Serbie : le nationaliste Nikolic remporte la présidentielle

(Temps de lecture: 2 - 4 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

Un autre signe des nostalgiques de 1930 observé en Serbie... Et ils veulent rejoindre l'€uro... !  ; )

serbie.jpg
Tomislav Nikolic

Le nationaliste populiste Tomislav Nikolic a remporté contre toute attente l’élection présidentielle en Serbie. Le président sortant Boris Tadic a admis sa défaite avant même l’annonce des résultats officiels.

« Je le félicite pour sa victoire méritée. Je lui souhaite du succès », a déclaré Boris Tadic à l’adresse de son adversaire. Tomislav Nikolic a obtenu 50,21 % des voix contre 46,77 % pour le président sortant, selon des résultats partiels portant sur environ 41 % des bulletins dépouillés.

Tomislav Nikolic a immédiatement tenu à rassurer quant à l’option européenne de son pays. « La Serbie maintiendra sa voie européenne (…) Ce scrutin n’a pas porté sur qui conduira la Serbie vers l’UE mais sur qui résoudra les problèmes économiques créés par le Parti démocratique » (DS) de M. Tadic, a dit M. Nikolic, jadis allié à l’ex-homme fort de Serbie, Slobodan Milosevic.

Victoire inattendue

« Il s’agit d’un séisme électoral, de résultats totalement inattendus », a commenté l’analyste politique Slobodan Antonic, faisant allusion aux sondages qui prédisaient une large victoire de M. Tadic. Un autre analyste, Srdjan Bogosavljevic, a estimé dans une déclaration à l’agence de presse Beta, que le faible taux de participation avait été favorable au gagnant du scrutin.

La Serbie s’est vu octroyer en mars le statut de candidat à l’intégration dans l’Union européenne et attend d’obtenir une date pour le début des négociations.

Pour ce faire, M. Tadic avait livré au Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) les anciens dirigeants politique et militaire des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic et Ratko Mladic, inculpés de génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre. Il avait également amélioré les relations de Belgrade avec le Kosovo, comme le réclame Bruxelles, sans toutefois reconnaître l’indépendance proclamée en 2008 par la majorité albanaise de ce territoire.

M. Nikolic, 60 ans, un populiste reconverti en pro-européen après avoir longtemps contesté une telle option pour son pays, avait misé notamment sur le mécontentement grandissant de la population en raison de la situation économique dégradée en Serbie, où le chômage touche 24 % de la population. Pour lui, la ligne rouge à ne pas franchir reste néanmoins l’indépendance du Kosovo, que la Serbie refuse de reconnaître. Après l’annonce des résultats, il a affirmé que ceux-ci montraient que la Serbie « allait protéger ses citoyens au Kosovo ». M. Nikolic avait perdu à deux reprises, en 2004 et 2008, au scrutin présidentiel face à M. Tadic.

Tard dans la soirée, à Belgrade, des milliers de personnes se sont rassemblées dans le centre-ville brandissant des drapeaux serbes et des portraits du vainqueur.

Source : Le Soir.be

Informations complémentaires :