Scott Ritter : Pipelines v. USA (Consortiumnews.com)

(Temps de lecture: 9 - 18 minutes)
5 of 5 (2 Votes)

Intention, motif et moyens : Les personnes condamnées à perpétuité dans les prisons américaines ont été condamnées sur des bases moins solides que les preuves circonstancielles contre Washington pour l'attaque des pipelines Nord Stream.

Pipeline V Usa
Patrouilleur de guerre spéciale Seafox s'entraînant en 1986. (Archives nationales des États-Unis)

Par Scott Ritter

Spécial Consortium News

Scott Ritter By David Shankbone 100x100

Les preuves circonstancielles, tout comme les preuves directes, peuvent être utilisées pour prouver les éléments d'un crime, l'existence ou l'accomplissement de certains actes et l'intention ou l'état mental d'un défendeur. D'une manière générale, un procureur, pour obtenir une condamnation, doit démontrer au-delà de tout doute raisonnable qu'un défendeur a commis un certain acte et que celui-ci a agi avec une intention spécifique.

Nord Stream 1 est un projet multinational exploité par la société suisse Nord Stream AG, qui vise à fournir chaque année à l'Europe quelque 55 milliards de mètres cubes (mmc) de gaz naturel russe en le transportant directement de Russie, par deux gazoducs de 1.224 km de long posés sous la mer Baltique, jusqu'à une plate-forme allemande, d'où le gaz serait distribué à d'autres consommateurs européens.

Le premier de ces deux gazoducs a été achevé en juin 2011 et l'approvisionnement en gaz a commencé en novembre 2011. Le second a été achevé en avril 2012 et a commencé à fournir du gaz en octobre 2012. Gazprom, le géant gazier russe, détient 51 % des parts du projet du gazoduc Nord Stream 1.

Nord Stream 2 est un quasi-clone du projet Nord Stream 1, composé de deux pipelines jumeaux de 1.220 kilomètres posés sous la mer Baltique et reliant la Russie à l'Allemagne. Démarré en 2018, il a été achevé en septembre 2021. Comme le Nord Stream 1, le Nord Stream 2 est conçu pour acheminer environ 55 milliards de m3 de gaz naturel de la Russie vers l'Europe via l'Allemagne. Nord Stream 2, comme Nord Stream 1, est exploité par une société multinationale dont Gazprom détient 51 % des parts.

Contrairement à Nord Stream 1, Nord Stream 2 n'a jamais été autorisé à commencer à fournir du gaz.

Nord Stream 2
Carte de la zone de Nord Stream 2. (Berria Egunkaria, CC BY-SA 4.0, Wikimedia Commons)

Les gazoducs Nord Stream 1 et 2 sont un anathème pour la politique de sécurité nationale des États-Unis, qui depuis des décennies s'aigrit de la mesure dans laquelle le gaz naturel russe domine le marché européen de l'énergie. Cet animus a peut-être été le mieux illustré par une colonne publiée dans le journal allemand DieWelt en juillet 2019.

L'article, cosigné par Richard Grenell, Carla Sands et Gordon Sondland (respectivement ambassadeurs des États-Unis en Allemagne, au Danemark et dans l'Union européenne), s'intitulait "L'Europe doit garder le contrôle de sa sécurité énergétique" et avançait l'argument selon lequel "le gazoduc Nord Stream 2 augmentera considérablement l'influence énergétique de la Russie sur l'UE", notant que "ce scénario est dangereux pour le bloc et l'Occident dans son ensemble."

Observant qu'"une douzaine de pays européens dépendent de la Russie pour plus de 75 % de leurs besoins en gaz naturel", les ambassadeurs ont conclu : "Cela rend les alliés et les partenaires des États-Unis vulnérables à une coupure de gaz au gré des caprices de Moscou."

De plus, les ambassadeurs ont affirmé,

    "La dépendance de l'Union européenne au gaz russe présente des risques pour l'Europe et l'Occident dans son ensemble et rend les alliés des États-Unis moins sûrs. Le gazoduc Nord Stream 2 rendra l'Europe plus vulnérable aux tactiques de chantage énergétique de la Russie. L'Europe doit garder le contrôle de sa sécurité énergétique".

Les ambassadeurs ont également introduit un contexte géopolitique critique, déclarant que

    "Ne vous méprenez pas : Nord Stream 2 apportera plus que du gaz russe. Le levier et l'influence russes passeront également sous la mer Baltique et en Europe, et le gazoduc permettra à Moscou de saper davantage la souveraineté et la stabilité de l'Ukraine."

L'"armement" de l'énergie par la Russie contre l'Europe était le sujet d'un "débat" que Gary Peach et moi-même avons mené en décembre 2018 sur les pages d'Energy Intelligence, qui suit les questions relatives à la sécurité énergétique mondiale. Gary, l'un des rédacteurs principaux d'EI, couvre l'énergie russe.

GazpromHQ 2048x1536
Le siège de Gazprom dans le gratte-ciel Lakhta Center à Saint-Pétersbourg, en Russie, en
février 2021. (CC BY-SA 4.0, Wikimedia Commons)

J'ai fait valoir que "la Russie n'a jamais cherché à utiliser son statut de grand fournisseur d'énergie à l'Europe comme un véhicule d'influence politique", notant que :

    "La militarisation de l'énergie russe prend la forme de sanctions imposées à Moscou et de la mise en œuvre de politiques visant à freiner le développement du secteur énergétique russe. Il est beaucoup plus facile de faire valoir que les États-Unis et l'Europe constituent une menace pour la sécurité énergétique russe que l'inverse."

Gary, quant à lui, a noté que :

    "Les contrats d'approvisionnement de Gazprom montrent la menace économique sous-jacente de Moscou : La formule de tarification est à peu près la même pour tous les pays, mais les pays qui sont dans les bonnes grâces de la Russie bénéficient d'une "remise" arbitraire." Il conclut que "lorsque Gazprom est le seul fournisseur de gaz concevable, il a abusé sans vergogne de ce monopole."

En décembre 2019, l'administration du président Donald Trump a imposé des sanctions dans une tentative désespérée de dernière seconde pour empêcher la réalisation du gazoduc Nord Stream 2.

Ces sanctions ont été levées par l'administration du président Joe Biden en mai 2021 dans un effort pour être considéré comme réparant les relations avec l'Allemagne qui avaient été sévèrement effilochées pendant l'administration Trump. Cependant, une fois achevé, Nord Stream 2 a été empêché de fonctionner en raison des objections soulevées par les régulateurs allemands concernant les questions de licence, qui ne devaient pas être résolues avant la mi-2022.

Donate CN

Avant l'invasion de l'Ukraine par la Russie, l'administration Biden a conçu un plan pour punir la Russie en imposant des sanctions économiques sévères qui viseraient le secteur énergétique russe, notamment des mesures destinées à interrompre la livraison de gaz de la Russie à l'Allemagne via les gazoducs Nord Stream.

L'un des problèmes auxquels étaient confrontés les décideurs américains était de trouver le bon dosage de sanctions qui réussirait à nuire à la Russie sans détruire l'économie européenne dans le processus. Les responsables politiques des deux côtés de l'Atlantique ont toutefois reconnu que des sanctions significatives visant l'énergie russe comportaient un risque collatéral pour l'économie européenne qui ne pouvait être évité.

L'un des mécanismes dont les décideurs américains et européens espéraient qu'il atténuerait les conséquences économiques des sanctions contre l'énergie russe était d'augmenter l'approvisionnement de l'Europe en gaz naturel liquéfié (GNL) américain. Depuis 2016, la quantité de GNL fournie par les États-Unis à l'Europe a augmenté, avec plus de 21 milliards de m3 livrés en 2021.

Screen Shot 2022 10 12 At 12.23.12 PM
Pont du méthanier Energy Atlantic à Port Arthur, au Texas, en 2016. (Garde côtière américaine,
Dustin R. Williams)

Mais 21 milliards de m3 ne suffiraient pas à compenser la quantité de gaz naturel expédiée par la Russie vers l'Europe en cas de perturbation à grande échelle de l'approvisionnement en énergie russe due à l'imposition de sanctions économiques visant le secteur énergétique russe.

Après l'invasion de l'Ukraine par la Russie - et la prise de conscience que la perturbation de l'approvisionnement énergétique de l'Europe allait être bien plus importante que prévu - Biden a tenu sa promesse d'augmenter l'approvisionnement de l'Europe en GNL américain. Mais les quantités étaient encore loin de répondre à la demande, et ce à des prix qui mettaient littéralement l'Europe en faillite.

Les victimes

L'Allemagne bloquant l'exploitation du Nord Stream 2 et les sanctions empêchant la réparation du Nord Stream 1, la population allemande a commencé à faire les frais des sanctions contre l'énergie russe.

Malgré l'insistance de son gouvernement à rester résolu à faire face à ce qu'il perçoit comme une agression russe contre l'Ukraine, le peuple allemand a d'autres plans. Dès le 26 septembre, ils ont commencé à descendre dans la rue en grand nombre pour exiger de leur gouvernement qu'il ouvre le gazoduc Nord Stream 2 et fournisse au peuple et à l'économie allemande l'énergie nécessaire à leur survie.

Le crime

Le 26 septembre, le gazoduc Nord Stream 2 a signalé une chute massive de la pression. Le jour suivant, le gazoduc Nord Stream 1 a signalé la même chose. Un avion de chasse danois, qui survolait le tracé du gazoduc, a signalé avoir vu une perturbation d'un kilomètre de diamètre dans l'eau au large de l'île de Bornholm, directement au-dessus du gazoduc Nord Stream 2, créée par la libération massive de gaz naturel sous l'eau. (Les autorités danoises ont estimé qu'entre les deux pipelines, la quantité totale de méthane libérée dans l'atmosphère était d'environ 500.000 tonnes métriques).

Nord Stream Anschlag
Emplacements des explosions provoquées par les attaques du Nord Stream le 26 septembre.
(Lampel, CC BY-SA 4.0, Wikimedia Commons)

L'incident a eu lieu dans la zone économique exclusive de la Suède, et le service de sécurité suédois a pris l'initiative d'enquêter sur ce qui s'était passé. (Curieusement, la Russie n'a pas été invitée à participer, bien qu'elle ait un intérêt économique et sécuritaire direct dans cette affaire).

"Après avoir terminé l'enquête sur la scène du crime, le service de sécurité suédois peut conclure que des détonations ont eu lieu sur les lignes Nord Stream 1 et 2 dans la zone économique suédoise, et que les explosions ont causé des dommages importants aux lignes.

Les Suédois ont également déclaré avoir récupéré des matériaux sur le site de l'incident, qui sont en cours d'analyse pour déterminer les responsables. Ces preuves, ont déclaré les Suédois, "renforcent les soupçons de sabotage grossier".

Alors que toutes les parties impliquées dans le "sabotage" du gazoduc Nord Stream s'accordent à dire que la cause est d'origine humaine, aucune nation en dehors de la Russie n'a désigné de suspect. (Le président russe Vladimir Poutine a attribué l'attaque, que la Russie a qualifiée d'acte de "terrorisme international", aux "Anglo-Saxons" - les Britanniques et les Américains).

M. Biden a rejeté les allégations russes. L'attaque de l'oléoduc "était un acte délibéré de sabotage et les Russes diffusent de la désinformation et des mensonges", a déclaré le président américain. "Au moment opportun, lorsque les choses se seront calmées, nous enverrons des plongeurs pour découvrir ce qui s'est passé exactement. Nous ne le savons pas encore exactement."

Mais nous le savons. Biden nous l'a dit lui-même. Tout comme le secrétaire d'État Antony Blinken. La marine américaine aussi. Entre les trois, nous avons des preuves irréfutables de l'intention, du motif et des moyens - plus qu'il n'en faut pour prouver la culpabilité au-delà de tout doute raisonnable dans un tribunal.

Intention

S'adressant aux journalistes le 7 février, M. Biden a déclaré : "Si la Russie envahit, c'est-à-dire si des chars ou des troupes franchissent à nouveau la frontière de l'Ukraine, il n'y aura plus de Nord Stream 2. Nous y mettrons fin".

Lorsqu'un journaliste a demandé comment Biden pouvait faire une telle chose, étant donné que l'Allemagne contrôlait le projet, Biden a rétorqué : "Je vous promets : Nous serons en mesure de le faire."

Aucun procureur n'a jamais eu une déclaration d'intention plus concise - une véritable confession avant l'événement - que celle-ci. Joe Biden doit être pris au mot.

Motif

Lorsque les journalistes lui ont demandé, le 3 octobre, de commenter les attaques du gazoduc Nord Stream, Blinken a répondu en partie en notant que l'attaque était "une formidable occasion de supprimer une fois pour toutes la dépendance à l'égard de l'énergie russe et donc de retirer à Vladimir Poutine l'armement de l'énergie comme moyen de faire avancer ses desseins impériaux".

M. Blinken a en outre déclaré que les États-Unis s'efforceraient d'atténuer les "conséquences" de l'attaque du gazoduc sur l'Europe, faisant allusion à la fourniture de GNL américain à des marges bénéficiaires exorbitantes pour les fournisseurs américains - une autre "opportunité."

50909235586 Aea3a7ec8f K 1536x864
Le secrétaire d'État Antony Blinken. (Département d'État, Freddie Everett)

Les procureurs parlent souvent de cui bono, une expression latine qui signifie "qui en profite", lorsqu'ils cherchent à importer le motif d'un crime commis, en présumant qu'il y a une forte probabilité que les responsables d'un crime spécifique soient ceux qui en profitent.

Blinken. Une opportunité formidable.

Cui Bono.

Moyens

Au début du mois de juin, à l'appui d'un exercice majeur de l'OTAN connu sous le nom de BALTOPS (Baltic Operations) 2022, la marine américaine a utilisé les dernières avancées en matière de technologie de chasse aux mines des véhicules sous-marins sans pilote, ou UUV, pour les tester dans des scénarios opérationnels.

[Related : DIANA JOHNSTONE : Omerta dans la guerre des gangsters]

Selon la marine américaine, elle a pu évaluer "la technologie émergente des UUV de chasse aux mines", en se concentrant sur "la navigation des UUV, les opérations d'équipe et les améliorations des communications acoustiques, tout en recueillant des ensembles de données environnementales critiques pour faire progresser les algorithmes de reconnaissance automatique des cibles pour la détection des mines".

L'un des UUV utilisés par la marine américaine est le Seafox.

45600773451 4181e559f2 K
Des membres d'équipage à bord d'un chasseur de mines allemand descendent un drone marin
Seafox dans l'eau, le 26 octobre 2018, lors d'exercices de l'OTAN dans l'Atlantique Nord et la
mer Baltique. (OTAN/WO FRAN C.Valverde)

En septembre, des hélicoptères spécialisés de la marine américaine - les MH-60R, capables d'employer l'UUV Seafox - ont été suivis en train de voler au large de l'île danoise de Bornholm, directement au-dessus des segments des pipelines Nordstream 1 et 2 qui ont ensuite été endommagés lors des incidents de sabotage.

Je cite TASS ,

    "Le 6 novembre 2015, le véhicule sous-marin sans pilote Seafox de l'OTAN chargé de la neutralisation des mines a été découvert lors de l'inspection visuelle programmée du gazoduc Nord Stream 1. Il se trouvait dans l'espace entre les gazoducs, manifestement près de l'un des chapelets. L'OTAN a déclaré que le véhicule sous-marin de déminage avait été perdu lors d'exercices. Ces exercices de l'OTAN au cours desquels le dispositif explosif de combat s'est avéré se trouver exactement sous notre gazoduc. Le dispositif explosif a été désactivé par les forces armées suédoises à ce moment-là."

52392569949 79b1f8a2ec K
Une équipe italienne de neutralisation des explosifs et munitions utilise un UUV, véhicule
sous-marin sans pilote, lors d'exercices de l'OTAN en septembre au Portugal. (OTAN)

Coupable au-delà du doute raisonnable

La charge qui existe pour prouver la culpabilité au-delà du doute raisonnable "est pleinement satisfaite et entièrement convaincue, avec une certitude morale, que les preuves présentées prouvent la culpabilité du défendeur."  Dans l'affaire des attaques Nord Stream 1 et 2, cette charge a été remplie lorsqu'il s'agit d'attribuer la faute aux États-Unis.

Biden a pratiquement avoué le crime à l'avance, et son secrétaire d'État, Blinken, s'est vanté de la "formidable opportunité" créée par l'attaque. Non seulement la marine américaine a activement répété le crime en juin 2022, en utilisant la même arme qui avait été précédemment découverte à côté de l'oléoduc, mais elle a employé les moyens mêmes nécessaires pour utiliser cette arme le jour de l'attaque, à l'endroit même de l'attaque.

Coupable comme accusé

52016532232 0a801fc3a7 B
Le président américain Joe Biden prononce un discours sur l'interdiction des importations
d'énergie russe, le 8 mars. (Maison Blanche, Carlos Fyfe)

Le problème est qu'en dehors de la Russie, personne n'accuse les États-Unis. Les journalistes fuient les preuves, invoquant "l'incertitude". L'Europe, effrayée de se réveiller à la réalité que son "allié" le plus important a commis un acte de guerre contre son infrastructure énergétique critique, condamnant des millions d'Européens à souffrir des dépravations du froid, de la faim et du chômage - tout en arnaquant l'Europe avec des marges bénéficiaires sur la vente de GNL qui redéfinissent la notion d'"aubaine" - reste silencieuse.

Il n'y a aucun doute dans le cerveau de toute personne sensée quant à l'identité des responsables des attaques contre les pipelines Nord Stream 1 et 2. Les preuves circonstancielles sont accablantes et tout à fait capables d'entraîner une condamnation dans n'importe quelle cour de justice américaine.

Mais personne ne portera l'affaire en justice, du moins pas à l'heure actuelle.

Honte au journalisme américain pour avoir ignoré cette attaque flagrante contre l'Europe.

Honte à l'Europe de ne pas avoir le courage de nommer publiquement son agresseur.

Mais surtout, honte à l'administration de Joe Biden, qui a abaissé les États-Unis au même niveau que ceux qu'ils ont traqués et tués pendant tant d'années - un simple terroriste international, et un État parrain du terrorisme.

Scott Ritter est un ancien officier de renseignement du corps des Marines des États-Unis qui a servi dans l'ancienne Union soviétique pour mettre en œuvre les traités de contrôle des armements, dans le golfe Persique pendant l'opération Tempête du désert et en Irak pour superviser le désarmement des ADM. Son dernier livre est Disarmament in the Time of Perestroika, publié par Clarity Press.

Les opinions exprimées sont uniquement celles de l'auteur et peuvent ou non refléter celles de Consortium News.

Faites un don aujourd'hui à la Collecte de fonds de l'automne 2022 du CN

Donate CN

 

Faites un don sécurisé par carte de crédit ou par chèque en cliquant sur le bouton rouge :

Donate Button 700x247

 

Source : Consortiumnews.com via Twitter

 

Informations complémentaires :