Sam Altman : Intelligence artificielle, le groupe Bilderberg et le Worldcoin (TLAV)

5 of 5 (1 Vote)

Bonjour, encore un excellent Article de The Last American Vagabond, regardez comment ces vieux schnocks (TOUJOURS les mêmes du reste, qui nous pollue la vie depuis 50 ANS !) essayent de nous vendre leur dictature par l'I.A. et les monnaies digitales et le crédit social qui vas avec, franchement on est cerné de tout les côtés, mais à partir du moment ou les dirigeants sont malveillants, qu'est-ce que vous voulez que ça donne d'autres comme résultat....??? Alors, regardez les pièces du Puzzle prendre place, et informez les gens des DANGER de ces monnaies digitales.... C'est littéralement un pacte faustien.....

Et soyez un de ces grains de sable dans les rouages de la machine....

Voilà,

Amitiés,

L'Amourfou,

Worldcoin iris

Sam Altman, PDG d'OpenAI, a récemment témoigné devant une sous-commission judiciaire du Sénat américain au sujet de l'essor récent de l'intelligence artificielle (I.A.) et de son potentiel de perturbation pour de nombreuses industries.

Outre la popularité croissante du ChatGPT d'OpenAI, l'art généré par l'I.A. et même les prix remportés par des photographies générées par l'I.A. montrent clairement que l'ère de la perturbation par l'I.A. a commencé. Celui que l'on appelle le parrain de l'I.A. a récemment quitté Google parce qu'il voulait parler ouvertement des dangers posés par les contrefaçons profondes générées par l'I.A.

Dans ses déclarations préparées, M. Altman a déclaré aux sénateurs que "la réglementation de l'I.A. est essentielle". M. Altman a également demandé ce qu'il a appelé "des exigences de sécurité appropriées, y compris des tests internes et externes avant la mise en circulation". Il s'est également déclaré favorable à l'octroi de licences et à l'enregistrement de certains systèmes d'I.A.

M. Altman n'a pas appelé à une réglementation gouvernementale complète, mais a déclaré que les systèmes de gouvernance devaient être "suffisamment souples pour s'adapter aux nouveaux développements technologiques" tout en assurant un équilibre entre "l'incitation à la sécurité et la garantie que les gens puissent accéder aux avantages de la technologie".

Fortune écrit que

"le plaidoyer d'Altman en faveur de certaines règles n'est pas surprenant. Les entreprises technologiques savent qu'une réglementation est probable et elles font de leur mieux pour la façonner à leur avantage".

L'argument est que M. Altman et d'autres PDG d'entreprises d'I.A. pourraient décider que l'octroi de licences leur permet de protéger le code de leurs modèles exclusifs. Par ailleurs, les grandes entreprises d'I.A. pourraient craindre la montée en puissance des modèles d'I.A. open source et donc réclamer des régimes de licence qui imposent des charges supplémentaires aux créateurs de logiciels à source ouverte.

Fortune poursuit :

"L'une des plus grandes menaces concurrentielles auxquelles ces entreprises sont confrontées est le logiciel d'I.A. libre. Dans ce domaine qui évolue rapidement, personne n'avance plus vite que la communauté des logiciels libres. Elle s'est montrée remarquablement innovante et agile pour égaler les performances et les capacités des modèles propriétaires, mais en utilisant des modèles d'I.A. beaucoup plus petits, plus faciles et moins coûteux à former, et qui peuvent être téléchargés gratuitement".

Quelle qu'en soit la raison, M. Altman s'est joint au nombre croissant de défenseurs de l'I.A. qui réclament une réglementation ou une licence pour l'I.A. Les préoccupations du PDG ont également amené des politiciens et des responsables politiques à mettre en garde contre les dangers de l'absence de réglementation de la technologie. CNBC a rapporté que lors de l'audition du Sénat sur l'I.A., le sénateur Josh Hawley a comparé la technologie émergente à la création de l'imprimerie et de la bombe nucléaire. M. Hawley a déclaré que cela pourrait conduire l'humanité à deux avenirs possibles : un avenir où l'I.A. donne du pouvoir à l'humanité, ou un avenir avec une "énorme percée technologique" mais des conséquences "graves, terribles".

Le groupe Bilderberg au Portugal

Quelques jours seulement après avoir témoigné devant le Sénat américain, Sam Altman a participé à la réunion secrète du groupe Bilderberg à Lisbonne, au Portugal. Dans les semaines et les jours qui ont précédé la réunion, il n'y a pas eu un seul reportage de la part de la grande presse, et seule une poignée de journalistes indépendants ont rendu compte de la réunion, dont Dan Dicks de Press for Truth.

M. Altman a été rejoint par d'autres partisans et PDG de l'I.A., dont Satya Nadella de Microsoft, Demis Hassabis de Deepmind et Eric Schmidt, ancien PDG de Google et actuel président du groupe Bilderberg.

Comme l'a rapporté The Last American Vagabond en février 2021, l'administration Biden a nommé Schmidt à la tête de la National Security Commission on Artificial Intelligence (NSCAI), ou A.I. Commission. Selon un rapport de Politico datant de décembre 2022, M. Schmidt finançait les salaires de plus de deux douzaines d'employés de l'administration Biden. Depuis au moins mars 2022, Politico a décrit comment les empreintes digitales de Schmidt étaient partout dans l'administration Biden. Le rôle de M. Schmidt en tant qu'ancien PDG de Google, membre du groupe Bilderberg, son rôle dans l'administration Biden et sa relation avec l'ancien secrétaire d'État américain Henry Kissinger sont des raisons plus que suffisantes pour s'inquiéter de la direction que prend la conversation sur l'intelligence artificielle.

En fait, Kissinger, conseiller de longue date des présidents américains, était également présent au groupe Bilderberg. Kissinger a assisté à la réunion de Bilderberg par intermittence depuis sa création en 1957. Kissinger a déclaré que son intérêt pour l'I.A. est venu après que Schmidt l'ait persuadé d'assister à une conférence sur le sujet lors de la conférence de Bilderberg en 2016. Les deux hommes ont également coécrit un livre en 2021 intitulé The Age of AI : And Our Human Future (L'âge de l'IA : et notre avenir humain).

Sam Altman et ses collègues PDG de l'IA ont également été rejoints par le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, le ministre ukrainien des affaires étrangères, Dmytro Kuleba, le PDG de Pfizer, Albert Bourla, et le chef de BP, Bernard Looney,

Børge Brende, président du Forum économique mondial, et Peter Thiel, cofondateur de PayPal et Palantir. Thiel a été attaqué ces derniers jours en raison de sa relation avec Jeffrey Epstein.

En raison du manque de transparence qui entoure le groupe Bilderberg, les détails concernant la participation d'Altman à la réunion n'ont pas été rendus publics. Cependant, si l'on se réfère à l'histoire du groupe Bilderberg, qui a influencé d'importants événements mondiaux et a même probablement approuvé de futurs dirigeants politiques, on peut supposer que la participation d'Altman est de bon augure pour sa carrière et pour l'essor continu de l'OpenAI.

Si la participation de Sam Altman au Bilderberg au Portugal peut avoir un lien avec son rôle au sein d'OpenAI, il est également très probable que son dernier projet technologique soit une raison encore plus pertinente de son apparition.

Worldcoin

Sam Altman et son collègue technocrate Elon Musk ont l'habitude de collaborer au sein de l'OpenAI et de mettre en garde contre les dangers potentiels liés à l'augmentation rapide de l'utilisation de la technologie. Cependant, malgré les avertissements, les deux hommes continuent de financer des projets qui ont le potentiel de contribuer à la montée de l'État technocratique, avec l'IA alimentant les identités numériques biométriques, les monnaies numériques et l'Internet des objets/corps.

Par exemple, un jour avant que M. Altman ne témoigne devant le Congrès, le Financial Times a rapporté qu'il était "sur le point d'obtenir un financement d'environ 100 millions de dollars pour son projet d'utilisation de la technologie de balayage de l'iris pour créer une crypto-monnaie mondiale sécurisée appelée Worldcoin". Selon le Times, trois personnes au fait de l'affaire ont affirmé que l'équipe à l'origine du Worldcoin était en "pourparlers avancés" pour lever les fonds dans les "prochaines semaines".

La source a déclaré au Times que le financement provient d'investisseurs existants et de nouveaux investisseurs. Parmi les investisseurs précédemment cités, on trouve le fondateur de FTX, Sam Bankman-Fried, et l'entrepreneur Internet Reid Hoffman.

M. Altman a présenté le projet comme un moyen de se préparer aux bouleversements que l'intelligence artificielle devrait provoquer dans un certain nombre d'industries. Les dirigeants de Worldcoin ont déclaré que leur travail était axé sur la distinction entre les humains et les robots en fournissant un identifiant unique et en assurant un revenu de base universel pour compenser les pertes d'emploi causées par l'IA.

M. Altman et son équipe ont qualifié le Worldcoin de crypto-monnaie mondiale "inclusive" qui sera accessible à toute personne vérifiant son "identité unique" à l'aide de l'"Orb", un dispositif qui scanne le motif unique de l'iris d'un individu.

"L'Orb vérifie qu'une personne est réelle et unique ou qu'elle ne s'est pas déjà inscrite à Worldcoin. Pour ce faire, il capture et traite les images d'un individu et de son iris unique", explique Worldcoin sur son site web.

Une fois qu'un utilisateur se soumet à un balayage biométrique de l'iris, il se voit attribuer un "World ID" qui lui permet de recevoir 25 jetons Worldcoin gratuits lors du lancement du jeton. La société affirme qu'une fois l'identité unique créée, les scans de l'iris sont supprimés.

Bien que le projet soit présenté comme une méthode permettant d'atténuer le choc de l'IA, il est clair qu'il imite également les appels à l'identité numérique utilisant la biométrie proposés par les Nations unies, le Forum économique mondial et un nombre croissant de gouvernements internationaux. Peut-être Altman et ses acolytes croient-ils que la technologie sera utilisée à bon escient entre leurs mains, mais les liens avec le groupe Bilderberg, la Silicon Valley et Elon Musk sont - à tout le moins - une source d'inquiétude et de réflexion.

D'une manière ou d'une autre, il semble qu'un monde construit autour des identités et des monnaies numériques se rapproche rapidement. S'agira-t-il d'identités contrôlées par les gouvernements et les entreprises ? Ou bien les versions open source, décentralisées et distribuées de technologies telles que l'intelligence artificielle prendront-elles le dessus ?

 

Source : Thelastamericanvagabond.com

Informations complémentaires :

 
 

 

 

 

 


Inscription à la Crashletter quotidienne

Inscrivez vous à la Crashletter pour recevoir à 17h00 tout les nouveaux articles du site.

Archives / Recherche

Sites ami(e)s