1 1 1 1 1 Rating 4.50 (8 Votes)

Un excellent article de l’incontournable Sciences et Avenir ! Alors que j’avais écumé les page de l’IRSN sans succès, à la recherche de la page nationale des suscités capteurs, Sciences et Avenir, à l’écoute des préoccupations des Français nous la livre en direct. Je vous suggère de limiter la sélection aux capteurs d'air et de choisir un capteur physique. Il est à noter que les niveaux au 15 mars 2011 étaient déjà (à mon goût) élevés, puisque de 111 nanoSievert par heure, et que le niveau normal de radiation dans la nature, communément admis par les gouvernements est entre 30 et 40 nanoSievert par heure, alors que à Saitamana au Japon il est actuellement de 1.318 nanoSievert. De plus, force est de constater qu'à partir du 16 mars 2011, il n’y a plus de mesures ! Moi je dis ça, je dis rien… Ça va certainement s’arranger, encore une fois, il suffit d’être vigilant…

Update 28.03.2011, j'ai trouvé une page plus SIMPLE :  ICI

Update 24.04.2011, ne manquez pas :  notre page nationale des relevés des radiations indépendante !

Il est a noter que, d'après la généreuse contribution de notre lecteur M. Bertrand, la radioactivité naturelle dans certains lieux pourrait aller jusqu'à des doses annuelles de 2 millis (bonne chance), ce à quoi nous pouvons ajouter des doses 'artificielles' tolérées de 1 milli ! Soit pour les plus chanceux jusqu'à 3 milliSievert par an... Et les 'professionnels' du nucléaire sont eux autorisés à 'affronter' des doses annuelles titanesques de 20 millis ! Mais en règle générale, de façon ambiguë (il faudra qu'ils m'expliquent la différence entre un rayonnement ionisant naturel et artificiel) pour la population :

« La limite autorisée pour l'exposition de la population aux rayonnements artificiels, en France : 1 mSv/an/personne (Code de la santé publique, Article R1333-8). »

Cette limite vient en plus de la radio activité naturelle.

Pour info : pour les personnels exposés aux rayonnement ionisants de catégorie A, la dose maxi réglementaire sur un an est de 20 milliSievert.

D'après No Fear, ils nous conseillent plus prolixement une limite à 1 milli :

CETTE NORME EST ADMINISTRATIVE ET DONC ARBITRAIRE ET NE REPOSE SUR RIEN , IL N'Y A AUCUNE PREUVE QUE LES GENS VIVANT DANS UNE REGION A 1 MILLISv/an ONT  AUTANT DE CANCERS QUE CEUX VIVANTS DANS UNE REGION A 0 qu'ils donnent LES CHIFFRES !!!!

Nucleaire

L’outil cartographique « CRITER JAPON » met à disposition du public les résultats de la surveillance radiologique du territoire français effectuée par l’IRSN dans le contexte des événements nucléaires en cours au Japon.

Ce site internet permet d’accéder, avec un décalage d'une heure, aux mesures de rayonnement gamma (les rayons gamma sont produits par des processus nucléaires énergétiques au cœur des noyaux atomiques) dans l’air ambiant, transmises par les sondes du réseau Téléray, depuis le 14 mars à 14h20.

Il s’enrichira dans les jours qui viennent d'autres mesures, comme celles effectuées sur les filtres aérosols ou les eaux de pluie. En effet, ces autres mesures sont effectuées en laboratoire à la suite de prélèvements individuels et ne peuvent donc être obtenues qu’en différé de quelques jours.

Ce mardi matin, on pouvait encore constater quelques difficultés d’accès au site ainsi qu’aux cartes. Pour ceux qui arrivent à y accéder, les cartes sont parsemées de points qui correspondent à la position des détecteurs. Les points verts sur la carte marquent un niveau de radioactivité normal (niveau habituel de la radioactivité naturelle mesurée au point donné). Les points jaunes signifient un niveau de radioactivité plus de trois fois supérieure aux valeurs habituelles mesurées.

J.I.
Sciences et Avenir.fr
15/03/2011

Source : Sciences et Avenir


Informations complémentaires :

Vous êtes ici : Accueil Arrow Sciences Arrow FLASH : un outil pour suivre la radioactivité en France