(Temps de lecture: 8 - 16 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

Écrit par Meiling Lee via The Epoch Times (souligné par nous).

Un médecin, qui a offert des services gratuits de télésanté aux patients atteints du COVID-19 pendant la pandémie, affirme que le traitement précoce du COVID-19 fonctionne, affirmant avoir un taux de survie de 99,99%.

"Nous avons une équipe de médecins bénévoles qui donnent de leur temps pour aider à traiter les patients qui viennent nous voir", a déclaré le Dr Ben Marble, fondateur de myfreedoctor.com, un service de consultation médicale en ligne, lors d'une table ronde organisée par le sénateur Ron Johnson (R-Wis.) le 24 janvier.

Il a ajouté : "Nous leur fournissons les protocoles de traitement précoce dès que nous le pouvons, et nous avons un taux de survie de 99,99%. Je pense donc que myfreedoctor.com, les médecins bénévoles, ont établi la science sur ce sujet : le traitement précoce fonctionne, point final !"

Doctor Early Tratment
Un ambulancier prépare une ambulance à l'hôpital régional de Hudson à Secaucus, dans le New Jersey,
le 11 décembre 2020 (Kena Betancur/AFP via Getty Image).

Marble répondait à la question de Johnson sur ce que les gens peuvent faire si eux-mêmes ou leurs proches ont le COVID-19.

Les gens peuvent se rendre sur le site myfreedoctor.com, créer un compte et remplir un formulaire d'admission de patient, si les médecins acceptent de nouveaux patients ce jour-là. L'un des médecins les contactera alors en moins de 24 heures. Compte tenu de la forte demande pour leurs services, les médecins disent qu'ils ne peuvent "accepter qu'un certain nombre de patients par jour".

Marble explique que lui et sa petite équipe de médecins bénévoles prescrivent le protocole de traitement du [Dr Peter] McCullough, qui se compose d'hydroxychloroquine, d'ivermectine, d'anticorps monoclonaux, de prednisone et d'autres médicaments génériques à bas prix. Ils prescrivent également des vitamines D et C, ainsi que du zinc.

Vitamine C
Des bouteilles de vitamine C sont exposées à Miami, en Floride, le 15 juin 2001.
(Joe Radle/Getty Images)

McCullough, un cardiologue et un épidémiologiste, ainsi que plusieurs médecins ont mis au point un protocole de traitement précoce pour fournir des soins ambulatoires aux patients atteints du COVID-19. Leur article a été publié dans The American Journal of Medicine en août 2020.

Le Dr Pierre Kory, pneumologue et président de l'Alliance Frontline COVID-19 Critical Care (FLCCC), affirme que le public ne sait pas qu'il existe des médecins dans tout le pays qui fournissent des services de télésanté et un traitement précoce pour le COVID-19.

"Sur notre site web, nous avons un bouton, qui dit trouver un fournisseur. Nous avons essayé de rassembler le plus grand nombre possible de fournisseurs de télésanté qui traitent tous les États du pays", a déclaré M. Kory.

"Nous essayons de faire passer le message que cette maladie est traitable, car ce message est supprimé", a-t-il ajouté.

M. Kory affirme également qu'il existe une corruption au niveau fédéral dans la suppression du traitement précoce avec des médicaments bon marché réadaptés et leur disponibilité, et que les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont été "capturés par l'industrie pharmaceutique".

"La corruption est due au fait qu'ils ne veulent pas que vous utilisiez des médicaments génériques réadaptés, hors indication. Cela n'apporte aucun profit au système", a déclaré M. Kory, ajoutant que "vous savez ce qui se passe dans ce pays en ce moment, c'est que le CDC a été capturé par l'industrie pharmaceutique".

"Ils ont envoyé un mémo en août 2021, ils ont envoyé un mémo similaire au printemps 2020, disant aux médecins et aux pharmaciens de la nation de ne pas utiliser de médicaments génériques."

The Epoch Times a contacté le CDC pour un commentaire.

Les traitements précoces ont été et continuent d'être découragés par le CDC, dont les conseils depuis le début de la pandémie jusqu'en janvier 2022, se concentraient uniquement sur les personnes s'auto-quarantinant pendant 14 jours, s'hydratant, prenant des analgésiques, et ne demandant des soins hospitaliers que lorsqu'elles ne peuvent pas respirer ou deviennent bleues. Ils ont également averti les gens de ne pas prendre de médicaments non approuvés pour le COVID-19.

"Des personnes ont été gravement blessées et sont même décédées après avoir pris des produits non approuvés pour le traitement ou la prévention du COVID-19, même des produits approuvés ou prescrits pour d'autres usages", a écrit le CDC sur sa page Web consacrée aux traitements potentiels.

Le lien Internet fourni pour le produit prétendument nocif était lié à une alerte sanitaire de mars 2020 mettant en garde contre un effet sanitaire grave dû à l'ingestion de phosphate de chloroquine non pharmaceutique utilisé pour nettoyer les aquariums. Cette alerte a été lancée après qu'un homme de l'Arizona et sa femme ont pris le médicament non pharmaceutique dans une tentative d'automédication pour le COVID-19.

Au cours des deux dernières années, la Food and Drug Administration (FDA) américaine n'a autorisé que des traitements ambulatoires précoces limités pour le COVID-19, notamment des anticorps monoclonaux pour les patients à haut risque et des pilules antivirales de Merck et Pfizer. Cependant, la FDA a annoncé le 24 janvier qu'elle limitait l'utilisation des anticorps monoclonaux d'Eli Lilly et Regeneron aux seuls patients "susceptibles d'avoir été infectés ou exposés à une variante sensible à ces traitements".

Johnson a organisé la table ronde pour offrir une perspective différente sur la réponse à la pandémie, notamment sur "l'état actuel des connaissances sur les traitements précoces et hospitaliers, l'efficacité et la sécurité des vaccins, ce qui a bien fonctionné, ce qui a mal fonctionné, ce qui devrait être fait maintenant et ce qui doit être abordé à long terme".

Le groupe de discussion était composé d'experts en santé et de scientifiques renommés, dont M. McCullough, le Dr Robert Malone et le Dr Paul Marik.

Selon un communiqué de presse, M. Johnson a également invité plus d'une douzaine de personnalités impliquées dans l'élaboration, la promotion et la gestion de la réponse à la pandémie, dont le Dr Rochelle Walensky, directrice du CDC, et Jeffrey Zients, coordinateur de la réponse au coronavirus à la Maison Blanche. Toutes ces personnes ont refusé de participer au forum.

 

Source : Zerohedge.com

 

Extrait de correspondance du 25.03.2020 entre Antony Fauci et Jean-François Delfraissy Président du Haut Conseil Scientifique Français.

"Comme vous le savez peut-être, nous faisons actuellement face à un buzz de presse depuis l'annonce faite par le Dr Raoult sur l'efficacité de l'hydroxy-chloroquine. Ses données ne sont pas particulièrement convaincantes. On peut distinguer un léger signal positif mais il doit être confirmé par une étude randomisée de bonne facture. Nous avons également commencé une étude sur le modèle du singe avec HC et nous devrions avoir les résultats à la fin de la semaine prochaine. Par ailleurs, une cohorte de patients COVID+ sévères ont été créés et certains seront traités par HC : nous analyserons ces résultats avec toute la conscience nécessaire. Il sera également possible de faire un essai de prévention pour les professionnels de la santé et les personnes âgées avec HC. Je subis une énorme pression politique pour libérer l'HC et la donner à tout le monde, mais je résiste actuellement."

La suite on la connais, étude bidonné recovery, puis étude bidonné discovery, puis étude bidonné du lancet, et interdiction de l'hydroxychloroquine (qui était en vente depuis 70 ans) par Agnès Buzyn.

J'insiste là dessus par ce que il y a eu des morts, et c'est particulièrement grave parce que c'est à cause de ce discours mensonger sur les traitements précoces que les 'traitements' (vaccins) expérimentaux on été autorisés.

Amitiés,

f.

Informations complémentaires :