(Temps de lecture: 4 - 7 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Le monde entier est sous le choc de ce qui vient de se passer près de Rouen. Aussi, avec les infos que nous avons, je vous invite à être très prudent dans vos analyses..., Aparemment je pense que l'on nous dirige sciemment vers la guerre civile, or qui dit guerre civile, dit loi martiale, bref dictature, etc. Aussi n'oubliez pas QUI se cache derrière ces groupes islamistes...

Update 27.07.2016 : L'impossible protection de tous les lieux de culte en France (Les Echos.fr)

Rouen 27 07 2016
Saint-Etienne-du-Rouvray, le 26 juillet. JEAN PIERRE SAGEOT / SIGNATURES POUR LE MONDE

De tensions entre les communautés, les habitants de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) ne veulent pas croire qu’elles puissent exister. Dans la vieille ville de cette banlieue industrielle et rouge rouennaise (28.000 habitants), personne n’ose penser que catholiques et musulmans ne pourront plus se côtoyer dans le respect, comme ils en avaient l’habitude. C’est là que, mardi 26 juillet vers 9h30, deux hommes ont pris en otages six personnes dans une église, assassinant le prêtre avant d’être abattus par les forces de l’ordre.

Dès le milieu d’après-midi, des dizaines d’habitants se sont rassemblés sur le parvis de la mairie, entre les caméras des télévisions et les barrières de sécurité, certains pour y déposer des bougies, des fleurs ou quelques mots d’espoir. Annie et Jean-Claude, un couple de retraités, sont venus rendre hommage à Jacques Hamel, le prêtre auxiliaire de la paroisse Saint-Etienne-du-Rouvray, égorgé par les terroristes.

Ils habitent la ville « depuis toujours », et pour eux la marque de leur commune c’était plutôt son ouverture aux autres. « Les quartiers sont mélangés, on ne peut pas dire qu’il y ait une communauté plus en retrait que l’autre », estime Annie, qui ne veut voir en l’attaque de mardi matin qu’« un acte isolé ».

Leur peur, c’est de perdre le « vivre ensemble » propre à cette ville, où l’on est fier de rappeler que la paroisse Sainte-Thérèse, dans le quartier populaire du Madrillet, avait cédé pour un euro symbolique une partie de son terrain à la communauté musulmane pour qu’elle y construise la mosquée Yahiya.

Lire aussi :   Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : le père Hamel, « un homme gentil »

Une paroisse impliquée dans la vie de la commune

Pour Sandrine (le prénom a été changé), musulmane âgée d’une quarantaine d’années, les rapports entre les deux principales communautés religieuses de la ville ont toujours été très bons : « D’aussi loin que je me souvienne, quand j’étais jeune, les sœurs de la paroisse venaient souvent dans les quartiers populaires pour proposer des activités, elles participaient à l’intégration de tous, qu’on soit musulman ou pas. »

Dans cette commune à l’affichage multiculturel, beaucoup évoquent la sympathie naturelle du père Hamel, toujours là pour aider. Installé pour sa retraite à Saint-Etienne-du-Rouvray, il avait choisi de rendre service à l’église dès qu’il le pouvait, célébrant un baptême quand il n’y avait personne pour le faire dans cette paroisse moins fréquentée ou assurer une messe en semaine.

« Je le connaissais à peine, je ne suis même pas catholique, mais quand j’ai eu un problème de parking il m’avait gentiment proposé de garer ma voiture devant chez lui », raconte tranquillement Stessy, 30 ans, assis sur une barrière devant le parvis de l’hôtel de ville au moment où les bougies s’accumulent.

Lire aussi :   Prêtre tué à Saint-Etienne-du-Rouvray : ce que l’on sait

Hubert Wulfranc, maire communiste de « Saint-Etienne », est terrassé. Quand il s’exprime, en fin d’après-midi, pour sa première conférence de presse après l’attaque, c’est la voix tremblante qu’il invoque le fameux « vivre ensemble » : « Soyons ensemble les derniers à pleurer et soyons ensemble les derniers à être debout contre la barbarie et dans le respect de tous. »

« La municipalité a toujours mis un point d’honneur à ce que tout le monde s’entende bien, en encourageant un fort tissu associatif mais aussi avec un gros travail de réaménagement urbain, commente un habitant. Pour lui, cet attentat c’est forcément un échec. »

 

Romain Geoffroy (Saint-Etienne-du-Rouvray, envoyé spécial)

 

Source : Le Monde.fr

Informations complémentaires :

 

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Sous le choc, Saint-Etienne-du-Rouvray redoute de perdre un certain « vivre ensemble »