(Temps de lecture: 2 - 4 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (1 Vote)

Serge Brussolo fait partie des meilleurs auteurs que j’ai lu. À chaque fois que j’ai commencé un livre de lui, une fièvre dévorante de curiosité m’a ensorcelé, me forçant de façon quasi hypnotique à lire la suite de son ouvrage. Ne vous laissez pas décourager par cette critique acerbe de son dernier livre, pour une fois qu’il se livre à de la pure science fiction, ce n’est peut-être pas son meilleur opus, mais il en reste plein d’autres ! En ce qui me concerne, c’est une valeur sûre, que je peux vous conseiller pour accompagner vos soirées d'hiver, n’hésitez pas à me laisser un petit mot si vous souhaiter réagir après lecture.

Amicalement,

F.

Ce Qui Mordait Le Ciel

Pour le combat d’auteurs, j’avais envie de découvrir un livre de science-fiction de Serge Brussolo. Mon choix s’est finalement arrêté sur Ce qui mordait le ciel… qui semble assez apprécié. Mais de quoi, ça parle au juste ? David est employé dans une société de pompes funèbres intergalactique. Son patron s’est rendu compte qu’ils ont fait une bévue il y a plusieurs dizaines d’années. Au lieu d’injecter un vaccin à des tomocks (des bisons de plusieurs mètres de haut), ils leur ont administré une substance qui transforme le corps une fois mort en quartz géant. Les tomocks ont reçu une dose très conséquente (100 x la dose pour un humain). David est donc chargé d’aller à Sumar, la planète où vivent ces tomocks afin de voir quelles sont les répercussions de cette regrettable erreur…

De Brussolo, j’avais seulement lu un Peggy Sue quand j’étais adolescente. Bien que cette histoire-ci n’a rien à voir avec cette saga jeunesse, je retrouve tout de même l’imagination inépuisable de l’auteur. Il a vraiment pensé à toutes les conséquences que cette bévue peut avoir sur la vie des habitants cette planète. Au fil du périple de David, nous découvrirons plusieurs peuples qui tentent tant bien que mal de survivre au milieu des montagnes de quartz de plus en plus nombreuses. Je regrette tout de même une scène de sexe qui arrive vraiment comme un cheveu sur la soupe et qui n’a strictement aucune utilité. Je m’en serai bien passé.

La plume de Serge Brussolo est tout à fait correcte. Il n’y a rien de superflu dans ces 217 pages et l’auteur va directement au cœur du sujet, sans toutefois oublier de nous donner quelques explications sur les choix politiques de certains peuples. J’avoue que les personnages m’ont laissé indifférente. David, n’est comme nous, qu’un spectateur de l’histoire qui se déroule devant lui tandis que les autres protagonistes semblent bien trop atteints de folie pour être attachants.

Ce roman est donc plus une découverte d’un nouveau monde original qu’une intrigue excitante. La fin est d’ailleurs frustrante car elle est bien trop ouverte. J’aurais aimé que l’auteur nous donne un indice sur le choix qu’allait faire David. Il reste tout de même un très bon divertissement et je suis toujours aussi ébahie devant l’imagination de Serge Brussolo !

Ma note : 8/10

Auteur : Serge Brussolo

Titre : Ce qui mordait le ciel…

Edition : Folio SF

Genre : SF, planet opera

Pages : 217

D’autres avis : Betty, Nathalie

 

Source : Iluze.wordpress.com

 

Information complémentaire :

Ce qui mordait le ciel chez Amazon.fr 3,99€ Poche (Prix indicatif)