(Temps de lecture: 4 - 8 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)

Bonjour à toutes et à tous, je n'ai pas encore fait mon petit tour de l'actu, mais j'ai vu ça ce matin, aussi comme les temps s'annoncent difficiles, il faut gratter tout ce que l'on peut gratter, donc je vous passe l'article.

Pour le reste, à cette heure-ci rien de nouveau sous le soleil, tout le monde retient son souffle et attend les ... conséquences des politiques de nos dirigeants inféodés à Washington (désolé c'est lourd, mais vu la MULTITUDE de séquelles que cela entraîne, il faut le préciser à chaque fois que possible).

Amitiés,

f.

Aide Sociale
Lancée courant 2020, l'application française «Toutes mes aides» voit, depuis janvier 2022, les
utilisateurs affluer. HJBC / stock.adobe.com

Lancé en 2020, cet outil suscite la curiosité de nouveaux utilisateurs, dans un contexte de forte inflation.

Face à l'inflation galopante, les Français sont à la recherche de toutes les solutions pour leur pouvoir d'achat, et une application pourrait bien les séduire. Lancée en 2020, l'application française «Toutes mes aides» propose à ses utilisateurs de calculer, à l'€uro près, l'ensemble des aides auxquelles ils ont droit, en fonction de leur situation. Une idée partie d'un constat : «En France, beaucoup de ménages passent à côté d'aides auxquelles ils sont éligibles. Par exemple, on compte 1 million de travailleurs qui ne demandent pas la prime d'activité», détaille Cyprien Boutard-Geze, le fondateur.

Afin de rendre son outil viable, l'équipe a fait le choix de s'adresser directement aux entreprises, aux associations ou encore aux écoles : si celles-ci décident d'obtenir l'application, elles doivent payer un abonnement de deux €uros par mois par usager issu de leur structure. Ainsi, ce sont elles qui donnent accès à l'application à leurs publics, celle-ci n'étant pas disponible sur des magasins d'applications comme Apple ou Android. Un choix visant à «fournir un service gratuit aux utilisateurs et sans publicités, où les données de nos usagers sont entièrement protégées», explique Cyprien Boutard-Geze.

Le concept attire un nombre croissant de curieux, intrigués par la possibilité de découvrir qu'ils ont le droit à des aides publiques, alors que la hausse des prix grève les budgets des ménages. «À la même époque, l'année dernière, nous recevions 5 à 10 demandes par mois de la part d'entreprises souhaitant se renseigner sur notre application. Aujourd'hui, nous sommes autour de 50 à 100 demandes par mois, en comptant seulement les entreprises de plus de 50 salariés», raconte le fondateur.

La vocation de l'équipe est aussi de faire découvrir «des aides locales, que l'on connaît encore moins», comme l'AILE, une aide de 1000 euros mise en place par la ville de Paris pour aider les étudiants boursiers à déménager. Au total, l'outil recense 1500 aides locales et nationales. Une liste bien plus complète que celle de l'appli du gouvernement «mes droits sociaux.gouv», qui en recense une quarantaine. «Toutes mes aides» a pour vocation d'être constamment à jour : «Nous avons une équipe de 5 personnes qui, toute la journée, lit les textes de lois, les procès-verbaux, au niveau local et national pour repérer les aides» détaille Cyprien Boutard-Geze. Ainsi, «dès qu'une nouvelle aide est disponible, les utilisateurs concernés par celle-ci reçoivent une alerte».

Un lien direct avec les entreprises et organismes

Peu à peu, l'appli a séduit différentes entreprises et compte aujourd'hui un peu plus de 100.000 utilisateurs et 80 entreprises clientes. «Au début, nous allions démarcher les entreprises. Les services RH écarquillaient un peu les yeux mais elles se sont rendu compte de l'intérêt d'une telle application», relate le fondateur. Désormais, son dispositif intéresse d'autant plus les professionnels que leurs employés «réclament une augmentation de salaire» face à l'inflation. L'application peut ainsi donner un petit coup de pouce au pouvoir d'achat de leurs travailleurs, alors qu'il y a «beaucoup de secteurs dans lesquels c'est compliqué d'augmenter les salaires», plaide le dirigeant. Son outil recense des clients prestigieux, comme la BPI, «Maisons et services», des établissements universitaires comme Paris Saclay ou Audencia, ou des associations comme La Croix rouge et Emmaüs habitat.

Désormais rentable, l'équipe autour de «Toutes mes aides» prévoit de se renforcer d'ici la rentrée, en recrutant 15 personnes supplémentaires. Elle souhaite notamment développer des liens avec les organismes publics : «Les organismes publics souhaitent faire connaître les aides et sont très intéressés par notre dispositif», remarque Cyprien Boutard-Geze, envisageant de possibles partenariats avec ces acteurs. Enfin, «Toutes mes aides» devrait présenter d'ici quelques mois un nouvel outil, qui prendrait la forme d'un «panorama complet des aides en France». Objectif : «présenter de façon claire l'ensemble des dispositifs existants, avec les chiffres disponibles sur les aides en questions, tout en y apportant nos propres données et les informations que l'on a pu en déduire », note le fondateur.

Son outil revient sur un problème soulevé ces derniers mois : lors de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron indiquait vouloir agir pour les Français ne faisant pas appel à des aides sociales auxquelles ils avaient pourtant droit. Le candidat proposait alors de mettre en place une «solidarité à la source», afin de «lutter contre cette injustice qu'est le “non-recours”». Un objectif partagé avec l'application de Cyprien Boutard-Geze.

Source : Lefigaro.fr

Informations complémentaires :