutiques à vacciner et à soigner tout ce qui bouge.

Il raconte au Liberty Report comment il a décidé, à contrecœur, de consacrer sa carrière à la lutte contre les vaccins obligatoires qui ont entraîné tant de blessures documentées chez les bénéficiaires.

Biran Shilhavy a l'histoire.
 
M. Kennedy commence par mentionner un livre qu'il a écrit, American Values, qui, selon lui, documente la lutte de sa famille contre la CIA depuis près de 75 ans.

Il dit que le combat avec la CIA a commencé au milieu des années 1950 lorsque le président Truman a demandé à son grand-père, Joseph Kennedy, de faire partie d'une commission appelée "The Hoover Commission".

Leur tâche était de se pencher sur la CIA, car celle-ci n'avait pas à l'origine été autorisée à s'engager dans des activités paramilitaires, à truquer des élections, à assassiner des dirigeants mondiaux et à interférer avec les démocraties d'autres pays.
 
M. Kennedy a mentionné que la CIA a été créée avec une grande réticence tant par les démocrates que par les républicains, parce que le précurseur de la CIA, le "Bureau des services stratégiques", une agence de renseignement militaire secrète, a été liquidé après la Seconde Guerre mondiale, parce que l'on croyait à l'époque que les organisations de police secrète étaient incompatibles avec une démocratie régie par une Constitution.

À cette époque, lorsque les Américains pensaient à la police secrète, ils pensaient à la "Stasi" (police secrète allemande), ou ils pensaient au "KGB" (police secrète russe), ou ils pensaient à la "Gestapo" (police secrète de l'Allemagne nazie).

Il y a donc eu des débats au Congrès lors du lancement de la CIA, et tant les républicains que les démocrates ne pensaient pas que c'était quelque chose que l'Amérique devait faire.

Lorsque la CIA a été lancée, elle était censée être exclusivement un programme "d'espionnage" pour la collecte de renseignements. Elle n'était pas censée interférer.

Mais Alan Dulles, le premier directeur de la CIA, avait apparemment d'autres plans, et bientôt, ils allaient renverser des démocraties au Guatemala, en Iran et dans le monde entier. Ainsi, lorsque Joseph Kennedy faisait partie de la Commission Hoover, il a recommandé le démantèlement de la CIA.

M. Kennedy continue :

"Alan Dulles a manipulé la loi, et a fait beaucoup de transactions en coulisses pour obtenir ces énormes budgets secrets et a commencé à s'engager réellement dans tous les méfaits. Et mon grand-père faisait partie d'une commission qui s'est penchée sur la question et a vu ce qu'ils avaient fait.

Et quand ils ont renversé les démocraties au Guatemala et en Iran et dans le monde entier, il a dit "nous devrions la démanteler". Nous devrions supprimer la division des plans", qui était la division des "sales tours".

Alan Dulles ne lui a jamais pardonné, ni à ma famille, pour cela. Et quand mon oncle est arrivé, et a fait la Baie des Cochons, il a ensuite viré Dulles.

Quand le président Johnson est entré dans la salle est de la Maison Blanche, j'étais à côté de mon père quand il a dit à mon père que Lee Harvey Oswald venait d'être tué par Jack Ruby, il l'a dit à mon père et à Jackie, et j'ai dit à mon père : "Est-ce que Jack Ruby aimait notre famille ?"

Et personne n'a répondu à cette question....

Le père de M. Kennedy a découvert par la suite que Jack Ruby était lié à la mafia et à la CIA. Il croyait que la CIA avait tué son frère, le Président John F. Kennedy.

Bien que cela soit important. Ce n'est pas tout. Shilhavy fait remarquer que la conversation se tourne vers la tyrannie médicale.

Vous regardez deux hommes, le Dr Ron Paul, qui était lui-même un membre républicain du Congrès qui a fait carrière, et M. Kennedy, issu d'une célèbre famille démocrate de renom, qui sont tous deux d'accord sur les problèmes de tyrannie médicale auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui, car ils comprennent tous deux que la menace qui pèse aujourd'hui sur l'Amérique, en raison de la peur du COVID, est une question non partisane.

M. Kennedy cite en fait les mots prononcés par Franklin Delano Roosevelt lors de son investiture en tant que président en 1933, au milieu de la Grande Dépression : "Nous n'avons rien à craindre, sauf la peur elle-même", parce que la "peur" est l'outil des tyrans. Les tyrans gouvernent par la peur, et en prétendant être les seuls à sauver les gens de la menace perçue qui provoque la peur.

C'est ce qui se produit aujourd'hui, de manière inédite, avec la peur du COVID.

Bien qu'aucun des deux hommes ne s'exprime avec autant d'éloquence que ceux qui utilisent ces téléprompteurs.  Ce que vous trouverez, ce sont des hommes qui, bien que venant de points de vue politiquement idéologiques différents, sont d'accord sur la tyrannie médicale.  Il faut l'éradiquer.

La défense de la santé des enfants de M. Kennedy peut être consultée sur le site http://www.childrenshealthdefense.org.  Le rapport de Ron Paul sur la liberté peut être consulté à l'adresse http://www.ronpaullibertyreport.com/.

 

Source : Dcdirtylaundry.com

 

Informations complémentaires :

Alan Dulles 

 

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Robert F. Kennedy Jr : La CIA a tué mon père et mon oncle - Ne faites pas confiance au corps médical ou à la sécurité nationale ! (Dcdirtylaundry.com)