5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (5 Votes)

Voilà qui portera un coup à l'« étude » de l’Institut fédéral d’évaluation des risques allemand (Bundesinstitut für Risikobewertung, ou BfR) qui avait été mandaté par l'Union européenne pour étudier la toxicité du produit, et qui a recopié comme conclusion, presque mot pour mot, le dossier d'homologation de Monsanto... (et de la Glyphosate Task Force !). Si, si, je vous jure, ça existe...

N’oubliez pas, il y a des solutions, ça demande juste plus de travail. Hors à l’heure où le chômage frappe l’Europe, l'agriculture écologique pourrait fournir 600.000 emplois locaux

Heureusement, à force de sensibilisation, les mentalités changent, … Et on peut vous en féliciter, car ce sont les consommateurs qui doivent forcer les producteurs à avoir une conduite plus responsable, en refusant de consommer des produits possiblement cancérigènes, et qui rendent les gens (notamment les enfants) totalement débiles...

Glyphosate 40 Pc Cancer 15 02 2019

Une nouvelle analyse scientifique de grande portée a révélé que le glyphosate, un produit chimique désherbant, est beaucoup plus dangereux que ne l'admettent les représentants du gouvernement américain, montrant un risque accru de développer un cancer de 41% chez les personnes qui y sont fréquemment exposées.

Cinq scientifiques de l'Université de Washington ont mené l'étude - analysant toutes les données publiées sur le glyphosate et son lien avec le lymphome non hodgkinien de 2001 à 2018 - et sont maintenant « encore plus convaincus » que ce produit chimique est à l'origine de nombreux diagnostics de cancer, selon Lianne Sheppard, l'une des auteurs de l'étude.

En se concentrant sur les personnes de chaque étude qui avaient été fortement exposées à l'herbicide, les chercheurs ont conclu que « le lien entre le glyphosate et le lymphome non hodgkinien est plus fort que ce qui avait été rapporté précédemment », a déclaré l'Université dans un communiqué de presse.

« Du point de vue de la santé de la population, il y a de vraies préoccupations », a dit Sheppard au Guardian.

Ces préoccupations sont aggravées par le fait que Monsanto - le fabricant du désherbant largement utilisé Roundup, qui contient du glyphosate - et l'EPA continuent de nier que le produit chimique cause le cancer, même si les poursuites judiciaires contre l'entreprise qui cite le lien scientifique continuent à s'empiler.

Monsanto fait actuellement appel d'une décision de justice du mois d'août dernier, dans laquelle l'entreprise a été déclarée responsable d'avoir fait développer un cancer par un jardinier qui utilisait fréquemment du Roundup. L'entreprise fait également face à plus de 9000 autres poursuites judiciaires.

L'EPA a soutenu que les études reliant le glyphosate au lymphome non hodgkinien sont imparfaites, mais, comme l'a signalé The Guardian, cet argument pourrait s'écrouler avec la publication de la dernière analyse :

Trois des auteurs de l'étude ont été choisis par l'EPA comme membres du conseil d'administration d'un groupe consultatif scientifique sur le glyphosate en 2016. Le nouvel article a été publié par la revue Mutation Research /Reviews in Mutation Research, dont le rédacteur en chef est David DeMarini, scientifique de l'EPA.

Les résultats sont conformes à l'analyse des chercheurs internationaux sur le lien, a déclaré Rachel Shaffer, coauteure de l'étude, dans un communiqué.

Cette recherche fournit l'analyse la plus récente du glyphosate et de son lien avec le lymphome non hodgkinien, incorporant une étude réalisée en 2018 auprès de plus de 54.000 personnes qui travaillent comme applicateurs de pesticides homologués, a déclaré M. Shaffer. Ces résultats sont conformes à une évaluation préalable du Centre international de recherche sur le cancer, qui a classé le glyphosate comme « cancérogène probable pour l'homme » en 2015.

Pas étonnant que Monsanto, aujourd'hui caché derrière le logo Bayer, en tant que leader mondial des semences OGM brevetées et du probable herbicide cancérigène Roundup avec glyphosate, tente de breveter discrètement des variétés de fruits génétiquement modifiés ou OGM en utilisant des modifications génétiques controversées. La « beauté » de cette situation pour Monsanto/Bayer est qu'aux Etats-Unis, selon une décision récente du ministère américain de l'agriculture, l'agriculture génétiquement modifiée n'a pas besoin de tests indépendants spéciaux. Cette évolution n'est pas bonne pour la santé ou la sécurité humaines et ne contribuera en rien à améliorer la nutrition dans le monde.

Mardi 13 novembre 2018 – «  En toute sécurité » : Bayer, propriétaire de Monsanto, est victime d'une nouvelle vague d'actions en justice pour l'herbicide Roundup

Le géant allemand de la chimie et de la pharmacie Bayer a révélé que 9300 plaignants étaient en instance à la fin octobre. Les poursuites judiciaires allèguent que le produit de désherbage récemment acquis par l'entreprise cause le cancer. Les plaignants affirment que les désherbants Roundup, que Bayer a acquis lors de sa prise de contrôle de l'entreprise agrochimique américaine Monsanto, les ont rendus malades et que l'entreprise connaissait ou aurait dû connaître les risques mais ne les a pas suffisamment prévenus.
Vendredi 2 novembre 2018 - Les tests révèlent que le désherbant de Monsanto est plus efficace dans les céréales pour enfants que les vitamines communes.

Une quantité choquante de l'herbicide populaire glyphosate, commercialisé par Monsanto/Bayer sous le nom de RoundUp, a été trouvée dans des céréales pour petit déjeuner destinées aux enfants. Ce qui est encore plus épouvantable, c'est la révélation que certaines des céréales contiennent plus de glyphosate que les vitamines courantes.

Source : Blacklistednews.com

Informations complémentaires :

Vous êtes ici : Accueil Arrow Sciences Arrow Une analyse américaine montre que l'exposition au glyphosate de Monsanto augmente le risque de cancer de plus de 40%