Tracey : Le gouvernement continue de nous mentir à propos de l'Ukraine ; où est l'indignation ? (Zero Hedge)

5 of 5 (1 Vote)

par Tyler Durden

Samedi, 17 Juin 2023 - 01:30 PM

Rédigé par Michael Tracey, article d'opinion via Newsweek.com,

Le 4 juin, un groupe se présentant comme le "Corps des volontaires polonais" a publié une annonce vantarde confirmant sa participation à une série d'offensives terrestres transfrontalières en Russie.

La nouvelle de ces raids audacieux avait de quoi surprendre, compte tenu des nombreuses assurances données par les planificateurs de guerre américains et ukrainiens, qui insistaient sur le fait qu'aucune attaque ne serait menée à l'intérieur du territoire russe. Il était d'autant plus évident que les unités d'incursion étaient apparemment composées de soldats polonais.

La Pologne n'est pas seulement un État membre de l'OTAN, mais aussi l'État membre de cette organisation avec lequel les États-Unis se sont le plus assidûment alignés depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février 2022 (les représentants du gouvernement polonais nient tout lien formel avec le "Corps des volontaires polonais").

Les raids ont donc soulevé une question évidente, mais souvent négligée : Quelle est la politique des États-Unis en Ukraine ?

Si vous allumez la télévision, vous trouverez sur toutes les chaînes des experts récitant fidèlement de mémoire les grands paramètres de la mission américaine - du moins tels qu'ils sont véhiculés par les fonctionnaires de l'administration Biden, les fanfarons du Congrès et les braves guerriers des groupes de réflexion dans leurs discours quotidiens. La liberté et l'autocratie sont engagées dans une grande bataille cosmique opposant le bien au mal, ou du moins c'est ce que dit l'histoire habituelle, le plus souvent racontée avec un degré de complexité morale que l'on peut généreusement comparer à un film de Marvel de niveau inférieur.

Mais au-delà de ce flot continu de platitudes lourdement recyclées, les Américains - les principaux bailleurs de fonds de l'effort de guerre ukrainien, après tout - ont-ils jamais été informés que la portée de l'effort de guerre qu'ils se sont retrouvés à subventionner finirait par s'étendre à des pelotons de soldats polonais marchant directement sur la Russie ? Est-ce que quelqu'un à Washington, D.C., a approuvé cette idée, ou est-ce qu'il y a eu une occasion d'examiner publiquement ses implications potentiellement inquiétantes ?

En théorie du moins, les États-Unis sont tenus par un traité de se porter à la défense de la Pologne en cas d'attaque armée. Et bien que la Pologne puisse désavouer le Corps des volontaires polonais, un journaliste polonais écrivant pour la plus grande publication numérique de Pologne affirme qu'il a assisté à une réunion d'organisation fondatrice à Kiev en février dernier, au cours de laquelle l'unité a été établie non pas comme un groupe hétéroclite d'amateurs non testés, mais comme une force d'élite de "sabotage et de reconnaissance" qui, dès le départ, "rendait compte directement au ministère de la Défense de l'Ukraine". Selon ce récit, l'unité devait être composée des "soldats polonais les plus expérimentés", avec une imprécision notable quant à l'origine de ces soldats.

ukraine lance missile

Des militaires ukrainiens tirent un lance-roquettes multiple BM-21 "Grad" en direction des positions russes près de Bakhmut, dans la région de Donetsk, le 13 juin 2023. Les forces ukrainiennes ont maintenant entamé leur contre-offensive tant attendue en plusieurs points du front.ANATOLII STEPANOV/AFP VIA GETTY IMAGES

Par ailleurs, peu avant la formation du "Corps des volontaires polonais", un projet de loi émanant de plusieurs coalitions a été soumis au parlement polonais afin de permettre aux ressortissants polonais de combattre dans les forces armées ukrainiennes. La guerre contre la Russie devait être reconnue comme "une situation spéciale du point de vue de la sécurité nationale de la République de Pologne", selon le texte, "nécessitant des actions politiques et législatives non standard de la part de l'État".

Le "Corps des volontaires polonais" a mené des opérations conjointes avec le "Corps des volontaires russes", une autre "unité spéciale au sein du ministère de la Défense de l'Ukraine", désignée par euphémisme dans les titres des médias "occidentaux" avec des surnoms plausibles et indéniables comme "groupe de partisans pro-Ukraine". Étant donné que ces "partisans" apparemment sans attaches se sont vantés de prendre des otages russes et de s'impliquer dans des attaques de plus en plus spectaculaires et provocatrices, on comprend que l'Ukraine puisse souhaiter maintenir un déni plausible.

"La guerre terrestre est arrivée en Russie", a proclamé un organe de presse polonais soutenu par l'État en apprenant que ses soldats avaient franchi la frontière.

Pour beaucoup, les images ont été l'occasion de se réjouir, baignés qu'ils sont dans l'euphorie primitive de la vengeance armée. Pendant ce temps, ces soldats d'élite qualifiés de "volontaires" ont rasé les villages frontaliers russes avec des armes fournies par les États-Unis, selon le New York Times et le Washington Post. Les unités ont "lancé des obus et des missiles sur des zones résidentielles", selon le Times, et leurs attaques ne semblaient viser "aucune cible militaire apparente".

Des convois de véhicules blindés appelés MRAP, initialement produits pour les soldats américains en Afghanistan et en Irak, ont été observés en train d'entrer en Russie depuis l'Ukraine, sans qu'aucune explication ne soit donnée quant à la manière dont ils se sont retrouvés là. Peut-être que quelqu'un à Kiev a laissé ouvert un garage rempli de véhicules blindés fournis par les États-Unis. Quoi qu'il en soit, il a été démontré de manière concluante que l'armée ukrainienne a utilisé des armes américaines pour attaquer la Russie, ce que le président Biden et d'autres responsables de l'administration ont catégoriquement affirmé qu'ils ne soutenaient pas et ne permettaient pas.

Curieusement, cette révélation d'une tromperie systématique du gouvernement ne semble pas avoir fait bouger l'aiguille en termes de débat plus large sur l'implication des États-Unis en Ukraine. Donald Trump pourrait se tromper d'un demi-degré Farenheit sur la température extérieure que l'ensemble des médias américains s'empresseraient de l'accuser pieusement de "mensonge". Mais si vous accumulez des preuves irréfutables que les Américains ont été chroniquement trompés au sujet d'une intervention militaire américaine tentaculaire, vous obtiendrez surtout des roulements de paupières de la part des commentateurs avisés. Enfin, si vous avez la chance d'être épargné par les accusations habituelles de "propagandiste russe".

En parlant d'affirmations que l'on pourrait considérer comme de la "propagande", il y a presque exactement un an, le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est lancé dans une tournée médiatique aux États-Unis, promettant du fond du cœur aux Américains que "nous n'avons pas l'intention d'attaquer la Russie". Ces affirmations ont été reprises simultanément par le président Biden, qui a insisté sur le fait que "nous n'encourageons pas l'Ukraine à frapper au-delà de ses frontières, ni ne lui donnons les moyens de le faire".

Pourtant, un an plus tard, il ne fait plus aucun doute que l'Ukraine "frappe au-delà de ses frontières", et ce de manière de plus en plus agressive - des raids transfrontaliers à la frappe par drone sur le Kremlin, en passant par le barrage de bombardements sur un quartier résidentiel de Moscou. Et il ne s'agit là que de quelques exemples de ces dernières semaines.

Pourtant, il est plus difficile qu'on ne le pense de susciter l'intérêt des critiques, en particulier parmi les médias qui ont été politiquement, idéologiquement et émotionnellement investis dans la glorieuse cause ukrainienne de la lutte contre la guerre depuis le début. L'un des exemples les plus récents est un article de CNN dans lequel de "hauts fonctionnaires américains" confiaient que s'ils avaient "condamné les frappes à l'intérieur de la Russie", ils pensaient bien sûr en privé "que les attaques transfrontalières constituaient une stratégie militaire intelligente". Le fait qu'un représentant de l'État dise une chose en public et une autre en privé était autrefois le signe le plus sûr d'une tromperie officielle qu'un journaliste pouvait espérer découvrir. Pourtant, CNN a semblé laisser passer cela comme une douce brise de printemps, presque comme si elle était impressionnée par la fourberie des "hauts fonctionnaires américains" qu'elle avait eu l'honneur de paraphraser anonymement.

Dans l'état actuel des choses, le gouvernement américain ne cesse d'abreuver le peuple américain de contre-vérités prouvables afin de maintenir une politique de guerre qui ne ressemble en rien à la manière dont elle a été initialement présentée. Et dans les secteurs de la société prétendument chargés d'examiner la conduite du gouvernement, cela se traduit le plus souvent par un haussement d'épaules.

Jusqu'à quel point la tromperie doit-elle aller avant qu'il ne soit plus possible d'éviter une réaction soutenue ?

Si des soldats polonais lançant une "guerre terrestre" autoproclamée en Russie ne suffisent pas à ébranler la complaisance, on frémit à l'idée de l'ampleur du choc nécessaire.

* * *

Michael Tracey est un journaliste indépendant de Substack. Suivez-le sur Twitter @mtracey.

 

Source :  Zerohedge.com

 

Informations complémentaires : 

 


Inscription à la Crashletter quotidienne

Inscrivez vous à la Crashletter pour recevoir à 17h00 tout les nouveaux articles du site.

Archives / Recherche

Sites ami(e)s