5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (1 Vote)

Le site Quant'homme, qui nous avait fait découvrir le moteur à dégravitation de M. Léon Raoul Hatem, continue de nous étonner avec ce moteur à champ magnétique, qui excite des gaz rares provoquant une boule de plasma, permettant d'actionner un piston. La consommation du gaz étant négligeable, la force obtenue semble intéressante. Alors moteurs, alternateurs, tout est possible. Je vous laisse découvrir cette invention étonnante de PlasmERG...

Thegang2s

Source : PlasmERG

Il y a quelques années, dans nos pages, nous avions cité l'appareil à radiolyse de Joseph Papp : "Noble Gas Engine" ou "Papp Engine" en donnant des liens vers des documentations plus complètes. Voici la preuve  qu’il convient de ne pas négliger de "vieilles" pistes. Combien mériteraient d'être étudiées !

Extrait de l'article de Hank Mills, et Sterling D. Allan

La société PlasmERG, 1051 Olsen St, Suite 4211, Henderson, NV 89011, pourrait bien être la première à atteindre la ligne d’arrivée dans le domaine de production et commercialisation d’énergie révolutionnaire, avec son Plasmic Transition Process. Une usine est en cours d’installation pour fabriquer l’électronique de contrôle, des partenaires locaux se chargeraient des pièces de 5 moteurs prototypes qui seront présentés aux investisseurs et acquéreurs potentiels de licences, et ultérieurement lors de démos ouvertes au public. L’application de brevet déposée est visible ici US 2011/0113772 Al (pdf).

Petit retour en arrière. Peu après son arrivée en 1968 aux USA, Joseph Papp, émigrant hongrois, modifia un moteur à combustion interne afin de le faire fonctionner avec de petites quantités de gaz nobles y compris - hélium, néon, argon, krypton, et xénon. Ces gaz étaient contenus dans les cylindres de moteur complètement étanches à l’air. En produisant un champ magnétique autour du cylindre, en excitant les gaz avec des fréquences radio, un arc à haut voltage était produit dans le gaz, générant une boule de plasma. Cette boule en expansion donnait une force linéaire entraînant le piston. Ce qui était important (et l’est aussi pour le PlasmERG) c’était la faible consommation de carburant, et une sortie en énergie supérieure à l’énergie électrique d’entrée. La charge de gaz nobles pouvait durer des mois, et une seule petite partie d’énergie mécanique pouvait faire tourner un alternateur chargeant les batteries alimentant les composants électriques. Du temps de Papp, cette technologie pourtant surprenante est tombée dans l’oubli (elle n’est pas la seule, hélas).

Plasmerg Engine Patent LabeledJohn Rohner, fondateur de PlasmERG s’est penché sur cette technologie et l’a amenée à un stade commercialement viable. Lors de ExtraOrdinary Technology conference à  Albuquerque au Nouveau Mexique du 28 au 31 juillet 2011 il interviendra dans un exposé intitulé : "Understanding Plasmic Transition Process".

D’autres avant lui, comme Jimmy Sabori, Ken Shoulders, se sont également intéressés au moteur de Papp. Mais l’amélioration significative faite par Rohner porte sur le système de contrôle utilisant des composants électroniques modernes ; sans oublier l’amélioration venant du fait que la mise en route de la réaction se fait sans les accélérateurs radioactifs du moteur originel de Papp. Et ces deux avancées font que le moteur peut arriver au stade commercial. Les logiciels de simulation en 3D, la modélisation des différents mélanges de gaz, la conception facilitée du circuit de contrôle ont aussi largement contribué à cette avancée. Toutes choses qui n’existaient pas du temps de Papp.

Le moteur de PlasmERG présente de nombreux avantages : fonctionnant silencieusement, scellé, sans entrée d'air, ni d'échappement polluant, il peut tourner dans n'importe quel milieu (eau, espace). Si dans un premier temps une recharge de gaz sera nécessaire, mais avec des gaz peu coûteux que l'on trouve partout sur la planète (ce qui exclut des monopoles), l'amélioration de l'étanchéité fera que dans le futur, il n'y aura pratiquement plus besoin de recharger. Un moteur de 2 cylindres et 1000 cc peut produire des centaines de CV et du couple même à faible vitesse (comme un moteur électrique). John Rohner confirme qu'un tel moteur dont le coût est estimé dans les 500 dollars a fait fonctionner un générateur électrique de 300 kw à pleine charge. Un très petit moteur pour alimenter bateaux, avions, mais que l'on peut aussi fabriquer à différentes tailles, un coût de carburant pratiquement négligeable : voilà qui fait rêver! De plus, on ne peut qu'envisager et ce n'est pas propre à ce moteur mais à bien d'autres produits, que le coût chutera spectaculairement dans la mesure où son usage se répandra largement.

Source http://pesn.com/2011/06/16/9501848_PlasmERG_Preps_Factory_as_Patent_Published/  et http://www.plasmerg.com/plasmr.html

« Cette année est en train de devenir encore plus excitante que l’on aurait pu prévoir » disent Hank Mills et Sterling D. Allan qui indiquent dans leur page qu’ils reviendront ultérieurement sur ce sujet.

Un exemple de plus qui prouve que la recherche en Energie est bien vivante ! Mais, ne nous fait que regretter davantage qu'il n'y ait pas déjà sur le marché des générateurs (quels qu'ils soient)  à des prix abordables ;-(

Merci à Pascal Leblay, lecteur attentif de Pesn qui nous a communiqué cette info !

Source : Quant'homme

Vous êtes ici : Accueil Arrow Sciences Arrow La société PlasmERG annonce le moteur à « transition plasmique »