1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Le suspens est de mise pour notre missile balistique... Rêverait-il déjà à la victoire ? Rien n'est joué...

Fillion Cope

L'élection d'un héritier politique de Nicolas Sarkozy à la présidence de l'UMP, le premier parti d'opposition en France, a tourné dimanche soir à la guerre ouverte. Les deux candidats ont tous les deux revendiqué la victoire sur fond d'accusation réciproque de fraudes.

La confusion a succédé au suspense au terme d'un scrutin interne sans précédent pour la formation néo-gaulliste. Dans la nuit, peu après 3h30, la commission interne, chargée de départager les deux candidats, a interrompu ses travaux en indiquant qu'elle ne pouvait pas encore déclarer de vainqueur.

"Il nous manque les procès-verbaux de 50% des départements. Nous sommes dans l'incapacité de dire qui a gagné car les chiffres sont très proches l'un de l'autre", a expliqué le président de la commission Patrice Gélard. La procédure de vérification devait reprendre à 10h00.

Fillon furieux

Furieux de la tournure des événements, François Fillon, dont les sondages avaient prédit la victoire, est arrivé vers 03h15 au siège de l'UMP, d'où Jean-François Copé était parti, pour exprimer son indignation. "C'est un dysfonctionnement majeur. (...) Je suis extrêmement choqué", a déclaré l'ancien premier ministre.

Vers 23h30, M. Copé avait tiré le premier en délivrant un véritable "discours de la victoire" depuis le siège de l'UMP devant ses partisans. Il a revendiqué 1000 voix d'avance. Un "putsch médiatique", pour un proche de M. Fillon.

Quelques minutes plus tard, dans son quartier-général, François Fillon avait également revendiqué la victoire avec "224 voix" d'avance, en prévenant: "Je ne laisserai pas voler la victoire aux militants".

Fraudes dénoncées

L'équipe de M. Copé affirme avoir constaté des irrégularités à Nice (sud-est), place forte de la droite et fief du directeur de campagne de François Fillon, et à Paris, dont l'ancien premier ministre est député.

"Nous formulerons un certain nombre de contestations, bien supérieures à celles de Jean-François Copé", a rétorqué à Paris le député Bernard Debré, proche de François Fillon.



(ats / 19.11.2012 05h37)

 

Source : Romandie.com

 

Informations complémentaires :

 

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow UMP en France : Copé et Fillon revendiquent chacun la victoire