5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

Update 07.05.2019 : Biodiversité : Macron annonce une série d'actions pour une « Terre habitable » (Le Figaro.fr)

Update 07.05.2019 : Les mesures de Macron pour la biodiversité, du "recyclage" pour les ONG (SCIENCE & Avenir)

Biodiversite 07 05 2019

Notre planète est en train de mourir.  Selon un rapport de 1500 pages de l'ONU qui vient tout juste d'être publié, nous sommes sur le point de voir des espèces végétales et animales disparaître à une échelle inimaginable. Ce rapport a été dirigé par la Plate-forme intergouvernementale science-politique sur la biodiversité et les services écosystémiques, et il était basé sur des milliers d'études scientifiques différentes. Chaque espèce perdue rapproche l'humanité de l'extinction, car s'il n'y avait pas d'autres plantes ou animaux sur cette planète, l'humanité ne serait pas capable de survivre. Nous sommes totalement dépendants de notre environnement naturel, et cet environnement naturel est détruit à un rythme absolument stupéfiant. En fait, ce nouveau rapport de l'ONU dit que jusqu'à un million d'espèces "sont menacées d'extinction"...

    Jusqu'à un million des quelque 8 millions d'espèces végétales et animales de la planète sont menacées d'extinction - dont beaucoup d'ici quelques décennies - selon les scientifiques et les chercheurs qui ont publié un rapport des Nations Unies sur la façon dont la croissance florissante de l'humanité met en péril la biodiversité mondiale.

Une fois qu'une espèce a disparu, elle ne reviendra jamais, et les dommages qui ont déjà été causés sont difficiles à comprendre.

Il suffit de considérer les faits suivants du rapport...

    - 75% de l'environnement terrestre et environ 66% de l'environnement marin "ont été considérablement altérés par les activités humaines".

    - "Plus d'un tiers de la surface terrestre mondiale et près de 75% des ressources en eau douce" sont utilisées pour les cultures ou l'élevage.

    - "Jusqu'à 577 milliards de dollars de récoltes annuelles dans le monde sont menacés par la perte de pollinisateurs."

    - Entre 100 et 300 millions de personnes sont aujourd'hui confrontées à "un risque accru d'inondations et d'ouragans en raison de la perte des habitats côtiers et de leur protection".

    - Depuis 1992, les zones urbaines du monde ont plus que doublé.

    - "La pollution plastique a décuplé depuis 1980, et de "300 à 400 millions de tonnes de métaux lourds, solvants, boues toxiques" et autres déchets industriels sont déversés dans les systèmes d'eau du monde.

Si ces tendances continuent de s'accélérer, la planète entière finira par se transformer en un immense désert post-apocalyptique.

Si nous voulons survivre, nous devons changer nos habitudes. Ce qui se passe dans nos forêts et nos zones humides est particulièrement inquiétant. Ce qui suit provient de la BBC....

    Entre 1980 et 2000, 100 millions d'hectares de forêt tropicale ont été perdus, principalement à cause de l'élevage du bétail en Amérique du Sud et des plantations d'huile de palme en Asie du Sud-Est.

    Les zones humides sont pires que les forêts, avec seulement 13% de celles qui existaient en 1700 et qui existaient encore en l'an 2000.

Au nom d'une "croissance économique" sans fin, nous transformons littéralement le visage de la planète, mais ce faisant, nous menaçons gravement notre survie à long terme.

Un scientifique britannique qui a participé à cette nouvelle étude de l'ONU l'a exprimé ainsi...

    Robert Watson, éminent scientifique britannique et président de l'IPBES, a déclaré : "La santé des écosystèmes dont nous et toutes les autres espèces dépendons se détériore plus rapidement que jamais.

    "Nous érodons les fondements mêmes de nos économies, de nos moyens de subsistance, de notre sécurité alimentaire, de notre santé et de notre qualité de vie dans le monde entier."

Si nous continuons sur la voie dans laquelle nous sommes engagés, l'humanité se dirige vers un avenir rempli de famine, de mort, de destruction et d'immenses souffrances.

Et ce n'est certainement pas la seule étude qui est parvenue à ce genre de conclusion. Ce qui suit est un extrait d'un de mes articles précédents intitulé "L'Apocalypse des insectes : La chaîne alimentaire mondiale connaît une extinction majeure et les scientifiques ne savent pas pourquoi"...

    Les scientifiques nous disent que nous sommes entrés dans "la sixième extinction majeure" de l'histoire de notre planète. Une toute nouvelle étude de 73 rapports scientifiques qui vient d'être publiée a conclu que le nombre total d'insectes sur la planète diminue de 2,5 pour cent par an. Si nous maintenons le rythme actuel, l'enquête nous prévient qu'il n'y aura peut-être pas "d'insectes du tout" d'ici l'an 2119. Et comme les insectes sont absolument essentiels à la chaîne alimentaire mondiale, cela a des conséquences extrêmement inquiétantes pour nous tous.

Si nous n'avons pas d'insectes, nous n'aurons personne pour polliniser notre nourriture.

Et si personne ne pollinisent notre nourriture, une famine de masse est inévitable.

Nous voyons un scénario semblable se développer lorsque nous regardons ce qui se passe dans nos océans. Selon une équipe de chercheurs canadiens, les niveaux mondiaux de phytoplancton ont chuté d'environ 40% depuis 1950...

    Ces minuscules organismes, connus sous le nom de phytoplancton, absorbent également le dioxyde de carbone pour produire la moitié de la production mondiale d'oxygène, ce qui équivaut à celle des arbres et des plantes sur terre.

    Mais leur nombre a diminué depuis le début du XXe siècle, avec des conséquences inconnues pour les écosystèmes océaniques et le cycle du carbone de la planète.

    Des chercheurs de l'Université Dalhousie, au Canada, affirment que la population mondiale de phytoplancton a diminué d'environ 40% depuis 1950.

Le phytoplancton est le fondement de la chaîne alimentaire marine et, sans lui, nos océans deviendraient rapidement des "zones mortes" géantes.

Commencez-vous à comprendre la gravité de ce à quoi nous sommes confrontés ?

Aucun d'entre nous n'aura d'avenir si nous continuons à détruire l'environnement de cette façon.

Malheureusement, ce nouveau rapport de l'ONU n'est pas optimiste quant à la capacité de l'humanité à changer...

    Pourtant, même dans le scénario le plus optimiste du nouveau rapport, jusqu'en 2050, les nations du monde ne feraient que ralentir le déclin de la biodiversité et non l'arrêter.

    "À ce stade, dit Jake Rice, un scientifique des pêches qui a dirigé un rapport antérieur sur la biodiversité dans les Amériques, nos options se limitent à la limitation des dommages.

Même si vous voulez ignorer toutes les autres menaces massives auxquelles l'humanité est confrontée, cela à lui seul garantit pratiquement que l'humanité se dirige vers un avenir apocalyptique.

Peut-être que les nations du monde prouveront à tous qu'elles ont tort et mettront de côté leurs différences et feront ce qui est bon pour l'humanité tout entière.

Mais je n'y compterais pas.

Notre environnement s'effondre littéralement sous nos yeux, et personne ne semble avoir aucun moyen de l'empêcher. C'est un cauchemar sans fin qui va s'aggraver d'année en année, et l'avenir immédiat de cette planète semble extrêmement sombre.

A propos de l'auteur : Michael Snyder est un écrivain national, une personnalité des médias et un activiste politique. Il est l'auteur de quatre livres dont Get Prepared Now, The Beginning Of The End et Living A Life That Really Matters. Ses articles sont initialement publiés sur The Economic Collapse Blog, End Of The American Dream et The Most Important News. De là, ses articles sont republiés sur des douzaines d'autres sites Web importants. Si vous souhaitez republier ses articles, n'hésitez pas à le faire. Plus il y a de gens qui voient cette information, mieux c'est, et nous devons réveiller plus de gens pendant qu'il est encore temps.

 

Source : Endoftheamericandream.com

 

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : Sous le feu des ondes
Crashdebug.fr :

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Sciences Arrow Apocalypse environnementale : Jusqu'à un million d'espèces sont menacées d'extinction selon un nouveau rapport choquant de l'ONU