5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)
Listen Fr Fr

Cela fait longtemps que nous vous parlons des réacteurs à sel fondu à base de thorium, mais vous savez pourquoi ils n’ont pas eu de droit de cité. Cependant, alors que les solutions « viables », de remplacement du nucléaire à base d’uranium, s’appauvrissent comme peau de chagrin, il semblerait que ce procédé à base de thorium ait à nouveau le vent en poupe. Il est cependant regrettable que notre pays ait continué sa course folle avec ses centrales à base d’uranium, alors que (comme vous allez le lire), une centrale à base de thorium a déjà fonctionné en 1960 aux États-Unis. Donc, si nous sommes dans une situation si critique avec les centrales à base d’uranium, c’est qu’ils l’ont bien cherché…

Update 24.09.2016 :

Thorium
 
AmbroseEvans Pritc 1805020jPar

9:30PM GMT 06 Jan 2013

Les Chinois courent au loin avec l'énergie au thorium, faisant une course globale pour le prix de l'énergie nucléaire propre, bon marché, et sûre. Bonne chance à eux. Ils peuvent nous faire tous une faveur.

Le petit prince Jiang Mianheng, fils de l'ancien Chef Jiang Zemin, mène un projet pour la National Academy of Sciences de la Chine avec un budget de démarrage de $350m.

Il a déjà recruté 140 scientifiques de doctorat, travaillant à plein temps sur l’énergie à base de thorium à l'institut de la physique nucléaire appliquée de Changhaï. Le personnel s’élèvera à 750 personnes d'ici 2015.

Le but est de sortir des réacteurs archaïques à eau sous pression remplis de combustible d'uranium - conçus à l'origine pour les sous-marins des USA pendant les années 1950 - et opter à la place pour la nouvelle génération des réacteurs au thorium qui produisent beaucoup moins de déchets toxiques et ne peuvent pas souffler leur enceinte de confinement comme à Fukushima.

La « Chine est le pays à observer », a dit la baronne Bryony Worthington, chef du groupe d’ensemble Parlementaire sur l'énergie au thorium, qui a visité les opérations de Changhaï récemment avec une équipe du laboratoire nucléaire national de la Grande-Bretagne.

« Ils vont vraiment tout faire pour y arriver, et ils ont des chercheurs doués. Ceci peut mener à une percée massive. »

L'histoire du thorium est à ce jour bien connue. Les enthousiastes pensent que ce pourrait être la technologie de transformation requise pour conduire les révolutions industrielles de l'Asie - et pour éviter un craquement sur l'énergie, alors que deux milliards de personnes supplémentaires montent l'échelle des modes de vie occidentaux.

Au moins, elle pourrait faire pour l'énergie nucléaire ce que la fracturation de schiste a fait pour le gaz naturel - mais sur une plus grande échelle, beaucoup plus longtemps, peut-être meilleur marché, et avec des émissions de CO2 proches de zéro.

Les Chinois mènent la charge, mais ils ne sont pas seuls. La Norvège a commencé un essai de quatre ans le mois dernier avec Toshiba-Westinghouse du Japon dans le programme d’énergie Thor pour voir s'ils pourraient employer le thorium au réacteur conventionnel de Halden de Norvège à Oslo.

Les Japonais sont désireux d’aller plus loin, sachant qu’ils doivent proposer quelque chose de radicalement nouveau pour regagner la confiance du public et pour sauver leur industrie nucléaire.

L'institut international du Japon pour les études supérieures (IIAS) - est maintenant mené par un enthousiaste du thorium, Takashi Kamei – qui effectue des recherches sur les réacteurs de sel fondu qui emploient du carburant liquide.

Qu'est-ce que Shinzo Abe a signifié quand il a indiqué avant Noël qu'il a prévu de relancer l'énergie nucléaire au Japon avec une technologie « entièrement différente » ? Nous le découvrirons.

Le but chinois pointe qu’ils vont battre cet objectif. La technologie pour le processus de sel fondu existe déjà. Le laboratoire national d'Oak Ridge au Tennessee a construit un tel réacteur pendant les années 1960. Il a été laissé en suspens par l'administration de Nixon. Le Pentagone a besoin des résidus de plutonium de l'uranium pour construire les bombes nucléaires. Les impératifs de la guerre froide ont prévalu.

Les modèles à base de thorium ont recueilli la poussière dans les archives jusqu'à ce qu’elles soient retrouvées et publiées par l'ancien ingénieur de la NASA, Kirk Sorensen. Les USA l'ont en grande partie ignoré : la Chine ne l’a pas fait.

M. Jiang a visité les laboratoires d'Oak Ridge et a obtenu la conception après lecture d'un article dans le scientifique américain, il y a deux ans, exaltant le thorium Son équipe a conclu qu'un réacteur de sel fondu - s'il était fait de la bonne manière - peut répondre aux prières de la Chine.

M. Jiang dit que la pénurie d'énergie de la Chine devient « effrayante » et constituera bientôt une atteinte à la sûreté de l'État. Ce qu’il dit n'est en aucun cas secret. Les disputes s’intensifiant avec l'Inde, le Viêt-nam, les Philippines, et surtout le Japon, deviennent rapidement la plus grande menace pour la paix du monde. C'est une course de ressource composée par une lutte géostratégique, avec des échos des années 1930.

Sa mission est de faire quelque chose au sujet du talon d'Achille de la Chine très rapidement. L'équipe de Changhaï prévoit de construire une usine minuscule de 2 MW utilisant du carburant liquide de flouride d'ici la fin de la décennie, avant d’aller jusqu'à une taille commercialement viable vers les années 2020s. Elle travaille également sur un réacteur à retour de galet (ndlr ?).

Elle estime que la Chine a assez de thorium pour fournir ses besoins en électricité pour « 20.000 années ». Alors, et dans le monde ? Le minerai radioactif est dispersé à travers la Grande-Bretagne. Les Américains ont enterré des tonnes de ce dernier comme un sous-produit dangereux de l'exploitation en métal de terre rare.

La Chine construira déjà 26 réacteurs conventionnels d'ici 2015, avec 51 en plus prévus, et 120 en ligne de mire, mais ceux-ci ont tous les inconvénients connus, et se base sur de l'uranium importé.

La beauté du thorium est que vous ne pouvez pas avoir une catastrophe comme à Fukushima. Le Professeur Robert Cywinksi de l'université de Huddersfield, le pivot du réseau de recherche sur le thorium au R-U, a indiqué que le métal doit être bombardé avec des neutrons pour conduire le processus. « Il n'y a aucune réaction en chaîne. La fission meurt au moment où vous coupez le faisceau de protons », a-t-il dit.

Son équipe travaille à un réacteur sous-critique conduit par accélérateur. « Les gens commencent à se rendre compte que l'uranium n'est pas viable. Nous allons devoir multiplier de nouveaux combustibles nucléaires. Si nous allons au problème de la multiplication, nous pourrions commencer à employer le thorium à la place, sans intégrer le plutonium dans le cycle », a-t-il dit.

Le thorium a ses failles. La métallurgie est complexe. Il est « fertile » mais non fissile, et doit être converti en uranium 233. Les réclamations par l'énergie atomique internationale instituent en 2005 qu'il a une « résistance intrinsèque » à la prolifération mais a été depuis qualifié. Il pourrait être employé comme matière de base pour des bombes, mais pas facilement.

Pourtant il laisse de loin beaucoup moins de résidus toxiques. La majeure partie du minerai est employée dans le processus de fission, alors que les réacteurs en uranium épuisent juste 0.7pc. Il peut même brûler les réserves existantes de combustible nucléaire au plutonium et des déchets dangereux.

Les scientifiques de Cambridge ont édité une étude taquine, dans les annales de l'énergie nucléaire, prouvant en février qu'il est possible de « réaliser près de l'incinération totale des déchets trans-uraniens » en jetant les vieux résidus dans des réacteur au thorium.

En d'autres termes, il peut aider à nettoyer le désordre laissé par un demi-siècle d’armes nucléaires et de réacteurs à l’uranium, au lieu de les transporter à grand coût et de les emballer dans du béton, pour ensuite les enterrer pendant des millénaires. C’est pourquoi quelques écologistes « verts », comme la baronne Worthington – une ancienne amie des activistes de la terre -- embrassent le thorium. Bien qu'il y ait d'autres raisons.

Le processus de sel fondu de thorium a lieu aux pressions atmosphériques. Il n'exige pas les vastes dômes des réacteurs conventionnels, si coûteux, et une tel horreur.

Vous pourriez construire des usines de la taille d’une pinte en grande partie au-dessous de la terre, moins importunes qu'un centre commercial, fournissant une petite ville la taille de Tunbridge Wells ou de Colchester. Il y aurait des lignes de transmission plus courtes, moins de fuites, et moins de risques de pannes d'électricité. L'élégance est irrésistible.

M. Sorensen dit que son groupe Flibe énergie explore les réacteurs de 250MW qui pourraient être faits sur mesure pour actionner une usine sidérurgique simple. Imaginez les avantages pour la Chine, qui conduit une industrie sidérurgique colossale -- 40 % du total du monde -- avec le charbon à coke très polluant, une grande partie est transportée des mines éloignées dans des camions.

M. Sorensen a dit que sa conception de sel fondu ne pourrait pas causer une fusion parce qu'elle n'atteint jamais un niveau de température assez haut pour faire fondre le conteneur d’alliage-nickel.

S'il y a une urgence, une prise d’urgence de fonte et les sels s'écoulent dans une casserole. « Le réacteur se sauve », a-t-il dit.

Les joueurs importants dans l'industrie nucléaire ont eu un droit acquis en bloquant le thorium. Ils ont des coûts qui sont énormément descendus dans la vieille technologie, et ils ont plié les oreilles des ministres en manque de liquidités.

L'hésitation des gouvernements est compréhensible, mais les coûts vont frapper quoi qu'ils fassent. Le fiasco du dépassement global du réacteur d'Olkilouto d'Areva en Finlande n'est pas joli non plus, et les nouveaux plans du réacteur du R-U pour Hinkley tentent le destin aussi bien.

Le mouvement précipité de la Chine pour le thorium change maintenant le jeu. La Grande-Bretagne a commencé à protéger ses paris. Le conseilleur scientifique en chef John Beddington a dit en septembre que les avantages du thorium « sont souvent exagérés » mais a concédé « des avantages théoriques concernant la durabilité, réduisant la radio-toxicité et réduisant le risque de prolifération ».

Il a noté l'intérêt global en hausse. « Il peut donc être judicieux que le R-U maintienne un bas niveau d'engagement dans le cycle de recherche de combustible au thorium. » Un peu lamentable pour un pays qui, par le passé, a été pionnier dans le chemin la physique nucléaire, mais c’est mieux que rien.

Xu Hongjie, directeur du projet de Changhaï, indique que le Département de l'Énergie des USA a commencé à prendre un intérêt étroit pour les plans de la Chine et cherche maintenant la « collaboration ». Il parle également aux Russes. Les Indiens donnent un coup de pied à leur programme sur le thorium vers une plus haute vitesse.

Vous pouvez le voir, comme une course technologique ou une entreprise mixte dans l'intérêt commun, peu importe. Si les Chinois peuvent faire fonctionner le thorium, le monde aura besoin de moins de pétrole, de charbon et de gaz, et les éoliennes disparaîtront de notre paysage. Il y aura moins de risque d'un craquement énergétique global, moins de risque de guerres de ressource, et moins de risque d'un point de chavirement du climat.

Qui peut s'opposer à cela ?

 

Source : Telegraph.co.uk

Traduction Folamour, Reproduction libre à condition de citer la source ainsi que celle de la traduction.

Informations complémentaires :

Vous êtes ici : Accueil Arrow Sciences Arrow La Chine sur le chemin flamboyant de l’énergie nucléaire « propre » grâce au thorium