(Temps de lecture: 2 - 3 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Its a joke ? Est-ce que l’être humain est assez stupide pour réunir, 1,5 millions barils de butane et des centaines de tonnes de déchets radioactifs sur la plus grande faille des États-Unis ? À votre avis ? Tenez, je vous ai trouvé une belle photo où l'on voit, la faille de New Madrid, San Andréas à côté, c'est du pipi de chat ! Bientôt les États-Unis de l'Est et les États-Unis de l'Ouest !

N.B. Merci à Spread the truth de m’avoir signalé l’info sur le blog d’Isabelle

New Madrid

 Tout près de l'affaissement du sol qui s'est créé dans la région du Bayou en Louisiane, se trouve un dôme de sel où sont stockés des déchets radioactifs et 1,5 millions de barils de butane liquide. Si le gouffre continue de dévorer la terre, ce qui semble être le cas actuellement, il pourrait s'étendre jusqu'à ce lieu d'entreposage de matières toxiques, radioactives et hautement inflammables. Il suffirait d'une étincelle pour déclencher, selon des experts, l'équivalent de 100 bombes nucléaires similaires à celles utilisées sur Nagasaki ou Hiroshima.  

Cette possible catastrophe,potentiellement imminente, pourrait faire sombrer la Louisiane dans le golfe du Mexique, sans compter les gigantesques dégâts sur l'Arkansas, le Mississippi, l'Alabama et la Floride. Situés le long de la faille de New Madrid, ces États pourraient être la cible d'une catastrophe encore plus dramatique : la force de la poussée explosive ajoutée à la force des eaux risqueraient de déclencher une fracture souterraine de la ligne de faille et la rupture d'une partie du continent américain.

Les enjeux de la situation en Nouvelle-Orléans sont gigantesques et sont pourtant ignorés par la plupart des médias. Des experts exhortent la population à quitter la région parce que les dangers sont immédiats, les évacuations devraient déjà être ordonnées selon eux. Cette catastrophe annoncée pourrait avoir des répercussions inimaginables sur les citoyens du sud des États-Unis, mais aussi sur toute l'Amérique. 

 

 

Source : Conscience du Peuple (merci à Isabelle)