1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Le journal officiel ukrainien a publié mardi les lois durcissant les sanctions à l’encontre des manifestants. Installés depuis deux mois dans le centre de la capitale du pays, Kiev, les protestataires encourent désormais des peines maximales de 5 ans de prison. En plus, les nouvelles lois prévoient de lisser Internet et les médias. Elles entrent en vigueur à minuit.

Kiev 21 01 2014
Dans le centre de Kiev, des manifestants ont protesté contre les lois répressives du régime.

Dès mardi à minuit, les lois ukrainiennes se montreront plus dures envers les manifestants. Publiées dans le journal officiel, elles prévoient de punir les protestataires de 5 ans de prison et de préserver les cadres du régime mis en cause sur Internet et dans les médias.

Adoptées à main levée le 16 janvier par les députés, les lois attisent les manifestations plus qu’elles n’apaisent la situation. Dimanche, 200 000 personnes étaient dans les rues de Kiev et des affrontements violents avaient éclaté avec les forces de l’ordre.

Cortège de mesures répressives

Les États-Unis et les Européens avaient une nouvelle fois exprimé leur inquiétude lundi face aux violences en Ukraine, en faisant porter la responsabilité aux autorités ukrainiennes en raison de l’adoption de ces lois jugées « répressives ». Par exemple, la diffamation sera passible de fortes amendes et de travaux d’intérêt général. La collecte et la diffusion d’informations sur les magistrats, ainsi que la formulation d’accusations contre eux, seront passibles de deux ans de prison. Une précaution prise par le régime face aux protestations qui se sont développées sur Internet.


Ukraine : échauffourées entre manifestants et... par SIPAMEDIA

Les nouvelles lois autorisent les magistrats, leurs proches et les agents de sécurité à être armés. Les manifestations et les meetings seront sévèrement encadrés. Porter un casque ou un foulard empêchant une identification, être équipé d’un objet ressemblant à une arme ou bien installer une estrade ou une tente sur un lieu de rassemblement : ces actes seront punis par des amendes, voire de quinze jours de prison. L’occupation de bâtiments ou de chantiers publics, sera passible de cinq à dix ans de prison.

Sanctions contre le régime Ianoukovitch

Former un cortège de plus de cinq voitures sans autorisation entraînera la privation de permis pendant deux ans et la saisie du véhicule. Une mesure fait pour riposter au blocage des résidences luxueuses appartenant aux officiels du régime Ianoukovitch.

Le président ukrainien, auquel les manifestants reprochent sa volte-face en novembre, lorsqu’il a brusquement renoncé à signer un accord d’association avec l’UE au profit d’un rapprochement avec la Russie, avait promulgué ces textes vendredi soir. Malgré les mises en garde des Européens et des États-Unis, qui ont menacé de sanctions.

Soutien « indécent » des Européens, la Russie s’inquiète

Ces menaces sont fermement condamnées par la Russie. Le voisin de l’Ukraine considère ce soutien, apporté par certains gouvernements européens, comme « indécent » selon le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. « J’estime que les appels au calme que lancent les leaders de l’opposition, comme Vitali Klitschko, montrent que la situation est en train d’échapper à tout contrôle », a encore déclaré Sergueï Lavrov.

Des affrontements sporadiques se sont poursuivis jusqu’à présent, et ont repris mardi matin près de la place de l’Indépendance en plein centre de Kiev.

Une timeline retrace les affrontements depuis deux mois.

 

Source : Lavoixdunord.fr

Information complémentaire :

Crashdebug.fr : La Russie va investir 15 milliards de dollars en Ukraine...

 

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Ukraine : entrée en vigueur des lois anti-manifestants, la situation est « hors de contrôle » pour la Russie