1 1 1 1 1 Rating 5.00 (5 Votes)

Cassini renifle l’habitabilité dans les jets jaillissant de la surface lunaire.

Enceladus
Enceladus

Astroboffins reconnaissent qu’ils ont découvert la valeur du pH - l'acidité ou l'alcalinité - de l'eau des panaches d’eau jaillissant de la lune Enceladus de Saturn. Les résultats ont considéré un autre pas en avant dans la chasse à la vie extraterrestre, car les possibles océans chauds sous la calotte glaciaire d'Enceladus sont vraisemblablement l'un des habitats les plus prometteurs en dehors de la Terre dans notre système solaire.

C'est le pH d'un tel océan que les chercheurs croient avoir découvert, après l'analyse de geyser d'eau que le vaisseau spatial Cassini a observé lorsqu’il était mis à l’air libre de la région polaire du sud de la lune.

La dreamteam d'Astroboffins a développé un nouveau modèle chimique basé sur des données de spectrométrie de masse des grains et des gaz de glace jaillissant d'Enceladus recueillies par Cassini.

Cassini

Le pH, qui est un paramètre fondamental pour comprendre les processus géochimiques se produisant à l'intérieur de la lune, permettra à des scientifiques de déterminer le potentiel d'Enceladus pour acquérir et accueillir la vie. Leur travail a été édité dans le journal Geochimica et l'Acta de Cosmochimica.

L'océan d'Enceladus, qui est comparable par la taille au R-U, est maintenant considéré salé avec un pH alcalin d’environ 11 ou de 12. Il contient le même sel de chlorure de sodium (NaCl) comme dans nos océans ici sur Terre, mais le carbonate de sodium supplémentaire (Na2CO3) rend l'océan plus semblable aux lacs de soude de notre planète, tel que le lac Mono en Californie ou le lac Magadi au Kenya. Alors que les poissons ne survivent pas dans ces lacs, d'autres formes de vie y abondent et ont établi des systèmes écologiques uniques, or le pH des eaux d'Enceladus est dans la limite considérée pour ce qui semble acceptable à la vie.

Le modèle avancé par les chercheurs suggère que le pH élevé de l'océan est provoqué par « un processus géochimique métamorphique sous-marin appelé la serpentinisation ».

On nous dit cela :

Sur Terre, la serpentinisation se produit quand certains genres de soi-disant roches « ultrabasiques » ou « ultramafiques » (basses en silice et hautes en magnésium et fer) sont apportés jusqu'au fond océanique du manteau supérieur et agissent l’un sur l’autre chimiquement avec les molécules d'eau environnantes. Par ce processus, les roches ultrabasiques sont converties en nouveaux minerais, y compris la serpentine minérale, après quoi le processus est appelé, et le fluide devient alcalin. Sur Enceladus, la serpentinisation se produirait quand l'eau de l'océan circule par un noyau rocheux au fond de son océan.

« Pourquoi la serpentinisation est-elle d'un si grand intérêt ?, puisque la réaction entre les roches métalliques et l'eau de l'océan produit également de l'hydrogène moléculaire, qui fournit une source d'énergie chimique qui est essentielle pour soutenir une biosphère profonde faute de la lumière du Soleil à l'intérieur des lunes et des planètes », selon le chercheur supérieur Christopher Glein. « Ce processus est central à la science naissante de l'astrobiologie, parce que l'hydrogène moléculaire peut conduire à la formation des composés organiques comme les acides aminés qui peuvent mener à l'origine de la vie, et servir de nourriture à la vie microbienne tels que les organismes producteurs de méthane. En soi, la serpentinisation fournit un lien entre les processus géologiques et les processus biologiques. La découverte de la serpentinisation à Enceladus en fait un candidat bien plus prometteur pour une genèse distincte de la vie. »

 (H2) en dehors de la recherche directe de vie étrangère, et même de la recherche de conditions pouvant accueillir la vie sur d'autres corps planétaires, le travail de l'équipe démontre qu'il est possible de déterminer le pH d'un océan extraterrestre en se basant sur les données chimiques d'un vol de vaisseau spatial à travers un jet de gaz. Ceci peut être une approche utile pour rechercher des conditions habitables en d'autres mondes glacials, tel que Europa, la lune de Jupiter. (Ndlr. Rappelez vous l'avertissement d'arthur C. Clarke dans 2001)

« Nos résultats prouvent que ce genre de synergie entre les observations et la modélisation peut nous indiquer beaucoup au sujet des processus géochimiques se produisant sur un objet céleste lointain, de ce fait, cela ouvre la porte à une nouvelle ère passionnante de l'océanographie chimique dans le système solaire et au-delà », a ajouté Glein. ®

 

Source : Theregister.co.uk

 

Traduction : ~ folamour ~

Corrections : Chalouette

Si vous appréciez nos tentatives de traduction et plus globalement notre petit blog, n’hésitez pas à les partager via les onglet approprié en haut d’article.

Et à voter pour lui sur http://info.pinterac.net/

Pour lui donner un peu plus de visibilité, (vote comptabilisé toutes les 24h donc à renouveler svp).

Merci d’avance, ; )

f.

 

 

Informations complémentaires :
 
Crashdebug.fr : Europa Report
Crashdebug.fr : Elysium

 

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Sciences Arrow CHASSE À l’EXTRATERRESTRE : De l'eau semblable à celle présente dans les lacs qui ont donné la vie sur Terre a été TROUVÉE SUR UNE LUNE de Saturne