1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Pour tout ceux qui voudraient en savoir plus sur la surveillance (et pas que des Américains) de la NSA, je pointe ce documentaire en 3 parties, et les informations complémentaires sous l'article.

Digital Trails

Les efforts du gouvernement pour rassembler ceux qui ont pris part aux émeutes du Capitole montrent exactement à quel point nous sommes tous vulnérables à la menace d'un État de surveillance qui aspire à une conscience divine de nos vies.

    Les Américains méritent la liberté de choisir une vie sans surveillance et la réglementation gouvernementale qui rendrait cela possible. Si nous continuons à croire à ce sentiment, nous craignons qu'il ne soit bientôt obsolète ou non pertinent. Nous méritons cette liberté, mais la fenêtre pour y parvenir se rétrécit un peu plus chaque jour. Si nous n'agissons pas maintenant, de toute urgence, elle pourrait bien se refermer pour de bon - Charlie Warzel et Stuart A. Thompson, New York Times

Databit après databit, nous construisons nos propres camps de concentration électroniques. Avec chaque nouvel élément de technologie intelligente que nous acquérons, chaque nouvelle application que nous téléchargeons, chaque nouvelle photo ou publication que nous partageons en ligne, nous facilitons la tâche du gouvernement et de ses partenaires commerciaux pour nous identifier, nous suivre et finalement nous rassembler.

Saint ou pécheur, peu importe, car nous sommes tous emportés dans un vaste filet de données numériques qui ne fait pas de distinction entre les innocents, les suspects et les criminels.

Vivre dans une société suspecte

Les efforts déployés par le gouvernement pour rassembler ceux qui ont pris part aux émeutes du Capitole montrent exactement à quel point nous sommes tous vulnérables à la menace d'un État de surveillance qui aspire à une connaissance divine de nos vies.

Grâce aux selfies, aux messages sur les médias sociaux, aux données de localisation, aux photos géolocalisées, à la reconnaissance faciale, aux caméras de surveillance et au crowdsourcing, les agents du gouvernement sont en train de compiler une masse de données sur toute personne qui aurait pu se trouver dans les environs du Capitole le 6 janvier 2021.

La quantité d'informations numériques est stupéfiante : 15.000 heures d'enregistrement de caméras de surveillance et de caméras corporelles, 1600 appareils électroniques, 270.000 informations sur les médias numériques, au moins 140.000 photos et vidéos, et environ 100.000 localisations de milliers de smartphones.

Et ce n'est que ce que nous savons.

Plus de 300 personnes de 40 États ont déjà été inculpées et 280 autres arrêtées en rapport avec les événements du 6 janvier. Jusqu'à 500 autres sont toujours recherchés par les agents du gouvernement.

Sont également inclus dans cette compilation de données des individus qui n'ont peut-être rien à voir avec les émeutes, mais que les données de localisation de leur téléphone portable ont permis d'identifier comme se trouvant au mauvais endroit au mauvais moment.

Oublier l'innocence jusqu'à preuve du contraire

Dans une société suspecte comme la nôtre, la charge de la preuve a été inversée : désormais, vous partez coupable et devez prouver votre innocence.

Par exemple, il n'était même pas nécessaire d'être impliqué dans les émeutes du Capitole pour avoir droit à une visite du FBI : les enquêteurs auraient suivi - et interrogé - tous ceux dont les téléphones portables se connectaient à la wi-fi ou émettaient des signaux sur les tours de téléphonie mobile près du Capitole. Un homme, qui était sorti se promener avec ses filles et qui s'est retrouvé bloqué près de la foule du Capitole, a vu des agents du FBI se présenter à sa porte quelques jours plus tard. Grâce à Google Maps, les agents ont pu déterminer exactement où ils se trouvaient et pendant combien de temps.

Tous les outils d'enquête et de surveillance effrayants, calculateurs et invasifs dont le gouvernement s'est doté au fil des ans sont actuellement en pleine démonstration dans le cadre des efforts déployés par le FBI pour traduire les émeutiers en "justice".

Les agents du FBI comparent des photos avec des photos de permis de conduire, suivent les mouvements grâce à des lecteurs de plaques d'immatriculation et zooment sur des signes physiques d'identification tels que des grains de beauté, des cicatrices et des tatouages, ainsi que des marques, des logos et des symboles sur les vêtements et les sacs à dos. Ils passent en revue des heures d'images de caméras de sécurité et de caméras corporelles, parcourent les messages des médias sociaux, triangulent les données des tours de téléphonie mobile et des signaux WiFi, y superposent des logiciels de reconnaissance faciale et recoupent les images avec les messages publics des médias sociaux.

Les chiens de l'État profond

Mais le FBI n'est pas le seul à être à la chasse.

Ils ont demandé l'aide de possessions volontaires de citoyens privés, comme les Deep State Dogs, pour collaborer au travail de fond. Comme le rapporte Dinah Voyles Pulver, une fois que les Deep State Dogs ont localisé une personne et confirmé son identité, ils constituent un paquet avec le nom de la personne, son adresse, son numéro de téléphone et plusieurs images et l'envoient au FBI.

Selon USA Today, le FBI compte sur le public américain et sur des cybers experts bénévoles pour l'aider à étayer ses dossiers.

Les programmes de dénonciation "See Something, Say Something" atteignent ainsi un tout autre niveau.

La leçon à en tirer : Big Brother, Big Sister et tous leurs amis vous observent.

Ils voient chacun de vos mouvements : ce que vous lisez, combien vous dépensez, où vous allez, avec qui vous interagissez, quand vous vous levez le matin, ce que vous regardez à la télévision et lisez sur Internet.

Chacun de vos gestes est surveillé, les données sont extraites, analysées et compilées afin de se faire une idée de qui vous êtes, de ce qui vous fait vibrer et de la meilleure façon de vous contrôler si cela s'avère nécessaire pour vous mettre au pas.

Le simple fait d'aimer ou de partager cet article sur Facebook, de le retweeter sur Twitter ou de le lire, ou tout autre article relatif aux méfaits du gouvernement, à la surveillance, aux abus de la police ou aux libertés civiles, peut suffire à vous faire classer dans la catégorie des personnes ayant des intérêts particuliers, reflétant un état d'esprit particulier qui pourrait vous amener à vous engager dans des activités particulières et, par conséquent, vous placer dans la ligne de mire d'une enquête gouvernementale en tant que fauteur de troubles potentiel, alias extrémiste national.

Il y a de fortes chances, comme le rapporte le Washington Post, que l'on vous ait déjà attribué un score de menace codé par couleur - vert, jaune ou rouge - afin que la police soit prévenue de votre tendance potentielle à être un fauteur de troubles, selon que vous avez fait carrière dans l'armée, que vous avez posté un commentaire perçu comme menaçant sur Facebook, que vous souffrez d'une maladie particulière ou que vous connaissez quelqu'un qui connaît quelqu'un qui pourrait avoir commis un crime.

En d'autres termes, il se peut que vous soyez déjà signalé comme potentiellement anti-gouvernemental dans une base de données gouvernementale quelque part - Main Core, par exemple - qui identifie et suit les individus qui ne sont pas enclins à marcher au pas des diktats de l'État policier.

Le gouvernement a le savoir-faire.

Il a fallu des jours, voire des heures ou des minutes, au FBI pour commencer le processus d'identification, de suivi et de rassemblement des personnes soupçonnées d'avoir participé aux émeutes du Capitole.

Imaginez la rapidité avec laquelle les agents du gouvernement pourraient cibler et rassembler tous les segments de la société qu'ils souhaitent en se basant sur les traces et les empreintes numériques que nous laissons derrière nous.

Bien sûr, le gouvernement a travaillé dur pendant des années pour acquérir ces pouvoirs totalitaires.

Tout ce dont il a besoin, ce sont des données

Bien avant les émeutes du 6 janvier, le FBI s'affairait à amasser les outils de surveillance nécessaires pour surveiller les publications sur les médias sociaux, suivre et identifier les individus à l'aide des signaux des téléphones portables et de la technologie de reconnaissance faciale, et rassembler les "suspects" susceptibles d'intéresser le gouvernement pour une raison ou une autre.

Comme l'a rapporté The Intercept, le FBI, la CIA, la NSA et d'autres agences gouvernementales ont de plus en plus investi dans des technologies de surveillance corporative capables d'exploiter des discours protégés par la Constitution sur des plateformes de médias sociaux telles que Facebook, Twitter et Instagram, afin d'identifier des extrémistes potentiels et de prédire qui pourrait se livrer à de futurs actes de comportement antigouvernemental.

Tout ce dont il a besoin, ce sont les données, que plus de 90% des jeunes adultes et 65% des adultes américains sont heureux de fournir.

Lorsque le gouvernement voit tout, sait tout et dispose d'une abondance de lois pour faire du citoyen le plus apparemment intègre un criminel et un transgresseur de la loi, le vieil adage selon lequel vous n'avez rien à craindre si vous n'avez rien à cacher ne s'applique plus.

Quant au quatrième amendement et à ses interdictions de perquisitions sans mandat et d'intrusions dans la vie privée sans cause probable, ces protections ont été rendues pratiquement inutiles par des détours législatifs, des justifications judiciaires et des collusions corporatives.

Nous nous trouvons maintenant dans la position peu enviable d'être surveillés, gérés et contrôlés par notre technologie, qui ne répond pas de nous mais de notre gouvernement et de nos dirigeants corporatistes.

Considérez qu'à n'importe quel moment, l'Américain moyen va vaquer à ses occupations quotidiennes et sera surveillé, épié et pisté de plus de 20 façons différentes, par les yeux et les oreilles du gouvernement et des entreprises. Un sous-produit de cette nouvelle ère dans laquelle nous vivons, que vous vous promeniez dans un magasin, conduisiez votre voiture, vérifiiez vos e-mails ou parliez à vos amis et à votre famille au téléphone, vous pouvez être sûr qu'une agence gouvernementale, que ce soit la NSA ou une autre entité, écoute et suit votre comportement.

Sans parler des traceurs d'entreprise qui surveillent vos achats, votre navigation sur Internet, vos publications sur les médias sociaux et d'autres activités se déroulant dans la cyber-sphère.

Par exemple, la police utilise des dispositifs Stingray montés sur leurs véhicules de patrouille pour intercepter les appels téléphoniques et les messages texte sans mandat de perquisition délivré par un tribunal. Les radars Doppler, qui peuvent détecter la respiration et les mouvements humains dans une maison, sont déjà utilisés par la police pour délivrer des mandats d'arrêt.

Les lecteurs de plaques d'immatriculation, autre dispositif d'espionnage des forces de l'ordre rendu possible grâce au financement du ministère de la sécurité intérieure, peuvent enregistrer jusqu'à 1800 plaques d'immatriculation par minute. En outre, ces caméras de surveillance peuvent également photographier les personnes se trouvant dans une voiture en mouvement. Des rapports indiquent que la Drug Enforcement Administration a utilisé ces caméras en conjonction avec un logiciel de reconnaissance faciale pour créer une "base de données de surveillance des véhicules" des voitures, conducteurs et passagers du pays.

Les caméras sur les trottoirs et les "espaces publics", vendues aux communautés crédules comme un moyen sûr de lutter contre la criminalité, sont un autre programme du DHS qui couvre les petites et grandes villes de caméras de surveillance financées et contrôlées par le gouvernement. Tout cela fait partie d'un partenariat public-privé qui donne aux fonctionnaires l'accès à toutes sortes de caméras de surveillance, sur les trottoirs, les bâtiments, les bus, et même celles installées sur des propriétés privées.

Associez ces caméras de surveillance à des technologies de reconnaissance faciale et de détection du comportement et vous obtenez des caméras "pré-crime", qui scrutent vos manières, vous comparent à des paramètres prédéfinis de comportement "normal" et alertent la police si vous déclenchez des alarmes informatiques comme étant "suspect".

Les organismes fédéraux et d'État chargés de l'application de la loi font pression pour étendre leurs bases de données biométriques et génétiques en exigeant que toute personne accusée d'un délit ait son ADN collecté et catalogué. Cependant, il existe déjà une technologie qui permet au gouvernement de collecter des données biométriques telles que les empreintes digitales à distance, sans la coopération ou la connaissance d'une personne. Un système peut en effet scanner et identifier une empreinte digitale à près de six mètres de distance.

Les développeurs travaillent d'arrache-pied à la mise au point d'un pistolet radar capable de montrer si vous ou quelqu'un dans votre voiture envoyez des SMS. Une autre technologie en cours de développement, baptisée "textalyzer", permettrait à la police de déterminer si une personne conduit en étant distraite. Le refus de soumettre son téléphone à des tests pourrait entraîner une suspension ou un retrait du permis de conduire.

Il est certain que tout ce que le gouvernement accueille (et finance) avec trop d'enthousiasme est forcément un cheval de Troie plein de mauvaises surprises invasives.

Exemple concret : les caméras corporelles de la police. Présentées comme la solution facile aux abus de la police, ces caméras corporelles - rendues possibles par le financement du ministère de la justice - transforment les agents de police en caméras de surveillance itinérantes. Bien sûr, si vous essayez de demander l'accès à ces images, vous vous retrouverez dans une joyeuse et coûteuse course-poursuite à travers des kilomètres de paperasserie, de piétons bureaucratiques et de tribunaux peu coopératifs.

L'"internet des objets" désigne le nombre croissant d'appareils et de dispositifs électroniques "intelligents" désormais connectés à l'internet et capables d'interagir entre eux et d'être contrôlés à distance. Cela va des thermostats aux cafetières en passant par les voitures et les téléviseurs. Bien sûr, il y a un prix à payer pour une telle facilité de contrôle et d'accès. Ce prix revient à céder le contrôle ultime et l'accès à votre maison au gouvernement et à ses partenaires commerciaux. Par exemple, si les téléviseurs intelligents de Samsung sont capables d'"écouter" ce que vous dites, permettant ainsi aux utilisateurs de contrôler le téléviseur à l'aide de commandes vocales, ils enregistrent également tout ce que vous dites et le transmettent à un tiers, par exemple le gouvernement.
 
Mais le gouvernement n'a pas vraiment besoin de vous espionner à l'aide de votre téléviseur intelligent lorsque le FBI peut activer à distance le microphone de votre téléphone portable et enregistrer vos conversations. Le FBI peut également faire la même chose sur les ordinateurs portables sans que leur propriétaire ne le sache.

Les drones, qui prennent leur envol en masse, sont le point de convergence de toutes les armes et technologies dont disposent déjà les forces de l'ordre. En effet, les drones peuvent écouter vos appels téléphoniques, voir à travers les murs de votre maison, scanner vos données biométriques, vous photographier et suivre vos mouvements, et même vous encercler avec des armes sophistiquées.

Toutes ces technologies contribuent à créer une société dans laquelle il y a peu de place pour les indiscrétions, les imperfections ou les actes d'indépendance, surtout lorsque le gouvernement peut écouter vos appels téléphoniques, surveiller vos habitudes de conduite, suivre vos déplacements, examiner vos achats et regarder à travers les murs de votre maison.

Les traces numériques sont partout

Comme l'expliquent les journalistes d'investigation Charlie Warzel et Stuart A. Thompson, "ces données, collectées par les applications pour smartphones et alimentant ensuite un écosystème de publicité numérique d'une complexité vertigineuse [...], fournissent un enregistrement intime des personnes, qu'elles se rendent dans des centres de traitement de la toxicomanie, des clubs de strip-tease, des casinos, des cliniques d'avortement ou des lieux de culte".

Dans un tel écosystème de surveillance, nous sommes tous des suspects et des données à suivre, à cataloguer et à cibler.

Comme le préviennent Warzel et Thompson :

    Il est naïf de penser que les informations ne seront utilisées contre des individus que s'ils ont enfreint la loi ; ces données sont collectées et restent vulnérables à l'utilisation et à l'abus, que les gens se rassemblent pour soutenir une insurrection ou qu'ils protestent à juste titre contre la violence policière... Cette collecte ne fera que devenir plus sophistiquée... Elle devient plus facile de jour en jour... Elle ne fait pas de discrimination. Elle moissonne à partir des téléphones des émeutiers MAGA, des policiers, des législateurs et des passants. Rien ne prouve, ni dans le passé ni aujourd'hui, que le pouvoir qu'offre cette collecte de données ne sera utilisé qu'à de bonnes fins. Il n'y a aucune preuve que si nous permettons que cela continue, le pays sera plus sûr ou plus juste."

Comme je le souligne dans mon livre Battlefield America : The War on the American People, c'est le génie effrayant, calculateur et diabolique de l'État policier américain : la technologie même que nous avons saluée comme révolutionnaire et libératrice est devenue notre prison, notre geôlier, notre agent de probation, notre Big Brother et notre Father Knows Best, le tout réuni en une seule entité.

Il n'y a plus de zone grise.

Photo d'illustration | Une image tirée des caméras de sécurité de la police du Capitole américain montre un manifestant du Capitole qui sera ensuite arrêté par le FBI. Photo | District of Columbia via AP

L'avocat constitutionnel et auteur John W. Whitehead est fondateur et président de l'Institut Rutherford. Son nouveau livre Battlefield America : The War on the American People (SelectBooks, 2015) est disponible en ligne à l'adresse www.amazon.com. M. Whitehead peut être contacté à l'adresse johnw@rutherford.org.

Les histoires publiées dans notre section Daily Digests sont choisies en fonction de l'intérêt de nos lecteurs. Elles sont republiées à partir d'un certain nombre de sources, et ne sont pas produites par MintPress News. Les opinions exprimées dans ces articles sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de MintPress News.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de MintPress News.

 

Source : Mintpressnews.com

 

Informations complémentaires :

 

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...
You are a guest ( Sign Up ? )
or post as a guest
Vous êtes ici : Accueil Arrow Informatique Arrow Sécurité Arrow Traces numériques : Comment le FBI identifie, suit et regroupe les dissidents (Mintpress)