1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

Alors que les emplois disparaissent et que notre vie quotidienne est perturbée au nom de l'aplatissement de la courbe des cas de coronavirus, il est encore trop difficile de se faire une idée de ce à quoi ressemblera demain, mais tout indique que nous sommes proches d'un point de rupture.

par Raul Diego

Global Financial Collapse 09 05 2020

L'argent circule comme de la lave dans l'économie depuis près de deux mois maintenant, au milieu des fermetures pour coronavirus qui ont entraîné des millions de licenciements, ce qui, selon certains responsables de banques comme Bob Michele de J.P. Morgan, maintiendra le chômage à un niveau élevé pendant au moins une décennie. Cette sombre prédiction intervient alors que le rapport d'avril sur l'emploi, publié aujourd'hui, indique que 20,5 millions de personnes ont rejoint les rangs des chômeurs. Si l'on considère une étude réalisée par l'Economic Policy Institute, le chiffre réel pourrait être deux fois plus élevé.

Pendant ce temps, les prêts hypothécaires ont ralenti, car l'accès au crédit a chuté de 26% depuis février et les travailleurs licenciés dans tout le pays constatent qu'ils gagnent plus d'argent en percevant le chômage qu'en encaissant leur chèque de paie. Michele a spéculé sur ce qui pourrait se passer "lorsque le Programme de protection des salaires (PPP) sera à court d'argent", affirmant que la réduction des dépenses de consommation entraînera encore plus de licenciements dans un avenir proche.

Mais les dangers d'un ralentissement exceptionnel de l'économie américaine peuvent avoir et commencent déjà à avoir un effet aigu sur le reste du monde. Le ministre brésilien de l'économie, Paulo Guedes, a mis en garde hier contre un "effondrement économique" résultant des mesures mises en place pour endiguer l'épidémie de coronavirus. Le ralentissement soudain a laissé dans la poussière le plan du président brésilien Jair Bolsonaro visant à "relancer" l'économie brésilienne, le FMI prévoyant une contraction de 5,3% de l'économie brésilienne cette année.

Selon un rapport publié et mis à jour le 4 mai par l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI), les pays en développement, notamment en Amérique latine et en Eurasie, seront les plus durement touchés par l'impact économique de la réponse à la pandémie due au COVID-19. Il est révélateur que le dossier comporte une étude montrant "des sorties de capitaux sans précédent des économies émergentes" vers les coffres du premier monde.

Alors que les emplois disparaissent et que notre vie quotidienne est perturbée au nom de l'aplatissement de la courbe des cas de coronavirus que l'OMS a déclaré pandémie, il est encore trop difficile de se faire une idée de ce à quoi demain ressemblera, mais tout indique que nous sommes proches d'un point de rupture.

 
Pas d'emplois et pas de crédit

Dans une "série de briefings économiques" qui ont conduit à la décision du président Donald Trump de supprimer les directives de réouverture du CDC hier, le président a été averti que jusqu'à "50 % des petites entreprises du pays" pourraient disparaître.

Les prêts hypothécaires sont également au point mort, les banques devenant plus strictes sur les conditions de prêt et réservant les règles les plus strictes aux prêts Fannie & Freddie Mac. J.P. Morgan et Wells Fargo, deux des suspects habituels dans les scandales financiers de ce siècle, exigent des scores de crédit de premier ordre de 700 ou plus et, dans le cas de JPM, un acompte de 20% sur le prix de la maison. En effet, nos institutions financières trop grandes pour faire faillite, qui ont bénéficié de manière si flagrante des renflouements de 2008, atténuent une fois de plus leur risque sur notre argent, mais cette fois avant que le krach ne se produise réellement.

Comme le rapporte Bloomberg, les prêteurs imposent des "restrictions" sur la manière dont ils décaissent les 2,2 billions de dollars que le Congrès vient de leur remettre dans le cadre du projet de loi de relance de mars. Bloomberg laisse également entendre que ces limites sont également appliquées aux "refinancements réguliers". La pause dans le mouvement de l'argent s'étend jusqu'à la haute mer, où tant les navires de croisière vides que les comptes bancaires offshore sont en attente.

 Assis sur le Titanic

Un montant étonnant de 4,77 billions de dollars en espèces se trouve dans les paradis fiscaux du monde entier, dont la plupart sont liés à des obligations du Trésor américain et à d'autres investissements à faible risque, sans intention d'aller ailleurs. Les gestionnaires de fonds ferment les fonds à de nouveaux investisseurs afin de maximiser les rendements de ceux qui sont déjà dans un fonds particulier, car les marges deviennent très minces. Les initiés reconnaissent que "les clients et les gestionnaires de fonds vont ressentir une certaine douleur".

Pour le reste d'entre nous, l'incertitude est bien plus grande que les inquiétudes des gestionnaires de fonds et de leur clientèle extrêmement fortunée. Le plus grand opérateur de centres commerciaux du pays, SIMON, a annoncé qu'il allait rouvrir 49 centres commerciaux avec de nouvelles directives post-coronavirus pour les visiteurs, encourageant les gens à porter des masques et imposant des règles de distanciation sociale.

Il est peu probable qu'une telle réalité quotidienne incite les consommateurs à dépenser beaucoup ou même à fréquenter les bars et les restaurants, ce qui augmenterait la pression sur les plus vulnérables d'entre nous qui travaillent dans le secteur des services. Les briefings de Trump sur la réouverture du pays ont calculé que la douleur dans la rue principale se ferait encore sentir pendant la chute et les aides ont reconnu que ce serait "brutal" pour des millions d'Américains.

Alors que des billions de dollars sont alloués aux institutions financières qui ne veulent pas s'en séparer et que les détenteurs d'actifs essaient de s'en sortir, les emplois des gens ordinaires disparaissent rapidement et sans date de retour. Et si l'on en croit le Brésil, le problème est sur le point de se propager plus rapidement et plus largement que le coronavirus ne le pourrait jamais.

Photo de fond | Un sans-abri transportant sa literie passe devant une bijouterie et une boutique de prêteur sur gages de Miami qui a fermé ses portes pendant la pandémie de coronavirus, le 7 mai 2020, à Miami. Lynne Sladky | AP

Republiez nos histoires ! MintPress News est publié sous une licence internationale Creative Commons Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0.

 

Source : Mintpressnews.com

 

Informations complémentaires :

 

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Sommes-nous au bord d'un effondrement financier mondial (Mintpressnews.com)